Gouvernance IBK : Les finances en pôle position en cette année 2020

3

Le Mali a énormément besoin d’apports financiers de pays amis et partenaires pour apporter le mieux-être attendu avec impatience en cette année, après la difficile année 2019.

Maliweb.net « L’effort de guerre », « l’effort de guerre pour plus de 24 % du budget national» ! A force de ressasser cette expression pour expliquer les difficultés de la gouvernance, la tension de trésorerie amèrement vécue par les populations, le pouvoir court le risque de verser dans une sorte de théâtralisation ou de plaisanterie de mauvais goût. Car, un Etat sérieux assure vaille que vaille ses charges même en cas de « circonstances exceptionnelles ».

Ce constat s’impose dans la mesure où l’Etat est fortement attendu sur le plan des services sociaux de base, de réouvertures d’écoles, de réinsertion socio-professionnelle, de création d’emplois, etc. Et IBK, se faisant réélire en 2018, avait quasiment assuré la jeunesse que son dernier mandat sera le leur. Avec la gorge déployée, le chef de l’Etat candidat assurait que « Notre grand Maali avance et avancera ». Avait

En cette année 2020, IBK est en passe de terminer la deuxième année de son ultime quinquennat. C’est-à-dire qu’à la fin de cette année, il ne lui restera qu’à peine trois petites années pour finir sa mission à la tête du pays.

En plus de ses amis et cadres proches, le peuple malien va commencer le compte à rebours pour la satisfaction de ses aspirations. « Si IBK a promis d’assurer le bien-être des Maliens et que son premier mandat ne lui a pas permis de réaliser cette ambition, c’est en ces années restantes qu’il doit le faire. Sinon, on n’a plus grand-chose à espérer de lui ». Tels sont les commentaires qui commencent par fuser de la part de ses admirateurs et de ceux qui ont fondé un grand espoir en l’homme et qui, visiblement, frôlent la déception la plus totale.

Le président IBK est impatiemment attendu sur le terrain du mieux-être à apporter à ses compatriotes. Il décevra forcément l’opinion nationale s’il exige que les Maliens serrent à nouveau la ceinture.

Si gouverner c’est assurer un mieux-être aux populations, IBK aura fort à faire à faire respecter son souhait d’une trêve sociale considérée déjà par les syndicats comme à géométrie variable.

Le président de la République semble prêcher dans le désert la nécessité pour le pays d’observer « une trêve sociale » pour, vaille que vaille, faire face aux défis qui l’assaillent.

Ce plaidoyer devient difficilement acceptable pour certains acteurs sociaux. Ne trouve-t-on pas injuste qu’au moment où le président de la République a un budget de plus de 14 milliards que l’Assemblée Nationale en a autant sinon plus et que son Président a 35 millions par mois et  le Pm plus de 75 millions par mois comme caisses de souveraineté, qu’on demande aux enseignants d’accepter la trêve sociale.C’est pourquoi, sourds à tout appel et à toute interpellation, les enseignants se disent déterminés à faire aboutir  leurs revendications qui ne seraient pas de la mer à boire pour l’Etat.Ils sont tacitement soutenus par toutes les centrales syndicales et n’entendent pas lâcher du lest jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications.

Boubou SIDIBE/ Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Les pays dits amis doivent couper le robinet jusqu’à ce que le Mali mette en place des mesures sérieuses de lutte contre la mauvaise gestion et la délinquance financière………………….Nous n’avons qu’à renflouer d’abord les caisses de l’Etat en collectant tous les centimes qu’il faut auprès des services financiers et en assurant leur gestion saine……………………….. On verra ensuite qu’on n’a besoin d’appui budgétaire d’aucun pays que ce soit!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. MACRON A PAU :
    Se prononçant sur la question de Kidal, le président français Emmanuel Macron a été on ne peut plus clair : « Je souhaite redire très clairement que Kidal, c’est le Mali et l’État malien. À Kidal, c’est le drapeau malien, l’administration malienne et j’ai parfois entendu des messages contraires ». Il a d’ailleurs salué la décision du président malien, Ibrahim Boubacar Keita, « d’envoyer le Premier ministre » prochainement à Kidal.
    Il faut préciser que la majorité des Maliens tient la France pour responsable du statut ambigu de Kidal. Ces Maliens estiment que la France est un soutien de taille aux séparatistes.
    En tout cas, Emmanuel Macron met la balle dans le camp des autorités maliennes à travers cette déclaration. C’est à l’État malien de prendre toute sa responsabilité pour que Kidal fasse réellement partie du Mali.
    SOURCE : LE PAYS -https://maliactu.net/mali-emmanuel-macron-sur-le-statut-de-kidal-kidal-cest-le-mali-et-letat-malien/

    • MACRON A PAU :

      “””Chaque fois qu’un État demandera à la France de quitter, nous partirons. Notre seul intérêt, c’est la recherche de stabilité et la sécurité des États où nous sommes.

      J’entends beaucoup de choses sur les réseaux, dans les déclarations, j’entends des gens dire tout et n’importe quoi (…)

      Demandez-vous par qui ils sont payés, demandez-vous quel intérêt ils servent.”””

      SOURCE MALIWEB

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here