PGLR : Le Comité consultatif national fait le point

0

Le consortium SNV-Oxfam-Icco a tenu la 2e réunion annuelle du comité consultatif national de son Programme de gouvernance locale redevable (PGLR). Il s’agissait, pour les participants, de faire le point de la situation et des recommandations pour davantage maintenir et consolider le PGLR dans ses zones d’intervention.

La cérémonie d’ouverture des travaux au complexe culturel Blonba a été présidée par le représentant du ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, en présence du représentant de l’ambassade des Pays-Bas, du consortium SNV-Oxfam-Icco. En plus de ces personnalités, la réunion a enregistré la présence des jeunes leaders des cinq régions couvertes par le PGLR : Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Ménaka.

La présentation du suivi des recommandations de la réunion annuelle 2016, la présentation de l’extension du PGLR et les échanges sur les résultats et perspectives du Programme tout en formulant des recommandations pertinentes pour son développement ont émaillé la rencontre. Le PGLR, a rappelé le directeur pays de SNV-Mali, Jean de Matha Ouédraogo, vise à  contribuer au développement des services sociaux de base.

“L’objectif du PGLR est d’améliorer la gestion des affaires publiques locales et le renforcement du leadership des jeunes à travers une approche base commune sur le renforcement de la gouvernance des communes et des organisations sur la gestion des services publics dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’eau potable, des ressources naturelles, du foncier et de la création d’emplois”, a-t-il précisé.

A l’en croire, le PGLR inscrit dans un contexte de crise sécuritaire, humanitaire et sociale occupe le devant de l’actualité du Mali depuis 2012. Le renforcement  de la gouvernance redevable dans les zones soumises aux difficultés économiques et sociales contribue à redynamiser les bases du développement.

Le programme compte élargir sa présence. “Dès janvier, il interviendra dans 180 communes sur les 302 communes que comptent les régions soient un taux de couverture d’environ 60 %. On espère l’extension du  Programme à l’ensemble des communes des régions concernées”, a-t-il souhaité

Les jeunes des régions concernées ont apprécié le PGLR à sa juste valeur. “Le développement d’un pays passe par les jeunes, s’il n’y avait pas ce projet, il fallait le créer. Cette méthode innovante nous a permis d’acquérir des compétences solides en matière de gouvernance et de citoyenneté. C’est l’un des programmes innovants qui met les jeunes au cœur de la gestion de leur commune”, a reconnu Boubacar Moulaye Haïdara, le représentant des jeunes leaders des cinq régions.

Le représentant du ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, a invité les femmes à s’intéresser davantage à ce Programme. “C’est la construction du nouveau type malien, c’est un programme qui aidera notre ministère dans sa vision d’aider les jeunes. Les femmes doivent s’impliquer d’avantage pour l’amélioration de leurs conditions”, a déclaré M. Coulibaly

Moctar Dramane Koné, Stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER