Le MOC infiltré par le MUJAO

1

Les Maliens se rappellent des 22 éléments du (Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) composés d’anciens rebelles touareg et d’ex-membres de groupes armés pro-gouvernementaux, membres d’une unité de l’armée qui viennent de terminer une formation militaire dans la région de Ségou pour la formation de l’embryon de la nouvelle armée malienne qui étaient à bord d’un car de transport de la société «Sonef Transport Voyageurs» en route vers Gao, ont été enlevés par des hommes armés entre Douentza et Hombori (AFP, 6 septembre 2019).

Des sources nous informent que ces 22 éléments sont dans les mains d’Abdoul Hakim al Sahraoui, un haut responsable du Mouvement pour l’unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) à Gao, en 2012. Parmi ces éléments du MOC, il y a un élément répondant au de Youssouf Mohaya Maïga du quartier de Boulgoundjé à Gao. Sous l’occupation de Gao, en 2012, ce jeune a été un élément très proche d’Abdoul Hakim al Sahraoui.

Nous rappelons qu’Abdoul Hakim Sahraoui opère dans les bases des localités suivantes : Filifala, Beli, Boulel et Tin-Tabakat. Ces bases sont situées dans le Gourma sur une bande qui s’étend entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

Les Maliens doivent avoir en mémoire l’attentat contre le Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Gao, le 18 janvier 2017, qui avait fait des dizaines de morts. Cet attentat était l’œuvre des groupes terroristes dont Al-Mourabitoune qui l’avait revendiqué.

Nous demandons à nos braves soldats d’être vigilants vis-à-vis des nouveaux adhérents.

Y.A

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Dans cette affaire de terrorisme, il y a pire que les Touaregs et les Arabes. Une bande d’opportunistes a rejoint les terroristes croyant en faire une source de gain rapide et se retirer. C’est mal connaître ces criminels qui vont les faire boire le calice jusqu’à la lit.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here