Rapports des forces onusiennes sur les FAMAS: Quand la MINUSMA se ridiculise

9

Les rapports trimestriels de la MINUSMA incriminant nos militaires font de vives tensions au sein de l’opinion.  Pour cause, les données  desdits  rapports   seraient  celles  publiées par les médias français   couvrant ainsi,   des atrocités terroristes  sur les civils.   Bien que la préservation des droits de l’homme  soit  une nécessité mais en faire un règlement de comptes  politiques   seraient  encore  plus  ridicules.

Dans   les  pays   où les  conflits règnent,   les  questions des droits de l’homme se posent  et sont prises au sérieux.   Elles soumettent   une  limite  aux pouvoirs  publics  et aux  groupes  belligérants   à respecter   sans quoi,   des poursuites  judiciaires   pourraient  intervenir  à tout moment.  Notamment,  il s’agit entre autres,   des   tortures  carcérales,   des  traitements   inhumains   y  compris  des lois interdisant   les principes de réciprocité d’un  pays à l’autre  comme armes de répressions  diplomatiques  et  culturelles.     Par  ailleurs,  en dépit  des contextes sécuritaires complexes,   les  personnes   travaillant dans le domaine  doivent  avoir des mains libres  par rapport   aux éventuelles  enquêtes , en faire si possible  comme  ça se passe ailleurs,    des  dénonciations   en tenant compte des réalités sur le terrain.   Toutefois,  le respect   de  ces   aspects  fondamentaux  de la part de   nos  soldats  sont  témoignés  par  la hiérarchie militaire   à travers  des   différents   communiqués   sur les théâtres des opérations.   De même,    la MINUSMA   semble avoir  tiré de côté   dans l’élaboration  de   son  récent  rapport  sur   l’armée malienne  dans lequel,  elle   l’accuserait   d’avoir  commis  des exactions contre des civils.  Et   ces  accusations  jugées  ” fortuites ”  ont été   rejetées  non seulement  par la direction de l’information et des relations publiques de l’armée ( DIRPA) mais également par une grande  partie  de la société civile  dont certains indiquent qu’il s’agirait plutôt   d’un ancien rapport contesté  et  fourni par la France.   Un pays   qui,  sur fond de crise   avec les autorités de la transition,   a été contraint de retirer ses soldats   pour insatisfaction de  résultats.  Aussi,  dans ledit rapport,   l’on  perçoit  l’absence des atrocités terroristes contre les civils  encore  moins,  des cas de viols  et des   braquages.    Pour  finir,  les   questions  des  droits de l’homme ne devraient pas être   un mécanisme  d’instrumentalisation, à   des fins politiques    inavouées  et les  attitudes  de la  MINUSMA  donneraient   davantage   raison à ceux qui réclament son départ immédiat.

  Yacouba   COULIBALY

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. MINUSMA, MINUSCO, MINUSCA, MINIUSTHA, etc. partout les Nations-Unies ont été un vrai echec, des 6000 morts en Haiti par le Cholera introduit par la MINUSTHA, aux enfants de la MINUSTHA et de la MINUSMA en Haiti et au Mali, etc. Y en marre de ce ‘machin’ du General De Gaule!

