Mort de Jacob Desvarieux, maître du zouk avec Kassav’ et interface entre les Antilles et l’Afrique

20

Membre emblématique de Kassav’ qui a fait voyager le zouk antillais dans le monde entier durant plus de quatre décennies avec un succès aussi inattendu qu’inégalé, Jacob Desvarieux s’est éteint ce vendredi 30 juillet à Pointe-à-Pitre des suites du Covid-19. Il avait 65 ans. Le musicien guadeloupéen basé en métropole entretenait avec le continent africain et ses artistes une relation étroite de longue date.

Sa voix rocailleuse, grave et presque discrète semblait taillée pour le blues. Mais c’est au rythme du zouk que Jacob Desvarieux s’est fait entendre et a marqué les esprits, même si le guitariste chanteur s’est offert au milieu de sa carrière une escapade rappelant ses liens avec la musique du Sud des États-Unis, le temps de l’album Euphrasine’s Blues.

Durant plus de quatre décennies, avec la formation Kassav’ dont il était devenu de facto le leader, il a porté l’étendard de la musique antillaise. À son palmarès au sein du collectif, entre autres, le premier Disque d’or pour la Guadeloupe en 1986, une Victoire de la musique en 1988, dix Zéniths à Paris remplis pour les dix ans d’activité (1989), deux Bercy pour ses vingt ans, le Stade de France pour ses 30 ans, La Défense Arena (plus grande salle d’Europe avec 40 000 spectateurs) pour la décennie suivante en 2019.

Souvent cité comme le groupe français qui a le plus tourné à l’étranger, affichant plus de 70 pays à son compteur, Kassav’ peut se prévaloir d’avoir attiré des foules considérables, en particulier en Afrique (Angola, Burkina Faso, Madagascar, Mozambique, Congo, Cameroun, Bénin…) où sa résonance ne s’est jamais démentie depuis le premier concert en Côte-d’Ivoire en 1985.

“On nous avait dit qu’en Afrique on était des stars, mais on n’y croyait pas. Quand on est arrivé à l’aéroport et qu’on a vu qu’il y avait des milliers de personnes qui nous attendaient, on a réalisé”, racontait-il, expliquant aussi que “si le zouk a du succès, c’est parce que c’est un peu une synthèse de toutes les musiques noires”.

Reçus parfois par les plus hautes autorités locales, élevés au grade d’officier de l’Ordre du mérite au Sénégal, Jacob Desvarieux et ses colistiers ont suscité la naissance de l’afro-zouk, un genre devenu très populaire sur le continent et ses îles voisines.

Cette paternité et cette renommée lui ont valu d’être souvent invité à titre personnel par des artistes africains de premier plan à partager le micro avec eux : le duo togolais Toofan, l’Angolaise Yola Araujo, la Gabonaise Patience Dabany, la Béninoise Angélique Kidjo, l’Ivoirien Alpha Blondy, le Camerounais Manu Dibango, le Comorien Chébli, la Cap-Verdienne Elida Almeida…

Première guitare

Né à Paris en novembre 1955, Jacob Desvarieux passe ses dix premières années aux Antilles, entre Guadeloupe et Martinique, avant qu’un cyclone ne pousse sa mère qui l’élève seule à avoir recours aux services du Bumidom (Bureau des migrations d’outre-mer) pour venir en métropole comme employée de maison en banlieue parisienne. Le jeune garçon reçoit en cadeau à cette époque sa première guitare, offerte à la place du vélo qu’il avait demandé, jugé trop dangereux !

L’instrument, inutilisé, suit avec les bagages dans le bateau lorsque la famille déménage pour Dakar, au Sénégal, en 1966. Il ne descend pas du meuble sur lequel il est posé, sauf quand les voisins, musiciens – Adama Faye et son jeune frère Habib accompagneront Youssou N’Dour –, demandent à l’emprunter. Pour ne pas être en reste, Jacob finit par apprendre quelques rudiments par leur intermédiaire et se découvre une passion insoupçonnée, qu’il cultive après son retour en France en 1968.

A Marseille, au milieu de la décennie suivante, le jeune homme rejoint un groupe dont le répertoire d’abord constitué de reprises de rock (Jimi Hendrix, Cream, des Rolling Stones…) se métisse progressivement : les Haïtiens de Tabou Combo viennent de signer le premier tube caribéen en France avec New York City, et l’afrobeat nigérian de Fela a la cote.

