9e conférence nationale de l’URD : Soumaïla Cissé fait des propositions concrètes pour « sortir le pays de l’impasse »

7
9e conférence nationale de l’URD
Somaila Cissé lors de la conférence nationale

Initialement prévue pour novembre mais empêchée par «manque de salles», la 9e Conférence nationalede l’Union pour la République et la Démocratie (URD) a eu lieu, ce samedi 15 décembre au Palais des Sports Salamatou Maïga. Quelque 500 délégués du parti se sont penchés sur les propositions de «sortir de l’impasse » faites par le Bureau Exécutif National (BEN) de leur parti.

Maliweb.net -«Que d’obstacles à la tenue de la conférence de l’URD », indique Me Demba Traoré, secrétaire à la Communication du parti. Qu’à cela ne tienne, au Palais des Sports, on était loin de l’euphorie qui prévalait à la veille de la présidentielle, notamment à la 8e conférence nationale où le parti à la poignée de main, sous le thème: «Restaurer l’espoir» a fait une véritable démonstration de force. A cette 9e conférence nationale de l’URD, l’heure était plutôt au bilan de la présidentielle, aux perspectives pour les prochaines échéances électorales et aux propositions de réformes institutionnelles et administratives.

Plusieurs leaders politiques ont pris part à la cérémonie d’ouverture de la Conférence. Il s’agit entre autres de l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, Me Mohamed Ali Bathily, Me MountagaTall, Konimba Sidibé, Tiébilé Dramé, Choguel Kokalla Maïga ou encre Moussa Sinko Coulibaly. Devant eux, le président de l’URD est revenu sur l’histoire de sa victoire volée à la présidentielle d’août dernier.«Nous disons et répétons haut et fort: Nous avons gagné l’élection du 12 août 2018 !  Et nul ne peut nous faire admettre le contraire ! Les faits sont là! Têtus et implacables !», insiste Soumaïla Cissé.

La 9e conférence nationale a été l’occasion pour le Chef de file de l’opposition de faire des propositions de sortir de crise politico-institutionnelle que traverse, selon lui,  notre pays. Ces propositions, a rappelé Soumaïla Cissé, sont issues de la retraite du BEN de l’URD organisée les 9,10 et 11 novembre 2018, à Sélingué. Sur le système électoral, l’opposant propose l’introduction de la proportionnelle dans le mode de scrutin et la mise en place d’un organe autonome de gestion des élections. L’innovation principale, indique-t-il, consistera à avoir à côté des députés élus dans les régions, 5 députés élus par les Maliens de l’extérieur et une liste nationale de 75 députés comprenant 25 Femmes et 25 Jeunes.

Sur le découpage territorial, Soumaïla Cissé indique: «nous proposons d’ériger tous les 50 cercles existants en régions et de ramener à 2 niveaux au lieu de 3 actuellement la hiérarchie administrative ainsi que celle des collectivités. Notre réforme envisage au niveau du Haut Conseil des Collectivités, en plus des Conseillers nationaux élus dans les Régions, les Communes du District de Bamako et des Régions des Maliens de l’Extérieur, à raison de 2 par Région, 5 Représentants élus par les Leaders Religieux, 5 Représentants élus par les Chefs Traditionnels et Coutumiers, soit un total de 150 Conseillers nationaux». Ces propositions de réformes soumises aux délégués permettront, selon Soumaïla Cissé, de «renforcer la gouvernance locale et rapprocher davantage l’administration des administrés».

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. LE ROI BITON DE SEGOU
    La légitimité est liée à l’expression réelle du peuple,non à la validation de la cour constitutionnelle.
    IBK est désigné légalement,mais n’est pas légitime.
    Légalité et légitimité sont deux notions différentes.
    Être légal et ne pas être légitime veut dire clairement qu’ on a usurpé le pouvoir.
    UN COUP D’ÉTAT MILITAIRE PEUT PERMETTRE L’INSTALLATION D’UN POUVOIR LÉGAL,S’IL EST RECONNU PAR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE,MAIS N’EST PAS LÉGITIME CAR NON ÉLU PAR LE PEUPLE.
    L’illegitimité est exprimée par les bourages d’urnes confirmés par des observateurs extérieurs.
    Elle est confirmée par les achats de voix constatés publiquement.
    Dès le premier tour,il y a eu une distribution de points honteuse PAR LE MINISTÈRE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE.
    Ce pouvoir a caporalisé les membres de la constitution en amont,pendant et après les élections.
    Vous pouvez vous cacher derrière la décision de la cour constitutionnelle pour dire que les élections sont closes,mais le peuple reste méfiant et prêt à récupérer son trône.
    On peut être reconnu par la communauté internationale comme l’ont été plusieurs putschistes,mais la réalité commande la politique expliquant la mobilisation des hommes politiques qui doivent jouer leur partition.
    La réalité est que le constat est largement partagé qu’ IBK et son CLAN ne défendent pas le Mali,mais leurs intérêts personnels.
    La partition des hommes politiques est de continuer à mobiliser la communauté nationale et internationale sur l’illegitimité du pouvoir IBK.
    La réalité combinée à la partition déclenchent la perception que si le MALI reste dans l’insécurité permanente c’est grâce à un homme qui n’est pas aimé par son peuple.
    La communauté internationale constatera infailliblement que le frein à toute avancée dans la situation du Mali est IBK et son CLAN.
    La communauté nationale réveillée par la conscientisation des hommes politiques des causes réelles de leurs souffrances n’aura d’autres solutions que de se rebeller.
    Il s’agit d’une lutte de longue haleine pour remettre au peuple son pouvoir.
    SOUMAILA CISSE l’a dit au soir de la confiscation du pouvoir qu’ il n’abandonnera pas le peuple car c’est, en réalité,une lutte pour le peuple contre les fossoyeurs des biens de L’ÉTAT.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE !
    La lutte continue.

