Travaux de raccordement et de peinture de 3 865 logements sociaux de N’Tabacoro : Salir Seydou Mamadou Coulibaly à tout prix

1

Au mépris des procédures d’octroi des marchés, connues de tous, au mépris des vrais chiffres, tous les jours, dans la presse, circulent des contre-vérités, avec, visiblement un seul objectif : Salir Seydou Mamadou Coulibaly.

Depuis un certain temps, dans la presse, et malgré des précisions données, circulent des informations qui frisent le ridicule ! Des marchés de milliard F CFA de gré à gré ! Tous ceux qui connaissent les procédures savent qu’un directeur, fut-il celui de l’OMH, ne peut pas octroyer un marché d’un milliard de F CFA à qui que ce soit !

En second lieu, des organes et sur les réseaux, affirment que ce marché, de gré à gré, a été octroyé à Cira Immo, pour peindre 30 maisons !

L’Office malienne de l’Habitat a lancé un appel d’offres pour des travaux de raccordement, peinture, de menuiserie, d’électricité et de plomberie en septembre 2019 des logements sociaux de Bamako, Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso et Mopti en 6 lots.

Les bâtiments concernés, en attente d’attribution dans le cadre du programme de construction de logements sociaux, avaient été réalisés et livrés à l’OMH par plusieurs promoteurs pour certains depuis plus de 3 ans, et avaient subi des dégradations causées par l’effet d’intempéries.

En effet, le marché relatif aux travaux de remise en état et de peinture des logements sociaux de Bamako et de certaines localités de l’intérieur, initié en 2019 suite à la décision prise par les autorités de procéder à la remise des clés des logements, a permis en réalité la remise en état et la reprise de la peinture de 4 100 logements sociaux dont 3 865 logements à Bamako (N’Tabacoro) et non 30 logements.

Ces logements ont été construits entre 2015 et 2016 et s’étaient dégradés avec l’usure du temps et en raison des actes de vandalismes. Ledit marché, constitué de 6 lots, emportés par 4 entreprises différentes et non par une seule entreprise comme indiqué, a bel et bien reçu en amont de son exécution, les avis et validations requis, à savoir : l’avis de non objection de la direction des marchés publics, le visa du Contrôle financier ainsi que la signature des contrats par le ministre de l’Economie et des Finances.

Par ailleurs, à la suite de la vérification de l’achèvement des prestations, la réception des travaux a été sanctionnée par un procès-verbal signé conjointement par les services compétents de la direction nationale de l’Urbanisme et de l’Habitat, de la direction générale des Marchés publics et des Délégations de service public, de la direction générale de l’Administration des biens de l’Etat ainsi que de l’Office malien de l’habitat.

Calomnier, calomnier, il en restera toujours quelque chose, dit l’adage. Là où 4 entreprises ont intervenu, c’est toujours Cira qui est cité. Il n’y a pas, dans les articles qui ont été publiés, un seul qui a donné la version de Cira-Immo. Ceci explique-t-il cela ?

Halidou Diallo

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il n’y a pas, dans les articles qui ont été publiés, un seul qui a donné la version de Cira-Immo.

    Vous qui donnez la version de Cira-Immo, vous y prenez assez mal il faut le dire. En effet, des marchés de milliards attribués de gré à gré sont légion dans ce pays. Il suffit de chercher et même pas très loin puis vous en trouverez. En plus, le Directeur de l’OMH n’attribue pas peut-être de marché de plus du milliard, mais il initie, pilote et influence la procédure d’attribution de tels marchés du début à la fin. Et l’observation de routines administratives que vous citiez ne change pas grande chose au fait qu’un marché puisse être mal voire illégalement attribué. L’avis de non objection de la direction des marchés publics, le visa du Contrôle financier ainsi que la signature des contrats par le ministre de l’Economie et des Finances peuvent n’être que de simples formalités conférant un semblant de transparence à la procédure pour mieux faire avaler la pilule au contribuable. Le délit d’initiés est devenu presque la règle en matière de passation de gros marchés publics au Mali, c’est un fait.

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here