Lutte contre la corruption : Modibo Sidibé plaide pour la fin de l’impunité

23

L’ancien Premier ministre, président du parti Fare An ka wuli, Modibo Sidibé dans sa traditionnelle causerie dans les grins était à Ouolofobougou- Bolibana le samedi.

Plusieurs militants et sympathisants de son parti et d’admirateurs sont venus le rencontrer et ce fut un espace d’échange qui a donné lieu à un débat fraternel.

L’occasion était opportune pour le président du parti Fare An ka wuli de passer peigne fin l’actualité du pays. Pour lui, il faut ouvrir le grand dossier de la corruption  et de la malversation, afin de lutter contre l’impunité.” On ne peut pas avoir une transition réussie tant que des gens qui ont pillé les ressources de l’Etat sont au dehors sans être inquiétés”, a  mentionné Modibo Sidibé.

Il y’a eu des tueries lors des manifestations du M5-RFP, il faut que les acteurs et les complices soient arrêtés a t-il dit.

Concernant les élections à venir, l’ancien Premier ministre dira qu’il faut que nous partions aux élections à la période indiquée, même si on sait qu’on ne pourra pas avoir des élections totalement propres.

Il faut reconnaître que depuis un mois, Modibo Sidibé multiplie les séries contacts avec les autres partis politiques de la place pour donner sa vision pour un Mali meilleur.

Il a souligné aussi les partis politiques ont failli à leur mission, raison pour laquelle ils font l’objet de plusieurs critiques aujourd’hui. ” La politique n’est pas l’art de mentir ou de malhonnêteté, nous avons montré aux Maliens depuis la création de notre formation politique qu’il est possible d’être honnête en politique”, a dit Modibo Sidibé.

Le président de Fare An ka wuli entend poursuivre les rencontres dans les différents grins de causeries à travers notre pays, afin de partager sa vision pour le Mali. N’est ce pas là un début de campagne qui ne dit pas son nom ?

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

23 COMMENTAIRES

  1. 🙂 LES PAYS AVANCES NE SONT PAS DES PAYS FRANCOPHONES ET OU MEME MUSULMANS, LES PETITS BLANKOROHW QUI PENSENT FAIRE ENDORMIR D AVANTAGE LE PEUPLE MALIEN PERD LE TEMPS 🙂

  2. LE PROBLEME DU MALI CE SONT LES LARBINS DES ARABES ET LES LARBINS DES FRANCAIS PLUS LES FASO MADJOUGOUW COMME NOUS L AVAIT REVELE KINGUIRANKE!
    😎
    LES ANES QUI PORTENT L ISLAM SUR LEURS DOS ET CEUX LE FRANCAIS PUANT SOUS LES AISSEILLES, DEPUIS DES GENERATIONS, INCAPABLES DE S ASSOIR A LA TABLE COMMUNE, HANTES PAR LEURS EGOS L HYPOCRISIE ABRAHAMIQUE 😎

      • 🙂 JE SUIS LE PSYCHIATRE EN CHEF DU CH-POINT G, JE REVEILLE DES FOUS COMME TOI, TU VOIS? DES REGLES COMME TOI! REGLE PAR LES AUTRES A TRAVAILLER ET AGIR CONTRE SOI SANS S EN RENDRE COMPTE 🙂

  3. Lastus tu as lu le post de Sangare Djeli apres qu’il ne peut rien dire de vrai pour defendre le grand farfelu faiseur de milliardaires fonctionnaires Alpha Omar Konare alors il se retourne sur Modibo Operation RIZ, dommage, on ne peut defendre un voleur Sangare Djeli!

  4. Kinguiranke le dérangé
    C’est justement pour éclairer des personnes comme toi qui pensent qu’être ministre équivaut à voler les DENIERS PUBLICS qu’il faut L’ÉQUILIBRE DES POUVOIRS.
    L’habitude instaurée qui consiste à protéger des soutiens politiques contre la justice par les tenants du pouvoir du fait du pouvoir exercé sur les magistrats que trop de maliens pensent que tout ministre a volé.
    DEPUIS LE 19 NOVEMBRE 1968 DES MINISTRES TRAVAILLENT HONNÊTEMENT POUR LA RÉPUBLIQUE DANS UN CADRE TRÈS MALSAIN.
    Il y a un,DRISSA KEITA,qui a dit pendant qu’il était ministre QU’ ON NE PEUT PAS SAVOIR QUAND ON SUE SOUS LA PLUIE.
    Pour dire le travail d’un ministre sérieux parmi les MAFIEUX est réduit à néant.
    MODIBO SIDIBE a montré comme MINISTRE DE LA SANTE,ensuite comme MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES avant d’accompagner ATT qu’il est au dessus du lot,qu’il est honnête,sérieux et travailleur.
    LA CORRUPTION EXPONENTIELLE QUI MARQUE NOTRE ADMINISTRATION PUBLIQUE DEPUIS DES DÉCENNIES FAIT QUE TOUT LE MONDE EST FRAPPÉ AVEC LE MÊME BÂTON.
    Si le POUVOIR JUDICIAIRE est réellement indépendant de L’EXÉCUTIF,on distinguera réellement les bons ministres.
    On verra qui est entrain de suer.
    Mais en attendant des personnes,genre kinguiranke le dérangé, qui n’ont pas l’intelligence de discerner les bons cadres dans cet environnement malsain vont continuer à mettre tout le monde dans le même sac.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Modibo Sidibé “pulaku”: ancien prof. de Criminologie (of mine). Son intégrité et probité morale et intéllectuelle est incontestable.Il fait partie de la caste des servants honnêtes et compétents comme Zou.

