Mali: le président Goïta défend l’allongement de la transition devant la Cédéao

5

La visite de la délégation de la Cédéao n’aura duré que quelques heures ce dimanche 17 octobre 2021, mais elle promet un sérieux bras de fer. Le président en exercice de l’organisation régionale, le Ghanéen Nana Akufo-Addo, ainsi que son médiateur pour le Sahel, le Nigérian Goodluck Jonathan, ont été reçus par le colonel Assimi Goïta, à la tête de la transition. Aucun communiqué de la Cédéao à l’issue de cette rencontre, dont on connaissait toutefois l’objectif : rappeler au président malien ses engagements sur la tenue des élections.

Ces élections, présidentielle et législatives, ont été initialement annoncées pour février 2022, échéance à laquelle tiennent fermement tous les partenaires internationaux du Mali, Cédéao en tête. C’est ce que Nana Akufo-Addo est venu marteler, mais ce qu’il a entendu en retour n’a pas dû beaucoup lui plaire. Aucune annonce formelle dans le communiqué publié par la présidence malienne, mais le plaidoyer auquel il donne lieu, pour un allongement de la transition, est plus clair que jamais.

En effet, le président Assimi Goïta ne lui répond pas « engagement », cette durée a été fixée dans la charte de transition signée par lui-même, mais « théorie », c’est le mot employé dans le communiqué. Selon lui, cette durée de la transition relève d’une « théorie » jugée « loin des réalités objectives » et « confrontée à des enjeux multiples ».

« Unité d’action du peuple malien »

Le président de la transition affirme que « des voix s’élèvent au quotidien pour signifier la détermination des Maliens à faire prévaloir les Assises Nationales », vastes concertations qui se concluront mi-novembre et au cours desquelles le chronogramme électoral doit être précisé. Et ce en dépit du boycott de ces Assises par une grande partie de la classe politique malienne.

Le colonel Goïta évoque une « unité d’action du peuple malien » qui prônerait la prolongation de la transition et solliciterait l’accompagnement en ce sens de la communauté internationale. Et de citer, comme preuve de cette volonté populaire, des appels reçus dans l’émission de Juan Gomez sur l’antenne de RFI.

Enfin, reprenant un argument lancé la semaine dernière par le ministre malien des Affaires étrangères, la présidence cite « la situation sécuritaire globale du Mali » pour conclure : « il ressort un impératif de sécurisation des populations plutôt que de chercher à les envoyer à tout prix à des élections. »

Source: https://www.rfi.fr/fr/tag/mali/

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Des elections commenditees par la France de Macron on en veut pas et nous n’allons plus accepter que Macron fellicite un candidat a la presidentielle avant meme que notre Cour Consitutionelle ait annonce les resultats du scrutin car une insulte, de l’impolitesse et surtout un manque d’education et de courtoise de la part du president de France, mais dommage car Boua le ventru IBK l’enfant maudit de Sebenikoro gerait le Mali comme une prefecture de la France! MALNKOLON DENW Macron et Boua

    • SABALI!
      TOUT INDIQUE QUE LE COUSIN NE VOIS PAS LES CHATS NOIRS QUI CIRCULENT DANS SA CHAMBRE NOIRE DE SOMAWSSO. QUE FAIRE? IL FAIT NUIT ET IL N’ Y A NI ELECTRICITE’ NI LAMPE NI BOUGIE CHEZ LE COUSIN!

    • Monsieur/Madame,
      J’apprécie beaucoup la pertinence de vos analyses politiques! Je ne sais pas si vous êtes en activités et où pas, je pense que vous seriez très utile pour enseigner des cours de sciences politiques (sociologie-politique) dans nos universités (Afrique). Je dis cela car la nouvelle génération a besoin de formations politique idéologisées qui soient en adéquation avec le changement dont l’Afrique a besoin pour jeter les bases de son indépendance et de la souveraineté de nos peuples. Mon analyse est que les leaders politiques actuels n’ont reçu que la formation politique conceptuellement colonisée. C’est pour cette raison que le système néocolonial fait parti de leur référentiel de gouvernance. Ils l’ont si intégré qu’ils sont intuitivement réfractaire à tout concept déviant. Je pense que cela explique aussi toutes les réactions fatalistes qu’ils éprouvent devant la position du Peuple Malien exprimée par le PM Choguel Maiga à la tribune de l’ONU et face au Colon.
      Je ne connais rien sur vous (âge, lieu de résidence, etc.) mais, conscient que nous n’appartenons qu’au passé et que l’avenir appartient aux enfants, je vous demande de consacrer un peu de votre temps pour animer quelques cours magistraux ou des conférences dans nos universités et au profit de nos enfants. Tout en vous souhaitant d’avoir le temps et la force nécessaire.
      Merci cordialement.

  2. There are to many mixed signals plus actions coming from Malians government. That is not ever good in diplomacy. You must chart course plus not wander except maybe little from it. Mali waiver much too often from seemingly one extreme to other. This show untrustworthiness that render all trusting of it to be stupid.
    Course plotted as we all know should include all essential elements of our condition timely given varying amounts of consideration under established controller of acting in Malians people short plus long term best interest as feasible. Government should be transparent plus accountable so that people may monitor progress plus support best feasible plan.
    It appear we are failing to fulfill foregoing plus have traitorous goal in plan plus action . That is scary to wary common Malian citizens. They are often deserted by their government.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    • Question that rise for me that also may rise for many others is that is ECOWAS position toward Mali result of Europeans imposing on African leaders who are secretly slaves to Europeans plus have their stolen wealth invested in Europe to impose upon Malians leadership to have February 2022 elections that are clearly not in Malians people best interest? Thereof creating conditions that will facilitate corruption with impunity for Malians leaders who will support Europeanto continuation of to rob Mali as they further development of terrorist /jahadist/ violent criminals nation in all or part of Mali. President Addo plus retired President Jonathan are idea Africans to betray Mali. Both are secret ass kissers of europe plus incompetent leaders. Their investments in Europe plus turmoil of their nation’s while they are or were leaders proof my claim.
      Many Europeans did not like Prime Minister Choguel Maiga speaking much needed to be told truth about Europe in Mali, at United Nations. They want us to lie for them even when they injuriously do us wrong. Very much like pimp expect his whore to do.
      Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here