Les Murmures de Bamako : Silence, escroquerie au nom de Lobbo

0

Grâce au laissez-passer que procure un soutien à la candidature du président de la République Amadou Toumani Touré ATT, les escrocs de tout acabit fusent de toutes parts. Dans un quartier périphérique de Bamako, de paisibles citoyens sont en train de faire les frais de cette « ATTmania ».

Le nom de la première Dame, Mme Touré Lobbo Traoré, est devenu un fonds de commerce. Des femmes qui se disent très liées à Lobbo font du porte-à-porte pour convaincre leurs sœurs à créer une association dénommée « les Amis de Lobbo ». Le hic, c’est que les adhérentes doivent cotiser 1000 F CFA qui seront remis à la bienfaitrice Lobbo comme soutien symbolique. En retour, celle-ci doit, dit-on, les couvrir de présents. Retour de l’ascenseur à l’envoyeur : les « amies » de la première Dame devront encore monnayer leurs voix en faveur d’ATT au scrutin du 29 avril 2007.rn

Les cadres et commerçants escroqués

rn

Les cartes de membres d’un regroupement politique de la place, qui ne jure que par le général ATT, se vendent comme du petit pain. En ces temps d’opportunisme politique et d’impunité liées à un soutien, des cadres et premiers responsables de certains services publics et parapublics pourvoyeurs de recettes au Trésor public, sont les plus visés. Ces fameuses cartes sont cédées pour la faramineuse somme de 1 000 000 de F CFA. Les opérateurs économiques surtout ceux qui prêtent le flanc constituent aussi une cible. Leur prix passe du simple au double, soit 2 000 000 de F CFA et même plus.

rn

Candidature d’ATT : la Cafo courtisée

rn

Rien n’est plus épargné par Koulouba pour faire adhérer même les morts à la candidature d’ATT. Des hommes de main du pouvoir en place avec espèces sonnantes et trébuchantes sont commis pour démarcher associations, corporations et même confréries religieuses à se manifester pour la cause d’ATT. La Cafo dont la secrétaire exécutive Mme Touré Oumou Traoré a été primée par le chef de l’Etat à l’occasion de la cérémonie commémorative du 8 mars 2007, est dans la ligne de mire. Selon des indiscrétions, des actions sont en cours pour faire organiser par la Cafo, un meeting de soutien à la candidature du général président. Mais la résistance serait grande eu égard au fait que l’organisation créée avec le mouvement du 26 mars 1991 est apolitique même si elle compte en son sein des femmes de différentes sensibilités politiques.

rn

Le camp Guittèye dans le dilemme

rnLe meeting de soutien organisé le 7 mars 2007 au CICB par le président contesté de la CCIM, Jeamille Bittar, au nom du secteur privé, a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Un meeting vivement contesté par les défenseurs de la démocratie qui doutent désormais de la neutralité de cette institution. Le camp des opérateurs économiques, appelé « Camp Guittèye », qui ne reconnaît pas la victoire de Bittar à l’élection consulaire du 1er octobre, ont boycotté ce meeting qui couvre les ambitions cachées de son initiateur.

Quelques jours après, les mêmes manœuvres sont orchestrées en direction du camp Guittèye pour qu’il tienne sa part de meeting. Des opérateurs craignant qu’ATT ne voit en eux des ennemis, ont trouvé l’idée de se manifester en sa faveur. Certains parmi eux pensent tout simplement qu’il faut faire un geste de solidarité à l’égard des deux députés qui sont des leurs (Hamadaou Sylla député du Mouvement citoyen et Cheickna Hamalla Bathily de l’URD, mouvance présidentielle). Quel que soit le mobile de ce soutien, ces commerçants ne feront que marcher sur les plates-bandes de Bittar et seront taxés d’opportunisme à leur tour. Ah intérêts personnels quand tu nous tiens !

Commentaires via Facebook :

PARTAGER