    • Désolé Sangaré mais quand tu es premier ministre, tu te dois d’endosser la responsabilité de la déliquéscence de l’Etat pendant tes années de fonction. Ses attributions lui ont valu d’être au gouvernail du plan d’action gouvernemental et également des politiques de développement sectorielles, y compris celle de la justice. Alors si ces politiques et ces plans ont foiré, qu’il soit responsable et qu’il endosse cette lourde responsabilité de l’échec. C’est trop facile de prétendre qu’il n’y est pour rien parce qu’il recevait les ordres et obéïssait aux ordres du président.

      Quand on est serieux et responsable, lorsqu’on ne partage ni la vision, ni les actions du président, on démissionne. On ne passe pas six ans à ces côtés!!!!!!!!!

  5. VOUS AVEZ RAISON IL FAUT S OCCUPER DE TOUS LES DETOURNEURS DE FONDS VOLEURS HYPOCRITES

    Mali : Boubou Cissé, ou l’histoire secrète de la corruption
    8 juillet 2020 Par: NORDSUD JOURNAL

    Dans le système malien, le ministre de l’économie et des finances est techniquement le chef du gouvernement, car ayant la gestion de l’argent du pays, c’est lui qui décide les priorités à financer et imprime le rythme du gouvernement.

    Quand Boubou Cissé arrivait en 2016 au ministère des finances, il trouvait dans les caisses 155 milliards, « au lieu de reconstituer, il a tout vidé », confiait ainsi à Nord sud journal un ancien haut responsable du ministère de l’économie et des finances. Depuis cette année, le nom de Boubou Cissé est cité régulièrement dans des affaires de corruption, des marchés surfacturés ou ne respectant pas les procédures normales. Le Mali est-il devenu une société privée dirigée par Boubou Cissé ? Il sert le Mali ou sa poche ? Dans cet article, nous vous proposons un panorama inédit qui brosse quelques « des grandes affaires » de corruption où le nom de l’actuel premier ministre malien, Boubou Cissé est cité.

    La Plateforme de logistique de Nionsombougou bradée pour Dubai Ports World (DP World)
    En 2018, l’Etat malien signe un contrat de concession de la plate-forme logistique de Nionsombougou de 1000 hectares pour Dubai Ports World (DP World), le troisième exploitant portuaire mondial. Cette plate-forme logistique est située le long de la route principale reliant la capitale malienne à Dakar au Sénégal, et proche de la ligne ferroviaire reliant les deux villes. La plateforme logistique de Nionsombougou aura une capacité annuelle de 4 millions de tonnes de marchandises, a indiqué DP World dans un communiqué. Cependant les procédures d’acquisition de la plate-forme logistique de Nionsombougou de 1000 hectares par DP Word posent problème et de questionnement sur la bonne foi de la partie malienne. D’abord, le ministre des finances, Boubou Cissé n’a introduit les documents de cette concession au conseil des ministres pour approbation qu’après signature du contrat. Pire ! Selon les termes du contrat, l’État malien n’aura qu’une redevance dérisoire de 5% du chiffre d’affaire et oblige l’État à effectuer un important volume de trafic sur cette plate-forme logistique. Incroyable ! A qui profite le crime ?

    L’État « achète » six parcelles de terrain à plus 6 milliards au député Hadi Niangadou
    Il y a quelques années, le député Hadi Niangadou achetait six parcelles de terrain à Gouana, dans le cercle de Kati sur lesquels des habitants se sont installés. L’État demande à Hadi Niangadou d’abandonner ces parcelles aux populations en échange d’un endommagement. Alors la société Banga Immobilière de Hadi Niangadou surévalue les parcelles et aucun gouvernement n’a accepté son offre depuis 14 ans. L’ancien premier ministre Abdoulye Idrissa Maiga a catégoriquement refusé de payer cette somme astronomique de 10 milliards FCFA pour des terrains qui auraient coûtés 12 millions FCFA au moment de l’Achat par Banga Immobilière. En août 2019, le premier ministre et ministre des finances, Boubou Cissé accepte de payer au député Hadi Niangadou plus de six milliards deux cents millions FCFA malgré les réticences de son ministre de Budget, Mme Aoua Sylla qui a émis des réserves. Qu’est ce qui a poussé Boubou Cissé à payer plus de six milliards FCFA à Hadi Niangadou alors que le Mali traverse des périodes des tensions de trésorerie alors que tous ses précédents ont refusé de payer cette somme ? Y a t-il eu un deal pour payer une somme aussi considérable pour des parcelles qui auraient coûtés 12 millions des Francs CFA il y a quelques années ?

