Alousseni Sanou, ministre de l’Economie et des finances : Le véritable “Soldat” de l’économie malienne !

0

S’il y a un membre du gouvernement qui s’est particulièrement illustré durant cette Transition 2020, singulièrement courant l’année 2022, c’est bien le ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou, l’homme qui a su contourner les effets des sanctions de la Cédéao contre le Mali, et qui a même réussi à faire démentir, de par ses talents, certains chefs d’Etat qui ne lui donnaient que quatre semaines (entre janvier et février 2022) pour que le Mali s’effondre. Grâce à son efficacité dans les négociations avec les partenaires bilatéraux et la mobilisation des ressources intérieures ces dernières années, le locataire de l’hôtel des Finances a su maintenir le pays à flot dans un contexte de grande adversité sous régional et régional et de crise multidimensionnelle nationale et mondiale.

Bourreau de la Cédéao !

Contourner les effets des sanctions de la Cédéao contre le Mali ? Tel était le défi majeur imposé au département de l’Economie et des Finances par des chefs d’Etat visiblement téléguidés par une puissance occidentale. Ceux-ci ne lui donnaient plus d’un mois (début janvier à début février 2022) pour que le Mali abdique, s’effondre ou sombre dans un autre coup de force militaire. Dieu ne les entendra pas, et cela grâce aux efforts du titulaire du portefeuille.

Alousséni Sanou ne cesse, en effet, d’entreprendre des efforts d’amélioration de la gouvernance, de la gestion des finances publiques et des réformes dans le cadre de la mobilisation des recettes fiscales. A ce jour, la télé-déclaration fiscale est déjà disponible pour un échantillon de grands contribuables. Il aura ainsi réussi à réaliser des économies dans le budget 2021 de l’ordre de 100,999 milliards de F CFA. Des économies qui ont ainsi permis d’affecter des ressources supplémentaires aux secteurs de défenses militaires (71,127 milliards de F CFA) ; entretien d’urgence routier de Bamako (5,0 milliards de F CFA) ; réhabilitation des écoles (5,172 milliards de F CFA), santé (4,7 milliards de F CFA) ; assainissement et sport (5 milliards de F CFA) ; et dépenses sociales (10 milliards de F CFA).

Faisant le bilan de l’activité du Mali sur le marché financier régional de l’année 2022, le ministre de l’Economie et des Finances reconnait qu’il a été marqué par un contexte assez particulier et difficile, avec des sanctions de la Cédéao et de l’Uémoa, qui ont eu des impacts négatifs sur les objectifs de mobilisation de ressources sur le marché financier, comme aime à le rappeler à certaines occasions le directeur national du trésor et de la comptabilité publique, sans oublier les effets résiduels de la Covid-19 et les impacts de la crise en Ukraine qui ont engendré une hausse du niveau général des prix.

“Malgré ces difficultés, l’économie malienne est restée solide en 2022 avec une évolution favorable des principaux indicateurs économiques et financiers : un taux de croissance de 3,7 % contre 3,1 % et -1,2 % en 2021 et 2020, un taux d’inflation dans la moyenne de la sous-région ressorti à 6 %, un taux de chômage parmi les meilleurs de la sous-région à 6,5 %, un taux de déficit budgétaire de 4,7 % contre 4,7 % et 5,5 % en 2021 et 2020. De même, le Trésor a mobilisé sur le marché financier régional près de 786 milliards F CFA nécessaires à la couverture des besoins de trésorerie et au financement des investissements structurants indispensables à la croissance et au développement économiques du Mali”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances lors du lancement du calendrier d’émission de titres publics pour l’année 2023 le jeudi 23 février 2023 à Bamako en présence du directeur national de la Bcéao pour le Mali, le directeur adjoint d’Umoa-Titres, chargé de l’intérim ainsi des directeurs généraux des banques, des sociétés de gestion et d’intermédiation (SGI) et des compagnies d’assurances.