  2. This report possess very serious information on how NATO uses organizations to impose it’s will. There was no referral to actions of terrorists plus those who of their will secretly aid terrorists whether they be NATO nations militaries or citizens of Sahel nations especially Mali. Sole focus of report was to discredit Malian military as duly operating military as feasibility provide holding protection of innocent above all.
    That is highest law of war plus any condition or rule failing to account for it should not be enforced being it is improper condition or rule.
    One thing ring clear NATO sneakily protect its own no matter what deceitful or evil act committed as have been done by NATO france. This is major cause we must timely bring Malians case before Negroid Africa plus obligate timely response so that Negroid African leaders plus citizens know evil that confront them when they become involved with NATO france. In many cases military relation with NATO france will determine if Negroid African is fit to lead Negroid Africans or should go to France to lead french.
    Speedy plus needed confrontation
    of foregoing condition may best be met by non political Negroid African Self-Reliance Movement. We able to facilitate that movement now.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. LA CHARTE DE L IMPERIALISME
    PAS ETONNANT
    Pétition LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME ou “La Charte de la Servitude”
    Pour:Unesco,ONU,Citoyens du Monde, toutes les associations des Droits de L’Homme du Monde entier,les Dirigeants et Décideurs du Monde Capitaliste
    LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME ou ” La Charte de la Servitude ”
    Nous invitons Tout les Présidents du Monde entier et leurs Peuple respectif, les dirigeants de chaque institutions,toutes les Associations du Monde entier y compris: Les Associations des droits de l’Hommes et les Associations de Défense des Animaux chats,chiens,rats…Etc!!
    Vous êtes invités à réfléchir sur le contenu de cette Charte ,car il est Urgent qu’un Sommet Mondiale de Réflexion se fasse au plus vite.
    Merci de Signer et de faire suivre en nous faisant parts de vos Propositions Constructives.
    Mireille Saki Présidente-Ambassadrice de Paix.

    Les 54 Etats d’Afrique dans sont entité y compris les pays du Maghreb,les Sans religions,les riches,les pauvres,les travailleurs,les Chômeurs,les Opprimés du Monde,les indignés, les invalides,les Valides, les Sans voix du Monde,et même les enfants sans oublier les Bébés et les Foetus Etc!!!.

    LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME ou “La Charte de la Servitude” :

    I. DISPOSITION GÉNÉRALE
    Article 1° :
    De la Devise : – Devise de l’impérialisme : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.
    Article 2° :
    Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.
    Article 3° :
    Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s’en attribuer l’exercice.
    Article 4° :
    Tous les pays du tiers-monde sont divisibles et leurs frontières déplaçable selon notre volonté. Le respect de l’intégrité territoriale n’existe pas pour le tiers-monde.
    Article 5° :
    Tous les dictateurs doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement aux pays du tiers-monde.

    II. DU RÉGIME POLITIQUE
    Article 6° :
    Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.

    Article 7° :
    Tout pouvoir qui oppose la moindre résistance à nos injonctions perd par le fait même sa légalité, sa légitimité et sa crédibilité. Il doit disparaître.

    III. DES TRAITES ET DES ACCORDS
    Article 8° :
    On ne négocie pas les accords et les contrats avec les pays du tiers-monde, on leur impose ce qu’on veut et ils subissent notre volonté.

    Article 9° :
    Tout accord conclu avec un autre pays ou une négociation sans notre aval est nulle et de nul effet.

    IV. DES DROITS FONDAMENTAUX
    Article 10° :
    Là où il ya nos intérêt, les pays du tiers-monde n’ont pas de droit, dans les pays du sud, nos intérêts passent avant la loi et le droit international.
    Article 11° :
    La liberté d’expression, la liberté d’associations et les droit de l’homme n’ont de sens que dans le pays où les dirigeants s’opposent à notre volonté.
    Article 12° :
    Les peuples du tiers-monde n’ont pas d’opinion ni de droit, ils subissent notre loi et notre droit.
    Article 13° :
    Les pays du tiers-monde n’ont ni culture ni civilisation sans se référer à la civilisation Occidentale.
    Article 14° :
    On ne parle pas de génocide, de massacre ni des « crimes de guerre » ou des « crimes contre l’humanité » dans les pays où nos intérêt sont garantis. Même si le nombre des victimes est très important.

    V. DES FINANCES PUBLIQUES
    Article 15° :
    Dans les pays du tiers-monde, nul n’a le droit de mettre dans leurs banques un plafond d’argent fixé par nous. Lorsque la fortune dépasse le plafond, on la dépose dans l’une de nos banques pour que les bénéfices retournent sous forme des prêts ou d’aide économique au développement en espèce ou en nature.
    Article 16° :
    N’auront droit à l’aide précitée, les pays dont les dirigeants font preuve d’une soumission totale à nous, nos marionnettes et nos valets.
    Article 17° :
    Notre aide doit-être accompagnée des recommandations fortes de nature à empêcher et briser toute action de développement des pays du tiers-monde.

