Les employés de Handicap international sont libres, sains et saufs

1

L’affaire s’était déroulée le 13 octobre dernier. Mais c’est tout récemment que nous avons pu obtenir plus de précision. En effet, ce jour-là, deux véhicules de l’organisation Handicap international, à bord desquels se trouvaient quatre de ses collaborateurs maliens ont subitement disparu alors qu’ils roulaient sur l’axe Tombouctou et Mopti. Selon nos sources, ils avaient été enlevés par des hommes armés non identifiés, probablement membres des groupes terroristes dont certains profitent du chaos qui règne dans cette partie de notre territoire pour commettre des actes de banditisme. On n’avait plus aucune nouvelle des véhicules ni de leurs occupants.

 

C’est ainsi que nous avons été contactés par un responsable de l’organisation en France pour apporter plus de clarté sur cette affaire. D’après ce dernier, apparemment les auteurs de cet acte odieux étaient plutôt intéressés par les véhicules que d’avoir des otages.

 

 

En effet, les quatre collaborateurs maliens, qui étaient à bord des deux véhicules de l’organisation, sont retournés chez eux dès le lendemain de l’opération et sont sains et saufs. Pour lui, il ne s’agit donc ” ni d’un enlèvement ni d’une prise d’otages ” car les auteurs, bien qu’armés, ne se sont emparés que des véhicules. Signalons que cette situation est devenue très fréquente récemment. On se rappelle que la veille, un véhicule du même type que celui à bord duquel se trouvaient les employés de Handicap international, conduit par un chauffeur de nationalité malienne et un mécanicien indien de la MINUSMA, a aussi été enlevé.

 

Les assaillants les ont aussitôt libérés après s’être emparés dudit véhicule. Comme les malheureux se trouvaient dans une zone déserte et difficile d’accès, les bandits dans un élan de générosité rare leur ont offert une moto e, échange pour leur permettre de rallier la localité la plus proche.

 

Ils semblent donc très intéressés par les véhicules de ce genre qui assure une facilité à se déplacer dans les zones désertiques. Notons que les deux enlèvements ont eu lieu pratiquement dans la même zone, à savoir Dar Salam qui est un hameau situé entre la commune de Bambara-Maoudé et la ville de Tombouctou. L’enclavement de cette localité caractérisée par un terrain ensablé et difficilement praticable avec beaucoup d’embourbement, permet aux bandits d’opérer sans être inquiétés le moins du monde. Un élément qui prouve sans doute la connivence entre ces bandits et des mouvements armés du nord du Mali, lorsqu’ils ont enlevé les véhicules, pour échapper aux barrages sans difficulté, les assaillants hissent sur lesdits véhicules tantôt le drapeau du MNLA, tantôt celui du MAA. En l’absence des forces armées maliennes, il est donc impérieux que les patrouilles des forces alliées Barkhane et MINUSMA soient   plus actives pour sécuriser davantage les routes dans cette zone.

Massiré Diop

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Encore du réchauffé, une info du 13 octobre ramenée le 29 Octobre !!!merci pour tous les efforts

Comments are closed.