Mali : le président IBK écarte l’idée de dissolution de l’Assemblée nationale

9

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, au cours de son adresse à la Nation du mercredi 8 juillet dans la soirée, opte pour le maintien de  l’Assemblée nationale, dont la dissolution est exigée par une partie de la population.

Maliweb.net- La dissolution de l’Assemblée nationale n’est pas à l’ordre du jour. C’est ce qu’on retient du discours à la Nation du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, qui s’adressait pour la 3e fois aux maliens en l’espace d’un mois. Selon le Chef de l’Etat « on ne corrige pas une faute par une injustice ».

Car dit-il, « il ne saurait y avoir de justice en privant de leurs sièges mérités tous ceux qui ont été élus sans contestation et certains dès au premier tour pour tenter de régler le problème que nous ne saurions sous-estimer des candidats qui contestent ouvertement le verdict de la Cour constitutionnelle ».

En clair, le président de la République écarte toute idée de dissolution de l’Assemblée nationale. C’est pourtant une des exigences du Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). Car, il n’est un secret pour personne que la composition du parlement actuel  pose problème. Toute chose que reconnait le président de la République lui-même.

Toutefois, à la place d’une dissolution pure et simple, Ibrahim Boubacar Kéïta propose d’autres alternatives. Il a indiqué qu’une nouvelle Cour Constitutionnelle appuyée par la CEDEAO réexaminera les résultats contestés des circonscriptions à problème. Ce qui laisse entrevoir des élections partielles comme préconisée par la mission ministérielle de l’organisation sous régionale qui avait séjourné à Bamako en juin dernier.

Une proposition d’ores et déjà rejetée par  le M5-RFP qui appelle les maliens à descendre dans la rue le  vendredi 10 juillet. Car selon eux, le Chef de l’Etat n’a pas encore cerné toute la problématique de la crise. C’est dire que le problème demeure  entier. « C’est maintenant que la crise à commencer », glisse un observateur sous couvert de l’anonymat.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. @omar: La Presidente de la Cour Constitutionnelle a repeche les deputes a la demande de Boua le ventru IBK et lui a meme impose Moussa un depute doublement repeche a la tete de l’Assemblee Nationale du Mali contre Diarassouba qui avait ete choisi par le RPM. Alors pourquoi s’etonner que Boua le ventru IBK refuse de dissoudre cette Assemblee Nationale que lui a choisi les memberes avec la grande complicite de Manassa. Boua prend ses fantasmes pour la realite alors que Boua le ventu IBK le Franco-Malien n’a pas la capacite mentale de diriger le Mali. De 2013 a nos jours nous ne connaissons que des echecs avec Zero succes, que des defaites, que des surfacturations et que la mort tous les jours.

  2. Les députés qui n’ont pas étaient élus par leurs localités ils doivent dégager dans notre assemblée nationale, cette assemblée nationale appartient le peuple et non le parti .

  3. L’assemblée nationale ne doit pas être dissoute………………….. On n’a pas de temps ni d’argent à perdre dans de nouvelles élections……………………….. Il est inacceptable que nos impôts soient dilapidés de la sorte……………………… Que les 30 députés frauduleusement installés soient démis de leur fonction et que les élections soient reprises dans les circonscriptions où ils ont été élus!!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. La Cour Constitutionnelle a repeche les deputes a la demande de Boua le ventru IBK et il a meme impose Moussa un depute repeche a la tete de l’Assemblee Nationale contre Diarassouba qui avait ete choisi par le RPM, alors pourquoi s’etonner que Boua le ventru refuse de dissoudre cette Assemblee Nationale que lui a choisi avec la complicite de Manassa. Boua prend ses deris pour la realite et n’a pas la capacite mentale de diriger le Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here