Coût du Hadj 2018 : Le gouvernement fixe son prix à 2,363 millions FCFA

0

Le ministre Thierno Amadou Omar Hass DIALLO a procédé à l’ouverture officielle du pèlerinage 2018, ce lundi 19 mars 2018, à la Maison du Hadj, sise à Hamdallaye, dans l’enceinte même du Centre culturel islamique de Hamdallaye.

A cette occasion, le ministre des Affaires religieuses et du Culte a visité les installations de la Maison du Hadj pour le Guichet unique où doivent et peuvent se dérouler toutes les formalités du Hadj 2018 : de l’inscription à la visite médicale, en passant par les informations utiles et autres formalités d’usage.

Il était accompagné, pour la circonstance, par le Directeur général de la Maison du Hadj, en la personne du Pr Hamza MAIGA.

Contrairement au Hadj 2017 en termes d’innovations, les inscriptions se feront sur présentation du passeport dont l’acquisition incombe au pèlerin lui-même, a relevé le ministre des Affaires religieuses et du Culte.

Le Mali mettra également un accent particulier, pour le Hadj 2018, sur la formation des encadreurs et la décentralisation de la formation des pèlerins à l’intérieur du pays, a-t-il souligné.

Le ministre DIALLO a surtout insisté sur les démarches à faire le plus tôt possible, au niveau de ce Guichet unique et ailleurs, par les pèlerins pour ne pas être pris dans les contraintes du temps, la campagne étant ouverte du 19 mars au 13 juillet 2018.

Car, l’Arabie Saoudite, le pays hôte, a fixé des délais incompressibles au-delà desquels les dossiers de pèlerins ne sont plus traités, a-t-il expliqué.

L’Arabie Saoudite a également instauré l’empreinte digitale pour identifier les pèlerins maliens devant se rendre aux lieux saints de l’islam, a rappelé le ministre DIALLO.

En plus de cette innovation, l’Arabie Saoudite a décrété de nouvelles taxes, notamment une TVA de 5% sur certaines prestations comme le transport, la nourriture et l’hébergement, a-t-il ajouté.

Malgré ces nouvelles contraintes financières, le Mali a pu stabiliser le coût du pèlerinage 2018 pour la filière gouvernementale, arrêté à deux millions trois cent soixante-trois mille six cent quinze FCFA (2 363 615 FCFA), soit une baisse de quelques centimes par rapport au Hadj 2017, alors qu’une tendance à la hausse serait inscrite dans la logique des choses, s’est félicité le ministre des Affaires religieuses et du Culte.

En dépit de quelques couacs dans l’organisation du Hadj 2017 (aucune œuvre humaine n’étant parfaite), le Mali a reçu une lettre de félicitations des autorités saoudiennes pour « la bonne tenue »  de son Hadj 2017, avec une mention spéciale pour l’équipe médicale de notre pays qui a pu engranger « 80 points sur 100 » en matière d’assistance à ses compatriotes, s’est davantage réjoui le ministre DIALLO.

Source : CCOM/MARC  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER