Mali / Crise politique ! IBK va-t-il dissoudre l’Assemblée Nationale ?

6

Après la dissolution de la Cour Constitutionnelle suite aux démissions successives de ses membres, le président IBK doit à présent contraindre le président de l’Assemblée Nationale, Moussa Timbiné et les autres députés mal élus à jeter l’éponge pour l’organisation de nouvelles législatives ou dissoudre carrément l’Hémicycle pour aller vers de nouvelles élections législatives.

 

maliweb.net IBK va-t-il user des pouvoirs exceptionnels pour le conforter dans la prise des décisions devant aider à sortir le pays de la crise ? Rien ne permet de l’affirmer. Le chef de l’Etat doit au moins s’inspirer des propositions de la délégation de la CEDEAO pour asseoir un dialogue politique de sortie de la crise politique actuelle. Il doit, dans ce cas, dissoudre l’Assemblée Nationale en vue de conduire le peuple vers la tenue de nouvelles élections législatives plus transparentes et crédibles.

Cela devra passer par la formation d’un « gouvernement consensuel d’union nationale », comme recommandé par la délégation de la CEDEAO.

Mais, il semble que les caisses de l’Etat sont en difficulté, pour supporter l’organisation de nouvelles élections législatives dans un pays en proie à des tensions de trésorerie. Surtout que le chef de l’Etat vient de décréter l’application, immédiate, intégrale et complète de l’article 39 du statut des enseignants.

Des sources crédibles mettent l’accent sur la disponibilité des partenaires techniques et financiers du pays à appuyer de façon substantielle les dépenses électorales.

Par ailleurs, pour désamorcer la contestation croissante qui risque de précipiter le pays dans l’abîme, IBK doit à nouveau prendre la parole pour annoncer des concessions politiques de taille… Ce qui aura le mérite de ne pas laisser la possibilité au mouvement contestataire du M5-RFP d’aller vers une troisième démonstration de force, qui risque fragiliser davantage le pouvoir ou de faire basculer le pays dans le chaos.

Gouvernance calamiteuse marqué de nombreux scandales, pilotage à vue du pays en crise sécuritaire aggravée, crise post-électorale ayant suscité des mécontentements multiples. Le régime IBK est aujourd’hui vomi par une écrasante majorité du peuple. IBK doit à nouveau s’adresser à son peuple.

Ce sera cette fois-ci l’occasion d’annoncer des décisions fortes comme la dissolution de l’Assemblée Nationale et celle de la Cour constitutionnelle.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. La cedeao n’a pas facilité la tâche du pr ibk , désormais la crédibilité de l’assemblée nationale est posée à travers de son président fraîchement élu dans une des circonscriptions suspecté de fraude , en cas du remembrement des membres du Conseil constitutionnel , Moussa timbiné ne pourra légitimement prétendre nommer les membres qui revient de droit au président de l’assemblée nationale

  2. Ma proposition concernant un gouvernement d’union national . je propose qu’on face un toilettage non seulement au sein du gouvernement mais aussi dans la l’administration . Il s’agit de remercier toutes ces ordures humaines qui vivent de l’argent du contribuable maliens. le nouveau gouvernement doit être composer des corps étranges ou des cadres valables qui ont l’amour et le souci des biens être des maliens , c’est à dire un choix mérité sans complaisance , ni favoritisme, parental , etc. Ce pays à beaucoup souffert de mal gouvernance et de corruption à ciel ouvert. DIRIGER C’EST SERVIR

  3. En vérité, Si Gouvernement d’Union Nationale doit y avoir, Ce ne devrait pas être, remplacer un Gouvernement d’Union Nationale par un Gouvernement d’Union Nationale.
    Cela ne servirait à rien.
    Si le Président IBK devait démissionner. Ce ne devrait pas s’agir de juste remplacer un HOMME par un HOMME ou par une FEMME.
    Ce ne devrait pas être juste, remplacer un Président par un Président.

    Il faudrait un Président qui puisse tenir ” ses Engagements.
    MAIS QUI VOYEZ-VOUS PARMI CES SANGSUES COLLÉES À DICKO ?
    Mais qui allons-nous mettre sur le fauteuil ? Dicko ? Allahou Akbar.
    Si IBK sort, nous assisterons à la grande confusion dans laquelle tous ces anciens ministres et anciens PM viendront chercher leur part. Avec embargo total et risque d’arrivée de Kouffa et Iyad à BKO.
    Si IBK reste, formons un bon gouvernement de technocrates SANS CES ANCIENS MINISTRES ET PM,avec une feuille de route claire et obligation de résultat pour les 2ans et demi qui restent. Pas d’assemblée ,pas de cour constitutionnelle. Pas d’embargo. C’est la solution de sagesse.

  4. Oui IBK peut dissoudre l’Assembée Nationale et la Cour Constitutionnelle mais cela ne va pas sauver son régime pourri d’une dissolution. La malédiction l’a poussé à ignorer barons et tenants de son parti et de son régime pour n’écouter que son enfant raté sur les grandes décisions qui impactent la vie de la nation. Aujourd’hui il est au milieu du gué et doit tout faire pour s’en sortir et aller se saouler la gueule quelques jours avant d’aller brûler en Enfer. 😀😀😀😀😀😀😀

    Ce parasite de IBK ne peut pas survivre une année à la perte de ce pouvoir, préparons ses funérailles dès maintenant. 😀😀😀😀😀😀

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here