Processus de paix au Mali : Bientôt le conseil de sécurité des Nations Unies à Bamako pour évaluer la mise en œuvre de l’accord

1

Hier, lundi 18 mars 2019, la 33ème session ordinaire du Comité de suivi de l’accord s’est tenue à Bamako en présence des membres dudit comité. Les travaux de cette session étaient présidés par le président du Comité de suivi de l’Accord (CSA) Ahmed Boutache, en présence du Ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Lassine BOUARE, de Mme Joanne Adamson, représentante spéciale adjointe-pilier politique de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation) et d’autres personnalités. Au cours de cette session, Mme Joanne Adamson a fait savoir que le rapport trimestriel du secrétaire général des Nations Unies sur la situation au Mali sera sujet à discussion le 29 mars 2019 à New-York, précédé d’une visite du conseil de sécurité au Mali.

Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette 33ème session ordinaire du Comité de suivi de l’accord dont la priorisation et l’agencement des actions prioritaires de la nouvelle feuille de roule des parties maliennes pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix; la Communication du représentant du gouvernement de la République du Mali au nom des trois parties signataires, au sujet de l’évolution de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, l’évaluation de la mise en œuvre du pacte pour la paix signé en octobre 2018 entre les Nations Unies et le Gouvernement du Mali et bien d’autres sujets. Selon le président du CSA, l’Algérien Ahmed Boutache des progrès ont été enregistrés en relation avec le programme DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion) qui sera finalisé d’ici deux semaines et qui fera l’objet de l’examen approprié au cours de la prochaine session du CSA, c’est à dire la 34ème qui aura lieu au mois d’avril prochain. Pour sa part, le Ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Lassine BOUARE a également évoqué que des choses importantes ont été réalisées à savoir : l’avant projet de texte sur la zone de développement économique et l’atelier sur le projet de loi d’entente nationale en partenariat avec la commission loi de l’Assemblée nationale. « C’est l’occasion de remercier les députés qui ont accepté de co-organiser avec le département en rapport avec les mouvements mais également les organisations de défense des droits de l’Homme. Ils ont organisé un débat ouvert inclusif sur cette thématique pour voir en quoi le projet sur la table de l’Assemblée Nationale peut être amélioré pour qu’il soit un outil de résolution de ce problème de réconciliation dans lequel l’ensemble des acteurs puissent se reconnaitre», a souligné le ministre.

A l’en croire, le rapport trimestriel du secrétaire général de l’ONU (Organisation des Nations Unies), Antonio Guterres constate qu’il y a un progrès dans la mise en œuvre de l’accord. Quant à Mme Joanne Adamson, représentante spéciale adjointe-pilier politique de la Minusma, le rapport du secrétaire général des Nations Unies sera sujet à discussion le 29 mars 2019 à New-York, précédé d’une visite du conseil de sécurité au Mali. « Dans ce rapport, nous avons constaté des progrès depuis 6 mois », a-t-elle dit. Avant d’encourager la partie malienne à redoubler d’effort pour se mettre d’accord dans plusieurs domaines. Elle a souligné l’importance du retour de l’administration sur le terrain pour que la population malienne puisse bénéficier des services de base tels que la santé, l’eau, l’éducation et la justice.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Partez du Mali c’est tout ce que nous vous demandons, quelle évaluation? Vous avez ajouté du chaos à la situation du Mali. jamais dans l’histoire de l’ONU elle n’a ramené la paix dans un pays et pire au Mali elle est à la solde la france tout simplement pour un agenda connu de tous!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here