Journées d’information des hommes de medias sur la Cour suprême : Une retrouvaille entre deux familles complémentaires (médias et justice)

0

Ce mardi 16 novembre 2021, s’est tenu dans les locaux de la Cour suprême du Mali une journée d’information des hommes de médias sur la Cour  Suprême sur l’initiative du  Cadre de Concertation des Directeurs de Publication (C. C. D. P.) . La dite journée d’échange était d’expliquer aux médias  sur les missions, le fonctionnement la composition, les domaines de  compétences, les pouvoirs et la portée des décisions de la haute cour régulatrice qu’est la Cour Suprême.  

La présente journée d’information intervient dans le cadre de  programme d’activités 2021 du C. C. D. P dans lequel un certain nombre de services publics ou privés de l’État sont sollicités pour édifier la lanterne des journalistes , entre autres sur leurs missions, fonctionnement et principales activités. Ce qui, du coup les aide énormément, quand il s’agit aux journalistes de faire des articles de presse, reportages radios ou télévisuels sur lesdites structures. Avec cette journée d’échange , ils seront en passe d’achever un cheminement de compréhension des acteurs de médias de deux institutions de la république, à savoir la Cour Constitutionnelle du Mali dont la journée d’information s’est tenue en août dernier et la Cour Suprême, aujourd’hui. Car, nombreux sont les hommes de médias qui confondaient leurs missions et  les domaines d’actions respectifs.

Au cours de cette journée M. Baba BERTHE, professeur de droit public et ancien ministre a édifié les hommes de médias  sur le rôle de gardienne du droit qu’est la cour suprême.

Pour le Coordinateur du CCDP M Aboubacar Z Bany,  les patrons de presse sont à l’école du Président de la Cour Suprême, magistrat de classe exceptionnelle, entouré des experts du droit public et des relations publiques, pour apprendre ce qu’est la Cour Suprême Mali dans toute sa dimension. Les mots ou expressions juridiques ne sont pas souvent aisés à comprendre, par beaucoup de journalistes et animateurs de divers médias. Il arrive que quand les professionnels du droit au quotidien s’expriment, que les journalistes ne savons pas sur quel pied se tenir.

Quant au  Président de la Cour Suprême du Mali M Wafi Ougadeye , la rencontre entre le monde des médias et de la communication et les membres de la cour suprême du Mali est un moment à la fois, spécial et important. Elle constitue, à nos yeux, une retrouvaille entre deux familles complémentaires qui ont beaucoup de points communs. La première, les gens des médias et de la communication, ayant une bonne connaissance de l’actualité́ tandis que la seconde, les professionnels du droit, a un solide socle de connaissances dans les matières fondamentales du droit. Sans être exhaustif, on peut sans risque de se tromper souligner, qu’elles partagent des valeurs communes telles que l’indépendance, l’impartialité́, l’objectivité́, la recherche de la vérité́ et la protection des libertés. Elles sont toutes deux profondément attachées au respect du secret tant des sources que des enquêtes et de l’instruction judiciaire. L’une comme l’autre reçoit des faits pour l’atteinte de leurs missions : informer, éduquer, sensibiliser, instruire, faire connaitre ou rendre la justice. Ces faits sont traités pour être transformés en information ou en actes juridiques. Il permettra enfin d’irriguer nos réflexions sur divers domaines d’intérêt commun. Il convoquera inévitablement d’autres thématiques telles que la communication au niveau des juridictions, la recherche du juste équilibre entre l’indépendance de la justice et la liberté́ d’expression, si chères à chacune de nos corporations, la conjuration du secret tant de l’instruction judiciaire que des sources de l’information que certains considèrent comme « la pierre angulaire de la liberté́ de la presse » , le spectre de la dépénalisation des infractions à la loi sur la presse et bien sûr, d’autres sujets d’intérêts communs. Il ne peut y avoir d’antagonisme entre justice et presse. Le pouvoir judiciaire et le monde de la presse ont vocation à contrebalancé les autres pouvoirs.

Bokoum Abdoul Momini/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here