    • Sangare’ tout est relatif!!!! S’il y a deux interpretations oppose’es a’ propos de l’expression dont vous parlez, c’est bien la Cour Constitutionnelle qui tranche conformement a’ la Constitution du Mali qui est LA LOI SUPREME DE NOTRE FASO!

  2. Soumaila, sabali!!!!
    Les evenements recents nous conseillent de dire aux religieux de rester loin de la politique!
    Le Mali doit avoir une nouvelle loi qui exide que tous les dons faits aux religieux soient connus!!! MILLION KEME’ DOUWAWOU?????? IL FAUT ETRE UN CISSE’ CON POUR JETER SON ARGENT DE CETTE MANIERE!!!
    Le resultat de la presidentielle est connu. Le camp de Soumi a conteste’ ledit resultat en suivant la procedure legale. L’avis de la cour constitutionnelle est connu! Quand on est republicain et respectueux des lois et des institutions de la republique on accepte la decision de la cour!
    Le president IBK ne veut point diviser sa patrie. Il faut seulement permettre aux maliennes et aux maliens une plus grande participation a’ la table des decisions a’ propos de leurs regions respectives!
    La proportionnelle est ce qu’elle est. La liste qui aura 60% aux legislatives, aura 60% des sieges au parlement. Nous savons qu’aucune liste n’aura 100%. Ce qui veut dire que les derniers sur la liste du parti, auront tres peu de chance pour etre parlementaires. Les premiers sur la liste auront une grande chance d’etre parlementaires! Je suis sure que la proportionnelle fera eclater les petits partis comme l’URD car celles et ceux qui ne voient pas leurs noms parmi les premiers noms sur la liste presente’e par le parti, seront mecontents de constater qu’ils n’ont aucune chance d’etre membres de l’Assemble’e Nationale. ILS VONT TRES PROBABLEMENT QUITTER POUR ALLER FORMER LEURS PROPRES PARTIS AFIN D’ETRE …. TETE DE LISTE!!!! La proportionnelle peut garantir une place au parlement malien pour Soumi qui sera la tete de liste de l’URD mais elle ne garantira pas le ROLE de depute’ a’ des depute’s actuels de l’URD qui peuvent facilement se faire elire au niveau de leurs districts respectifs si on continue avec la methode actuelle.
    Soumi, la CENI est un organe autonome. ON NE PEUT EN AUCUN CAS ELIMINER DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DANS LES ELECTIONS. CETTE INSTITUTION EXISTE DANS LA CONSTITUTION ET SON ROLE EST DECRIT DANS LA MEME CONSTITUTION! Nous savons que les resultats des elections seront conteste’s. IL FAUT DONC UNE PROCEDURE LEGALE POUR DECIDER!!!
    RASBATH, J’AI ECOUTE’ TES IDIOTIES A’ PROPOS DE SOUMEYLOU BOUBEY MAIGA! IL EST TEMPS QUE TU CESSES DE VERSER L’HUILE SUR LE FEU!!!
    ALLAH KA BE’ SON HAKILI GNOUMAN NA!!!!
    50 REGIONS??? 50 GOUVERNEURS???? SOUMAILA, YOU LOST YOUR MIND!!!!!!! UN VRAI CISSE’ IDIOT!!!!! LES COULIBALY ONT TOUJOURS COMPRIS QUE LES CISSE’ NE SONT PAS INTELLIGENTS! MANDELA CISSE’ EST L’EXCEPTION A’ CETTE REGLE!!! RIRE!!!!
    ALLAH KA CISSE’ LAKAW SON HAKILI GNOUMAN NA!!!

  3. Qui va mettre ces propositions en œuvre? comme il ne reconnait pas le président et son gouvernement et que les Maliens sont loin d’élire un président comme lui. J’espère aussi que quand on va intégrer ces propositions il en assumera la paternité jusqu’au bout? parce que ces gens nous ont habitué à voter des propositions au parlement et à se dédire quelques heures après. Ces gens me font honnêtement pitié tant ils sont pathétiques et pleins d’ambiguïtés et de contradictions j’espère sincèrement que la raison commence à les habiter.

  4. Et l’école, la santé, l’agriculture, la sécurité à Bamako et ailleurs!!!!!!!!!!!! Qu’en pensent-ils? Ce sont les vrais problèmes du pays!!!!!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here