1400 milliards F CFA  de titres émis pour 2023

Justement à cette occasion, l’on apprend que l’agence Bloomfield, dans son rapport publié en février 2023, maintient la précédente note attribuée au Mali, à savoir : A3 à court terme avec perspective stable et BBB à long terme avec perspective stable. “Cela témoigne que malgré la crise multidimensionnelle, les fondements de l’économie malienne restent solides”, dira Alousséni Sanou avant de lancer un appel aux investisseurs à soutenir le financement adéquat des besoins de l’Etat malien, pour une croissance soutenue et durable.

Le directeur adjoint d’Umoa-Titres, chargé de l’intérim, Banassi Ouattara (venu spécialement de Dakar pour la circonstance), a félicité l’Etat du Mali pour sa grande contribution pour le développement du marché financier régional.

Quant à la présidente de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers du Mali, Mme Sidibé Aïssatou Koné, elle a rassuré le ministre sur l’engagement des banques maliennes à souscrire aux émissions des titres publics. Elle a félicité le ministre pour la bonne qualité du cadre de collaboration instauré.

En février 2023, le Mali levait plus de 1000 milliards de F CFA sur le marché au titre de l’Uémoa, preuve que la signature du Mali bénéficie de la confiance des partenaires et investisseurs.

En effet, le montant total des titres à émettre pour l’année 2023 s’élève à mille quatre cent neuf (1409) milliards de F CFA dont 50 milliards de bons infra-annuels. Ce montant sera mobilisé à travers vingt-sept (27) émissions de titres publics dont deux (2) par syndication.

La répartition par instrument en valeur nominale est la suivante :

– Bons du Trésor : 209 milliards F CFA ;

Obligations du Trésor : 1200 milliards FCFA. Avec comme rythme de :

– Une émission par adjudication tous les 15 jours, les mercredis avec un montant nominal compris entre 20 et 90 milliards FCFA ;

– Deux émissions d’emprunt obligataire par appel public à l’épargne pour un montant total de 300 milliards FCFA.Il faut être Alousséni Sanou pour le faire.

1766 milliards de FCFA de recettes intérieures mobilisées

Au plan national, le ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou n’a pas failli, en dépassant tous les objectifs assignés en 2022 dans la mobilisation des recettes budgétaires.

Dans ce cadre, les services de l’assiette et de recouvrement, à savoir la direction générale des impôts (DGI), la direction générale des douanes (DGD) et la direction nationale des domaines (DND), plus la direction nationale du trésor et de la comptabilité publique (DNTPC) en structure de veille ont cumulé plus de 1766 milliards de F CFA de recettes budgétaires au cours de l’année 2022 permettant à l’Etat de rester debout et de faire face à ses engagements de tous ordres.

Pour les remercier pour ces résultats obtenus dans un contexte très contraignant et les inviter à garder le cap pour cette année 2023, le Premier ministre, Dr. Choguel Kokalla Maïga, a reçu en audience, le 27 mars 2023, à la Primature, les différents responsables de ces services. C’était en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou ; et son collègue en charge des Domaines, Pr. Bréhima Kaména.

Ce jour, le Premier ministre a tenu à féliciter et à encourager ceux qu’il a qualifiés de soldats de l’économie pour les efforts qu’ils continuent de déployer afin de permettre à l’Etat de répondre à ses engagements. Il s’agit du directeur général des impôts, Mathias Konaté, du directeur général des douanes, Amadou Konaté, du directeur national des domaines, Abdoulaye Dicko et du directeur national du trésor et de la comptabilité publique, Boubacar Ben Bouillé Haïdara.

Au cours de cette rencontre, le Premier ministre, chef du Gouvernement a reconnu en ses interlocuteurs, ceux-là qui ont redonné au Mali sa souveraineté, avec les Forces de défense et de sécurité, mais eux, ne sont pas visibles. C’est pourquoi, Dr. Choguel Kokalla Maïga a tenu à exprimer toute la reconnaissance de la nation à ces responsables des services de l’assiette que sont les impôts, la douane, les domaines et le Trésor.

