Les Nations Unies appuient le développement de l’exportation de la viande au Mali

0

2ème session du comité de pilotage du programme de développement de l’exportation de la viande du Mali PROVEM

Le programme de développement de l’exportation de la viande du Mali PROVEM est un programme initié par le Ministère du Commerce et de la Concurrence, en collaboration avec différents départements ministériels avec l’appui financier et technique du Programme des Nations Unies pour le développement PNUD et l’Organisation des Nations pour le développement industriel (ONUDI). Son objectif est d’assurer le développement de l’exportation de la viande du Mali, d’améliorer les revenus des producteurs, des marchands et des exportateurs de viande en vue d’accroître la valeur ajoutée des exportations Maliennes.

Le sous-secteur de l’élevage représente une source de revenus pour plus de 30% de la population malienne. En 2018 le montant des exportations d’animaux vivants a été estimé à 139 milliards FCFA. La 2ème session du comité de pilotage du PROVEM qui s’est tenue ce 1er avril avait à son ordre du jour, entre autres, l’adoption du plan de travail annuel 2019, l’examen et l’adoption de l’organigramme de la Cellule d’Appui à l’opérationnalisation du programme, mais aussi la préparation des termes de référence de la table des bailleurs de fonds. Il s’agissait également de présenter les membres de l’organe pilote, les termes de référence de la construction ou réhabilitation des abattoirs modernes des régions de Sikasso, Gao et le district de Bamako. A l’entame de la réunion, une minute de silence a été observée en la mémoire des victimes de la tuerie perpétrée dans le village d’Ogossagou, au centre du Mali.

Dans son intervention, la Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies, Mbaranga Gasarabwe a salué les efforts du département de tutelle pour la concrétisation du projet : « Il nous faut agir maintenant pour améliorer la contribution de l’élevage au développement socio-économique du pays. Ceci passe la levée des difficultés majeures auxquelles le sous-secteur est confronté… Nous devons garder en mémoire que le programme est tout d’abord conçu pour contribuer à la professionnalisation des éleveurs et à la mise en œuvre des conditions d’investissements du secteur privé dans la transformation du bétail en viande. Aussi, nous devons œuvrer pour la satisfaction de ces bénéficiaires. Car c’est de cela que dépend le succès du programme. En outre, il ne saurait y avoir de fatalité dans le conflit éleveurs agriculteurs. Il est possible de réduire ces conflits en gérant la transhumance par l’aménagement des zones pastorales et agro-pastorales, en sécurisant l’accès aux ressources pastorales. Pour ce faire, il faudra mettre en place des couloirs de transhumance équipés de points d’eau et aménager des couloirs d’accès à l’eau. Nos efforts ne porteront leurs fruits qu’avec la modernisation de la filière bétail-viande au Mali et en faire un facteur de lutte contre la pauvreté, de créations d’emplois nouveaux et pérennes pour la stabilisation ».

Le PROVEM prévoit entre autres l’aménagement d’espaces pastoraux pour une meilleure alimentation du bétail, l’aménagement de couloirs de transhumance, la mise en place d’un système de traçabilité du bétail la construction de nouveaux abattoirs /usines répondant aux normes internationale. Son coût total est de dix-neuf milliards trois cent cinquante millions (19 350 000 000) F CFA.

Le Ministre du Commerce et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmad Moussa, a rappelé l’importance du secteur de l’élevage dont le plein potentiel n’est pas exploité du fait de nombreux facteurs. « Malgré l’importance relative du sous-secteur de l’élevage, l’économie malienne ne parvient pas à tirer plein profit de cet important potentiel économique ». La réunion a été une session d’orientation pour l’équipe en charge de mettre en œuvre les différentes activités pour la réussite du programme. Elle est également l’occasion d’échanger sur la réunion des bailleurs de fonds dont la date sera confirmée. Le ministre a ensuite salué l’engagement de toutes les structures désignées en charge des préparatifs de la table ronde des bailleurs de fonds. « Je voudrais à cette occasion, les remercier toutes et les exhorter à poursuivre leur engagement jusqu’à l’atteinte de l’objectif », a-t-il-ajouté

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here