    Un blindé « en carton » évalué en moyen à un milliards des FCFA ?

    Au mois de décembre 2019, Boubou Cissé a conduit à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU) une délégation malienne composée du ministre de la sécurité intérieur, Salif Traoré, du directeur général du Budget, Sidiki Traoré, du Directeur général adjoint de la direction de marché public, Soibou Mariko et de l’ambassadeur du Mali aux Émirats Arabes unis, Boukary Sidibé, alias Kolon. Objectif : mobiliser une première tranche du crédit octroyé à l’État malien depuis juin 2019 par les Emirats Arabes unis en appui budgétaire de 250 millions de dollars , soit 150 milliards des Francs CFA. Il s’agit bien d’un crédit remboursable sur 39 ans et non un don comme comme annoncé au tout début. Le Mali a sollicité les EAU pour le décaissement d’une partie de cet crédit au fin d’acquérir cent (100) véhicules blindés de type Typhon. Le 11 décembre 2019, Boubou Cissé rencontrait Mohamed Al Suwaidi, le directeur du fond d’Abu Dhabi, puis le 12 décembre 2019, il rencontre le vice ministre de la défense Emirati, Matar Salem Al Daheri et Cheikh Saif Zayed Al Nahyan, vice-premier ministre et ministre de l’intérieur Emirati pour leur demander le décaissement d’une première tranche du crédit pour acheter « des blindés pour équiper deux régiments d’infanterie des Fama ». Mais à quel prix ? La presse malienne parle d’un montant total de 100 milliards des Francs CFA, soit un milliard des Francs CFA par Blindé. Si l’on se réfère à des sites spécialisés du domaine militaire comme http://www.opex360.com, le prix d’un blindé de même type, que ceux dont Boubou Cissé était au cœur de la commande, est de 458 millions des Francs CFA l’unité. De ce fait, le prix de cent sera donc 45 milliards 8 cents millions francs CFA. Où est donc passée la différence de plus de 50 milliards des francs CFA ?

    Pire encore, quelques mois plutard, le fournisseur livre plusieurs blindés qui ne répondaient pas aux normes. Le général malien Drabo, responsable des matériels militaires avait officiellement dénoncé cette livraison. La presse malienne et l’Imam Mahmoud Dicko avaient même qualifié ces blindés de « blindés en carton ». nouveau scandale ! Car ce marché de 100 milliards des francs CFA était passé de gré à gré en violation des textes maliens. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises. « Il y a deux semaines, le trésor malien a payé 40 milliards des francs CFA, de reliquat du contrat alors même qu’il n’a pas été executé à 100% », nous confie une source au trésor malien. Alors qu’au même moment sur le terrain, et après des attaques terroristes contre ces engins, commence à avoir des sérieux doutes sur l’efficacité même de ces engins. Il faut rappeler que sur le terrain, les mouvements rebelles et djihadistes préfèrent toujours utilisés des pick up 4X4 beaucoup plus légers et rapides.

    En faisant des investigations sur la société qui a bénéficié de ce marche, on decouvre d’autres surprises. En effet, STREIT Group est cité dans beaucoup des scandales de fourniture d’équipements militaires par des experts de l’ONU depuis 2016. Ils lui reprochent d’avoir violé l’embargo interdisant la vente d’armes à la Libye. Elle a aussi vendu des véhicules militaires au Soudan, rapportait le quotidien The Globe and Mail, alors que des sanctions adoptées par Ottawa empêchent tout « Canadien », même « à l’extérieur du Canada » de conclure de telles transactions.

    2.3 milliards « donnés » de gré à gré à Sinsy Coulibaly
    Décidément, la passation de gré à gré est devenu le jeu favori de Boubou Cissé et pour quelle cause ? Le chef du patronat malien, Mamadou Sinsy Coulibaly est marié à Madina Tall, une cousine du premier ministre Boubou Cissé. Le premier ministre et ministre des finances avait octroyé un marché de gré à gré de 2.3 milliards des Francs CFA à Mamadou Sinsy Coulibaly pour impression des bulletins de vote lors des élections législatives 2020. Chose étonnante encore, ce contrat n’a été validé signé et exécuté avant même sa validation en conseil des ministres, en violation des procédures. Mais visiblement, Boubou Cissé n’a rien à gagner dans le respect des procédures.

