Eliminer la pauvreté dans le monde : Aller au-delà de l’utopie

1

S’il faut rêver pour oublier les angoisses du présent et réduire nos incertitudes de demain, rêvons donc !

C’est là, l’un des fondements de notre Utopie.

Entre 1960 et 1991, la part de revenus des 20 % des plus riches est passée de 70 à 85%, alors que celle des 20 % les plus pauvres régressait de 2,3 à 1,4 % (PNUD, 96).

En 1994, la part des pays industrialisés (qui comptent 22 % de la population du globe) dans le revenu mondial était de 61% contre 39% pour populations vivant dans les pays en développement et qui représentent 78% de la population mondiale.

Cette disparité et ce déséquilibre s’aggravent de jour en jour, comme il apparaît dans tous les rapports et documents traitant des questions de pauvreté.

Les causes de la pauvreté sont connues, les différentes commissions qui ont traité du sujet ont fait des recommandations pertinentes pour sortir du statu quo pernicieux. Pendant qu’au Nord les gens souffrent et meurent des maladies de surcharge, au Sud c’est la malnutrition protéino-énergétique qui fait des ravages au niveau des couches les plus vulnérables (enfants, femmes enceintes et personnes âgées).

Ce déséquilibre, est-il en réalité un équilibre naturel entre le Nord et le Sud ?

“That is the question”.

Toute la communauté internationale reconnaît que le statu quo pernicieux ne peut plus durer et qu’une reforme en profondeur s’impose.

Il faut donc aller vers un nouveau paradigme du développement. Créer de nouveaux concepts de développement, identifier les alternatives à l’utopie, sortir des paradigmes classiques qui ont la vie dure.

Les bases de ce changement radical sont déjà connues. Toutefois, il convient de délimiter les contours qui restent encore flous à ce jour.

Malgré la pauvreté, sinon l’extrême pauvreté du monde en développement, les avancées technologiques (dans le domaine de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, de l’information et les télécommunications…) des trente dernières années, l’amélioration de certains indicateurs mondiaux renforcent notre utopie.

Les dures solutions

Les solutions pour éliminer la pauvreté dans le monde sont connues. Il reste maintenant à établir les responsabilités réciproques des parties.

Concernant les pays nantis, il faut un engagement effectif, une allocation des ressources à la dimension de l’ambition, le tout, soutenu par une volonté politique sans faille.

Du côté des pays en développement, une prise de conscience des enjeux, la mise en place d’un dispositif de gestion transparente, efficace et efficiente soutenu par une participation et une responsabilisation de tous les acteurs du développement.

Les uns et les autres doivent premièrement cibler les projets pertinents.

Aussi, les interventions doivent être soumises à des évaluations périodiques dont les résultats feront l’objet d’une large diffusion et enfin, inclure dans les critères de choix des responsables pour conduire les affaires : les compétences techniques ; les habilités de leadership ; la capacité de vivre avec les conflits et les rapports de forces opposées sans être “paralysé”, la loyauté ; l’ambition pour le pays, la moralité ; l’obligation de résultats…

Ces propositions et mesures correctives doivent intervenir au niveau des tendances actuelles : disparité économique et inégalités sociales inter-pays et intra-pays. C’est le défi mondial pour rendre à l’homme toute sa dignité.

Il revient de rappeler que pour toute intervention tendant à réduire ou à éliminer la pauvreté, les acteurs impliqués doivent être de véritables agents de changement.

Le terme agent de changement désigne un individu ou un groupe qui agit pour stimuler, provoquer ou faciliter un changement.

La communauté évalue à sa juste valeur l’ampleur de la tâche et ses conséquences. Une telle révolution ne peut se faire naturellement de façon continue et harmonieuse. Nous savons par expérience que dans l’évolution du monde, il n’y a pas eu de grandes mutations sans souffrances avant d’en arriver à un ordre nouveau et “naturel”. Il faut donc se préparer à affronter le défi envers et contre tout pour que l’”Utopie” devienne réalité et le statu quo un transcrire dans les annales du développement social.

 

S. Maïga

 

 

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.