    VI. DES TRAITES MILITAIRES
    Article 18° :
    Nos armées doivent être toujours plus fortes et plus puissantes que les armées des pays du tiers-monde. La limitation et l’interdiction d’arme des destructions massive ne nous concerne pas, mais les autres.
    Article 19° :
    Nos armées doivent s’entraider et s’unir dans la guerre contre l’armée d’un pays faible pour afficher notre suprématie et se faire craindre par les pays du tiers-monde.
    Article 20° :
    Toute intervention militaire a pour objectif de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.
    Article 21° :
    Toute opération d’évacuation des ressortissants des pays Occidentaux cache notre mission réelle, celle de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

    VII. ACCORDS INTERNATIONAUX
    Article 22° :
    L’ONU est notre instrument, nous devons l’utiliser contre nos ennemis et les pays du tiers-monde pour protéger nos intérêts.
    Article 23° :
    Notre objectif est de déstabiliser et détruire les régimes qui nous sont hostiles et installer nos marionnettes sous la protection de nos militaires sous la couverture des mandats des forces de l’« ONU ».
    Article 24° :
    Les résolutions de l’« ONU » sont des textes qui nous donnent le droit et les moyens de frapper, de tuer et de détruire les pays dont les dirigeants et les peuples qui refusent de se soumettre à nos injonctions sous la couverture des résolutions du Conseil de Sécurité de l’« ONU ».
    Article 25° :
    Notre devoir est de maintenir l’Afrique et d’autres pays du monde dans le sous-développement, la miser, la division, les guerres, le chaos pour bien les dominer, les exploiter et les piller a travers les Missions de Nations-Unies.
    Article 26° :
    Notre règle d’or est la liquidation physique des leaders et dirigeants nationalistes du tiers-monde.
    Article 27° :
    Les lois, les résolutions, les cours et tribunaux des « Nations-Unies » sont nos instruments de pression contre les dirigeants et les leaders des pays qui défendent les intérêts de leurs peuples.
    Article 28° :
    Les dirigeants des puissances Occidentales ne peuvent être poursuivis, arrêter ni incarcérer par les cours et tribunaux de l’« ONU », même s’ils commettent des « crimes de guerre », de « génocide » ou des « crimes contre l’humanité ».

  4. bientot ce régime de bidasses sera un lointain souvenir. wait and see. tout comme
    les maliens ont déjà oublié choguel.

  5. On en comprend pas depuis que barkhane a quitté le Mali les maliens ne prononcent même pas le nom de la France, mais tous les jours Macron parle du Mali, Macron laisse nous respirer un peu.

    Il faut vraiment relire la charte de la décolonisation en Afrique, parce que j’ai l’impression qu’il y a des non-dits ou des closes cachés, sinon comment expliquer un tel acharnement contre le Mali, un pays pourtant agressé de part et d’autre.

    C’est vraiment le monde à l’envers!
    Un pays victime mais coupable d’exister simplement en tant que Nation libre et indépendante!

    Finalement, on demandera au Mali de s’excuser de son existence!

    Avec la sérénité et la force mentale des maliens, il faudra d’abord marcher sur leurs cadavres!

  6. Couloubaly, tu sais que la MINUSMA est au Mali a la solde de la maudite France avec Lacroix et Salgado, donc ne soyons pas surpris de ses dérapages, mensonges et incapacités de nous montrer un seul résultat depuis qu’elle est sur le terrain. MINUSTHA, MINUSCO, MINUSCA, MINUSMA, toutes des operations faillites en Haiti, République Democratique du Congo, Republique Centre Africaine et au Mali!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here