    Concession de l’aéroport de Bamako ou le parfum du gré à gré pour EGIS

    Le 15 mai dernier, le premier ministre Boubou Cissé avait convié des responsables maliens à l’ouverture des offres financières des soumissionnaires dans le cadre de la mise en concession de l’aéroport international Président Modibo Keita. A l’ouverture des plis, un seul offre, celui de la société française EGIS, associé à son frère Baba Cissé, qui n’est autre que le DG de la SGI-Mali et Mamadou Synsi Coulibaly, président du CNPM, époux de Madina Tall, la cousine de Boubou Cissé. Cette procédure est toujours en cours.

  6. Cet ancien PM et ministre pendant une éternité doit se taire. L arrêt de l impunité doit commencer en convoquant à la barre ces anciens Ministres et PM dont beaucoup traînent des casseroles et parlent pour se blanchir et tromper le peuple. Le peuple connaît tous ceux qui ont détourné les sous de l état et les corrompus au détriment de l état.

  7. Mamadou NOMOKO, que ton Moibo Sidibe nous dise ce qui s’est passe avec l’operation riz quand il etait Premier Miistre d’ATT et puis nous allons l’ecouter. Sinon Modibo n’a pas la vertu de moraliser qui que ce soit au Mali, lui qui traine des casseroles derriere lui!

  8. Tant que les véreux maliens ne serons pas inquiétés pour leurs corruptions, leurs détournements, leurs voles en bandes organisées et leurs comportements éhontés, ce pays ne sera pas refondé et ce qui reste certain, ce bilan se fera sans aucune équivoque un jour contre ces malfrats de notre denier public. Les ex-autorités de ce pays sont de véritables inconscients, comment des personnes qui ont détourné, volé, posé des actes indignes et éhontés se mettent-elles à battre campagne pour briquer la magistrature suprême de ce pays? Nous sommes avec quels types de personnes? On dirait qu’on est face à des diables et des Satan capables de vendre ce pays aux moins offrants pourvu que eux y trouvent leurs seuls comptes. Certains n’ont mêmes pas leurs familles ici au Mali, nos ressources servent à entretenir ces familles au Canada, aux états Unis, en France et à ailleurs dans le monde, est-ce que ces personnes sont des hommes? On peut seulement les regarder avec beaucoup d’étonnements, nous sommes abasourdis, totalement estomaqués par ces ex-autorités sans foi, ni loi. Nous sommes certains que des consciences se réveillerons très rapidement pour dire à ces bandits, merde, merde et merde que cela cesse. Ces apatrides doivent être mis hors d’état de nuire sinon ce pays ne sera jamais bâti selon les aspirations profondes de la majorité des maliens qui souffrent, souffrent, souffres et souffrent depuis toujours. Nous sommes sûrs qu’Allah sera dans le camp des moins nantis capables de donner leur vie pour construire ce pays, sans calcul, sans haine et sans joie. Comment des personnes comme Boubou, Soumeylou Boubey MAIGA, pour ne citer que ceux-ci, pourrons faire le bonheur de ce peuple malien? Ils ne se rendent mêmes pas compte qu’ils ont trop pris à ce pays et qu’il faut arrêter le carnage et la destruction de nos ressources. Ce dont nous sommes certains, quand le chaos total s’installera et que chacun se cherchera, ces bandits ne serons pas là au Mali, ils serons dans les pays où sont leurs familles séjournent depuis très longtemps et pendant ce temps le peuple malien sera dans la merde.

  9. Pufff, tu as été PM, l’impunité on l’a connu sous tes responsabilités. Ces politiciens à la recherche perpétuelle du pouvoir pensent que nous buvons l’eau par nos narines.
    A force de vouloir saigner le Mali, tous ceux qui ont un diplôme et qui peuvent aider le pays par leur savoir deviennent politiciens.
    Il faut maintenant un DEA, Doctorat ou un diplôme d’ingénieur pour voler son pays au Mali. Tandis que des intellectuels d’autres pays se soucient plutôt de mettre leurs connaissances dans des actions concrètes, ici au Mali c’est le contraire, on range le diplôme dans un tiroir et met nos connaissances au service du vol.

  10. Cette causerie débat initié par M. Modibo SIDIBE , Président du parti politique “FARE ANKA WILLY” , oriente et informe vraiment le peuple sur ce qui se passe dans le pays. Malheureusement les gouvernants au lieu de l’ecouter font autre chose . La corruption est lz principale plaie du Mali.. Celles et ceux qui se sont malhonnetement enrichis, ne veulent pas de cette lutte . C’est pourquoi ils nous opposent chaque fois a la communauté internationale . Si nous voulons refonder le Mali, il faut rouvrir ces dossiers de malversations financieres .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here