Rapport 2019 du Végal : Environ 15 milliards FCFA d’irrégularités financières décelées

6

Président de la Transition, le Colonel –major à la retraite Bah N’DAW,  a reçu, vendredi, le rapport annuel 2019 du Bureau du Vérificateur Général lors d’une cérémonie officielle  tenue dans la salle des banquets de Koulouba.

-Maliweb.net-  Outre le Vérificateur Général Samba Alhamdou BABY,  le Vice-président de la Transition, Colonel Assimi GOITA,  du Premier ministre, M. Moctar Ouane et plusieurs membres du gouvernement étaient présents à cette remise.  Ce premier rapport remis au Président de la Transition qui veut faire la lutte contre la corruption l’une de ses priorités concerne 31 entités de l’Etat  qui ont fait l’objet de vérifications financières, de performances et  de  suivis et recommandations. Ces différentes vérifications  ont décelé des irrégularités financières qui se chiffrent à environ à 15 milliards FCFA.  «  Ces vérifications ont mis en exergue  une panoplie d’irrégularités qui compromettent sérieusement les efforts du gouvernement », tranche le vérificateur général, Samba Alhamdou Baby, dans le discours tenus devant les autorités de la transition.  

 De quoi inciter  le  Président de la Transition à multiplier les mises  en garde à ceux qui n’hésitent pas à faire main basse sur les deniers publics. «  Tous ceux qui voudront se servir du Mali, au lieu de le servir, le feront à leurs risques et périls. Qu’ils le sachent ! »,a-t-il averti.  Poursuivant que dès ce lundi 2 novembre, les départements ministériels concernés seront mobilisés pour que les responsables des entités incriminées sachent que la performance n’est pas facultative mais obligatoire.  Fidèle  à son discours d’investiture qui prône une gouvernance saine, le Président Bah N’Daw soutient qu’il n’y a pas d’hésitation possible. « C’est soit le Mali, soit la porte ! », a-t-il lancé.

 Par ailleurs, en répondant  à une recommandation du rapport annuel 2019 qui demande à l’Etat d’être plus  vigilant  dans les conventions minières, le Président Bah N’Daw a exprimé les limites de la Transition  qui, selon lui, ne pourra pas tout faire.  Mais,  ce dernier attend jouer sa partition  pour qu’à défaut de l’or blanc (Coton), dont la production a subi un coup dur cette année, l’or puisse briller pour les Maliens. Ainsi, a-t-il indiqué qu’il est hors de question que l’or du Mali ne brille pas pour le Mali.  « L’or du Mali brillera surtout pour le Mali.», déclare le Président de la Transition en signe de promesse.

Au Mali, la publication du rapport annuel du vérificateur général  sur les dysfonctionnements constatés dans la gestion des ressources du pays a connu une tournure importante ces dernières années. Plusieurs responsables  des services de l’Etat dont la gestion des fonds  publics a révélé des irrégularités financières ont été auditionnés par le pôle économique et financier de Bamako, puis placés sous mandat de dépôt.

 

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Après la chute de la dictature, les créditeurs du pays insistèrent pour que les Haïtiens honorent la dette contractée par les Duvalier, estimée à 844 millions de dollars et dont une grande partie était due à des institutions internationales comme le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

    La légalité de ces remboursements, alors qu’une grande partie de cette dette n’a pas été dépensée en Haïti mais détournée par les responsables du régime, a été contestée par certaines hommes politiques et observateurs.

    Cephas Lumina, l’expert indépendant des Nations-Unies sur la dette extérieure, a soutenu que « le cas d’Haïti est l’un des exemples les plus frappants de dette odieuse dans le monde.

    Rien que pour cette raison, la dette devrait être annulée sans conditions »

  2. Eux même on demande la déclaration de leurs bien, ils ne nous disent pas si c’est fait ou pas. Et comment demander le bon exemple aux autres ?

  3. LA SITUATION CHRONIQUE DE LA PREMIERE RÉPUBLIQUE NEGRE DE L’ HISTOIRE:

    https://reseauinternational.net/la-nouvelle-haiti/

    Á RETENIR, INDÉPENDANCE FACE Á LA FRANCE:
    – Déclarée 1er janvier 1804 ,
    – Reconnue 17 avril 1825

    MAIS LE MODE DE GOUVERNANCE ( INSTITUTIONS FRANCAISES COPIÉES ET COLLÉES, MENTALITÉ,..) RESTENT: DONC L’ ENFER GARANTI AU PEUPLE.

    CONCLUSION: DANS 200 ANS, SINON JAMAIS, LE MALI ET AUTRES PAYS “FRANCISÉS” NE S’ EN SORTIRONT AVEC LE PARADIGME FRANCAIS DE GOUVERNANCE.

    LA FRANCE ELLE-MEME S’ AGONISE AVEC CES INSTITUTIONS DE SIMULACRE DE GOUVERNANCE, DU MENSONGE, DU VOL, DE LA TRAHISON.

    DONC, LA REFONDATION DE L’ ÉTAT MALIEN EST IMPÉRATIVE.

  4. Quand est-ce que l’on va mettre Boua le ventru IBK le Mande Zonkeba, sa famille, son Premier Ministre Boubou, ses Ministres, se Deputes et autres amis comme Kagnassy, Mahamadou Camara etc. voleurs aux arrets, le peuple Mlaien a besoin de justice et nous attendons Ba Ndaw.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here