Renommée Sweet Bananas, la formation à laquelle appartient Jacob pousse la porte des studios d’enregistrement pour Bilboa Dance, dont certains passages ont un évident parfum antillais. Mais c’est à l’écoute d’African Music du Trinidadien Bill-o-Men, passés par les Grammacks, qu’il renoue avec la musique de ses origines. Au même moment, il joue pour le Guinéen John Ozila, s’installe à Paris et y monte le Zulu Gang qui compte entre autres dans ses rangs les Camerounais Jean-Marie Ahanda, futur chanteur des Têtes brulées, et Jacques Mbida Douglas qui participera à l’aventure Kassav’.

Connexion camerounaise

Au Studio Johanna à Bagnolet, aux portes de la capitale, il s’occupe de la prise de son. Si l’époque, est riche en rencontres, elle l’est aussi sur le plan créatif : impliqué dans Kassav’, conçu à l’origine comme un laboratoire de recherche pour élaborer un style moderne propre aux Antilles et identifiable, le musicien multiplie les collaborations, notamment avec les artistes camerounais. “Il fait partie de la légion étrangère du makossa […] Il a participé à près de 90% des productions camerounaises, tous rythmes confondus”, écrit Jean-Maurice Noah dans son ouvrage Le Makossa, une musique africaine moderne paru en 2010.

Au cœur de la scène afro-funky-disco, il intervient aussi bien sur les projets du natif de Douala Pasteur Lappé, roi du sekele movement, que de la Tunisienne Chantal Curtis. Sous sa photo en médaillon imprimée au verso de la pochette du 33 tours Africa Gounyok de Jules Kamga enregistré à cette période, le texte ressemble à une annonce qui fait a posteriori sourire : “Jacob Desvarieux. Guitariste de studio. Guadeloupéen. 25 ans. Tel : 358.20.73 (Paris)”.

De plus en plus accaparé par Kassav’ au fil des années, impliqué dans les albums de chacun des membres comme des siens, l’auteur de Oh Madiana ou Sye Bwa s’est attaché à soutenir ceux qui ont suivi ses pas. À partir de 1988, il organise une manifestation baptisée Le Grand Méchant Zouk, dont la septième édition en 2017 a rendu hommage à Patrick Saint-Eloi, ancien chanteur du groupe et figure majeure du zouk. Il est aussi le producteur, et l’une des voix de Laisse parler les gens, l’un des tubes de l’année 2003 présent sur le projet Dis l’heure 2 zouk.

Investi plus largement dans la valorisation des artistes ultramarins (il avait parrainé la première édition de L’Outre-mer fait son Olympia en 2018), Jacob Desvarieux s’était élevé à de nombreuses reprises pour dénoncer la faible représentativité des communautés ultramarines et africaines dans les médias et au cinéma, ou encore à la cérémonie des Victoires de la Musique en 2020, après la suppression des catégories “musiques du monde” et “musiques urbaines”. Le père du zouk ne manquait jamais de rappeler que la genèse de cette musique très souvent réduite à son côté festif était concomitante des mouvements identitaires aux Antilles.

RFI

Commentaires via Facebook :

20 COMMENTAIRES

  1. LA COLONISATION DES NOMS ET LE GENOCIDE PAR CULTUROCIDE, EFFACER NOS MEMOIRES! L ECOLE DE REPETITIONS DEBILISANTES, LES RELATIONS OU RELIGIONS GENOCIDAIRES! 1 Août 2021 at 14:02

    🙂 Qomolangma 🙂 QOMOLANGMA ”MOTHER GODESS OF THE EARTH”
    With its 8,848.13 high peak, Mount Everest is the world’s highest mountain, located in Nepal. Chinese prefer to call it by name “Qomolangma”, which means “Mother Goddess of the Earth” in Tibetan language.

    BAMANAN-BAMBARA
    MANDE-MALI
    DJOLIBA-NIGER
    PAYS-NIGER, NIGERIA, IVORY COAST…..

    🙂 DONNER DES NOMS VEUT DIRE AFFIRMER QUE LA CHOSE EST A VOUS ET VOUS APPARTIENDRAIT 🙂

    WHY DO PEOPLE NAME, IN THEIR OWN COLONIAL LANGUAGES OUR LANDS, MOUNTAINS, RIVERS, OCEANS, SEAS, ANIMALS, PLANTS, EVEN THE PEOPLE, ENDING BY GIVING THEIR OWN NAMES TO INDIVIDUAL PERSONS ….LE MALI EST UN ”MAMADOULAND”…HOHOHO

    🙂 LA COLONISATION DES NOMS ET LE GENOCIDE PAR CULTUROCIDE, EFFACER NOS MEMOIRES! L ECOLE DE REPETITIONS DEBILISANTES, LES RELATIONS OU RELIGIONS GENOCIDAIRES! 🙂

    • LA NATURE EST LE SEIGNEUR TOUT PUISSANT!
      LA PARADE DU PARADIS C EST ICI TOUT COMME LES CHAINES EN FER DE L ENFER, TOUT EST ICI SUR TERRE, SELON CE QUE NOUS INVENTONS POUR NOUS MEMES…

      DEVARIEUX N A PAS BESOIN DE PARADIS IL A REJOIN NOS ANCETRES NOIRS ET KAAFRIHW!