De leur côté, les acteurs de l’économie se sont engagés à poursuivre les efforts.Notre héros du jour, le ministre de l’Economie et de Finances Alousséni Sanou a invité ces responsables de services relevant de lui à dépasser les objectifs.

Pourtant, tout n’était pas gagné d’avance. Ce qui avait d’ailleurs amené le Mali à adopter le 17 août 2022 la révision de son budget 2022 qui s’établissait dorénavant en recettes à 1982,44 milliards FCFA et en dépenses à 2647,28 milliards FCFA. Comparativement à la Loi de finances initiale, ce budget rectificatif enregistrait des baisses respectives de 148,3 milliards F CFA et 101,3 milliards FCFA en recettes et en dépenses. Selon le gouvernement, cette baisse du budget était à attribuer au ralentissement de l’activité économique et au recul des recettes fiscales, suite aux sanctions économiques et financières imposées à Bamako par la Cédéao et l’Uémoa. Les services de recettes avaient donc du travail, parce que, malgré la révision à la baisse de leurs objectifs de recettes, le contexte de crise multidimensionnelle restait toujours un handicap majeur de rentrées d’argent pour les Impôts, les Douanes, les Domaines et le Trésor.

Malgré tout, à l’heure du bilan annuel, le satisfécit était grand, les attentes ayant été largement comblées.

Pour preuve, au 31 décembre 2022, la DGI a réalisé 992,436 milliards de F CFA, la DGD : 611,311 milliards de F CFA et la DND : 162,347 milliards de F CFA, soit au total 1766,094 milliards de F CFA. Si l’on déduit ce montant du budget annuel en recettes établi à 1982,44 milliards F CFA, il ne resterait qu’un peu plus de 216 milliards à collecter par l’ensemble des autres services de recettes.

La première reconnaissance, pour accueillir ces performances fabuleuses, était justement venue du ministre de tutelle, avec des mots qui rendent fiers leurs destinataires. En effet, le 02 mars 2023, le ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Touré, a adressé simultanément aux trois responsables des services de l’assiette (DGI, DGD et DND), une lettre de félicitation au contenu identique pour saluer les résultats atteints en 2022 et les exhorter à plus d’ardeur dans la traque aux recettes en cette année 2023.

En guise d’exemple, voici le libellé de la lettre adressée au directeur général des impôts : “L’examen du tableau définitif produit le 31 décembre 2022 par la direction nationale du trésor et de la comptabilité publique relativement aux encaissements et recouvrements de recettes budgétaires effectués au titre de l’exercice 2022 m’a permis de constater, avec une réelle satisfaction, que la direction générale des Impôts a réalisé, sous votre leadership, un montant de 992,436 milliards FCFA sur votre objectif assigné de 986,940 milliards F CFA.

Il en résulte un taux de réalisation de plus de 101 % et un excédent de 5,496 milliards de F CFA.

Je saisis cette occasion pour vous adresser mes sincères félicitations. Je joins à ce témoignage du mérite l’ensemble des responsables et agents des différents services relevant de la Direction générale des Impôts.

Je voudrais également vous exhorter à persévérer dans cette voie qui, du reste, est la seule à permettre le financement pérenne et durable des nombreuses et ambitieuses politiques publiques initiées par le gouvernement et de relever les nombreux défis de l’heure”.

Dans cette embellie du bilan du ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou, n’oublions pas la part du PMU-Mali et de son directeur général Fassery Doumbia, un homme de confiance à lui (ayant été son chef de cabinet) nommé à la mi-2021.

En effet, courant l’exercice 2021, la société du Pari mutuel urbain du Mali (PMU-Mali) a réalisé un résultat excédentaire de 6,4 milliards de F CFA contre 2,4 milliards en en 2020, soit une hausse de 161 %. Explications ? Le chiffre d’affaires a connu une forte progression, passant de 24 milliards en 2020 à 42 milliards en 2021, soit un accroissement de 73 %.