  2. Jacob Desvarieux a eu plus d’impact sur la jeunesse Afrique que les litteraires antillais comme Aime Cesare, Leon Damas, Edouard Glissant, Guy Tirolien.
    Tout le monde ne peut pas lire et comprendr un libre.Mais dans la musique il ya pas probleme de langue.

  3. LA MORT EST LE MOMENT DE LA CELEBRATION D UNE VIE ACCOMPLIE, LES RELIGIONS ABRAHAMIQUES VOLENT VIOLENT ET VIOLENTENT LES VIES!

    🙂 RETOURNONS A LA CELEBRATION DE NOS MORTS AU LIEU DE LES PLEURER, LA VIE A UN SENS SI ELLE EST CELEBREE ET LA MORT REDEVIENT NATURELLE CAR ELLE A ETE DENATURALISEE PAR LES MENSONGES CAUCHEMAREDESQUES ABRAHAMIQUES, LEURS PEUR_INSUFFEE, LES CONTES A FAIRE DORMIR DEBOUT….LA MORT EST UNE CELEBRATION DE LA VIE PLEINE ET LABORIEUSE EN AMOUR! 🙂

    QUFAAROHW

    • Zanga tu as raison car combien de jeunes Africains de Dakar a Johannesburg et du Durban au Caire ont fete et dance cette musique de ce grand Africain.

  4. A NOTRE NAISSANCE NOUS COMMENCONS A MOURIR, CEUX QUI FONT QUELQUE CHOSE POUR LEURS NATIONS ARRIVENT A LA MORT EN LAISSANT QUELQUE CHOSE DE SIGNIFICATIF AUX AUTRES A CONTINUER, VOILA!
    CEUX QUI PASSENT LEURS VIES A FENEANTISER ET 5 FOIS PAR JOUR ET NUIT PRIER AUX ANCETRES DES ETRANGERS NE LAISSERONT RIEN QUE L AMERTUME ET LES PROBLEMES A LEURS NATIONS ESCLAVAGISEES!

    🙂 JACOB DESVARIEUX VIE ET MORT, UN ESPRIT QUFAAROH A CELEBRER COMME TOUJOURS, PAS DE PERTE, GAIN AUX QUFAAROHW, LE ZOUK VIT DANS LES AIRS QUE VOUS RESPIRONS, VIBRONS EN ZOUK 🙂

  5. ‘Sa voix rocailleuse, grave et presque discrète’.
    Cette vois nous ne l’oublierons jamais jamais.
    Une grande perte.
    Ainsi va la vie!
    Paix a son ame.

  6. 🙂 FRERE KINGUIRANKE, LA MORT EST LE SEUL EVENEMENT-CERTAIN DANS LA VIE D UN ETRE LEQUEL, MEME LES DIEUX MEURENT PUISQUN ILS ”VIVENT ET MEURENT DANS NOS TETES”, JE VOUS DIS QUE L ESPRIT DE DEVARIEUX NOUS A ”PARDONNE’ HIER NUIT DANS UN REVE! 🙂

    LE GRAND KAAFAROH DEVARIEUX EST DESO|RMAIS PARMI NOS ANCETRES POUR MIEUX VEILLER SUR LE MONDE DES FAAROHW!
    CELEBRONS TOUS NOS GRANDS QUFAAROHW BA ZOUMANA, TATA BAMBO, ORLIS MEMBELE, WA KAMISSOKO,TATA CISSE, MANU DIBANGO, BOB MARLEY, JAMES BROWN, PRINCE, ERNESTO DJEDJE, ALI FAAROH-KA, CHE GUEVARA , POUCHKINE, A.DUMAS, R. MUGHABE, T SANKARA, SEKOU TOUREH, KHADAFI, TOUSSAINT LOUVERTURE, FIRHOUN, SONI ALI, LUMUMBA….ILS SONT NOMBREUX NOS PROPHETES, FORTIFIONS -NOUS DE LEURS ENSEIGNEMENTS…..

    CELEBRONS CEUX LA QUI ONT LAISSE DES ENSEIGNEMENTS AVANT DE REJOINDRE NOS ANCETRES!

  7. L’Afrique a perdu un grand fils qui nous a fait dancer, rever et il a rapproche l’Afrique de ses Antilles et de ses autres fils transportes de l’autre cote a travers les Oceans feroces sur des bateaux de fortune! Que son ame repose en paix!

Répondre à Kinguiranke Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here