Pendant la même période, il est constaté davantage de maîtrise des charges. Fait rare pour être noté : on a enregistré une réduction des charges d’un milliard F CFA au bout de six mois, entre juin et décembre 2021.

Au titre des impôts et taxes, le PMU-Mali a versé au Trésor public plus de 8,7 milliards de F CFA en 2021 contre 700 millions en 2020, soit une progression de 109,8 %. En 2022, le PMU-Mali a réalisé un bénéfice record net de plus de 20 milliards FCFA contre 6 milliards FCFA en 2021. Qui dit mieux !

Aujourd’hui, le ministre Sanou sillonne les cinq continents, entre foras, conférences et visites, à la recherche de financement de l’économie malienne.

C’est dire qu’Alousséni Sanou maîtrise son sujet.         

El Hadj A.B. HAIDARA

 

Bio-express

Né en 1964 à Kati, Alousséni Sanou cumule une trentaine d’années d’expériences professionnelles dans le domaine bancaire et financier et deux années d’expériences dans l’évaluation économique des sociétés d’Etat.

Titulaire d’une maitrise en sciences économiques obtenue à Ecole nationale d’administration du Mali en 1987, Alousséni Sanou a effectué plusieurs formations de spécialisation, entre autres, en contrôle de gestion (Tours/France en 1995), de courtier en bourse (Institut canadien de Bourse à Abidjan/Côte d’Ivoire en 1995), en monétique (Sopra Montpellier/France en 2005) ou dans la mise en œuvre de Balé II/III (Crédit coopératif Paris/France en 2015).

Il a démarré sa carrière en 1987, en tant qu’expert assistant chargé de l’évaluation de l’Union laitière de Bamako (ULB-Mali Lait) et de l’Organisation de l’aménagement de la production forestière (OAPF) dans le cadre du Programme d’ajustement structurel renforcé (PASR) de la Banque mondiale.

En 1989, Alousséni Sanou accède au poste de chef des opérations à la Cifbail à Abidjan (Côte d’Ivoire).

C’est en 1991 qu’il rejoindra la Banque nationale pour le développement agricole en tant que contrôleur de gestion. Il sera nommé chef du service trésorerie et opérations internationales en 1997 pour se hisser au poste de directeur financier et comptable en juin 2006, poste qu’il occupera jusqu’à sa nomination au poste de ministre de l’Economie et des Finances du Mali par le décret n°2020/0074/PT-RM du 5 octobre 2020 portant nomination des membres du gouvernement.

Au cours de sa brillante carrière, Alousséni Sanou assurera les intérims du président directeur général et du directeur général de la BNDA entre 2017 et 2019.

Il occupera également les fonctions de président du Groupe Projet Balé II/III et du Plan comptable bancaire révisé de la BNDA en 2016, représentant de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Mali (APBEF) au sein de la Commission fiscale (regroupant l’administration fiscale, les banques et le ministère de l’Economie et des finances du Mali) entre 2015 et 2017.

Membre des différents comités au sein de la BNDA (comité de direction, comité de risque, de stratégie, des impayés, ALM et de pilotage de projets) de 2005 à 2017, Alousséni Sanou est administrateur dans plusieurs structures telles que la Société de gestion et d’intermédiation (SGI-Mali SA), la Banque malienne de solidarité (BMS-SA).

Expert en analyse économique, de viabilité et de rentabilité opérationnelle, Alousséni Sanou a également mené plusieurs négociations de contrats et de conventions auprès des partenaires techniques et financiers en faveur de l’économie nationale.

Marié et père de quatre enfants, Alousséni Sanou parle français, anglais et bambara. Il est passionné de voyage, de lecture et de volley-ball.                                                                                                                                        El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!