Sur la situation sécuritaire au nord Mali : Le PARENA appelle à une mobilisation des forces vives

0

Les 34 sections du Parti pour la Renaissance Nationale et les invités venus de la France et du Niger se sont retrouvés,  samedi,  26 décembre,  au CICB,  à l’occasion du troisième congrès du parti. C’était en présence  du président,  Tieblé Dramé rentré de la capitale malgache où il sert comme médiateur au compte des Nations Unies pour prendre part à cette rencontre statutaire de son parti. Il avait à ses côtés outre son épouse, Kadiatou Konaré, les honorables Hamidou Diabaté et Ibrahima Bérédogo ainsi que des représentants de plusieurs formations politiques. Actualité oblige, le parti du bélier blanc, qui a toujours fait de la sécurité dans le septentrion de notre pays son crédo et initié précédemment avec des partis maliens et étrangers une conférence des partis politiques de l’espace sahélo-saharien, est revenu à la charge pour tirer la sonnette d’alarme sur cette question, qui est en train de saper la crédibilité de notre pays.

Les " menaces nouvelles ", c’est l’expression toute trouvée par les amis de Tieblé Dramé pour dénoncer la présence des seigneurs du narcotrafic et des islamistes sur notre territoire. Une situation qui, reconnaît t-on, menace notre survie en tant que nation et sape l’image internationale de notre pays. Au sein du parti, on est formel que " la détention sur notre sol d’otages occidentaux fait partie des menaces nouvelles de ces dernières années. Contre ces phénomènes lourds de conséquences pour notre présent et notre avenir, il est impérieux, chacun dans le rôle qui lui appartient, partis, gouvernants, société civile, que les Maliens se remobilisent et renforcent les efforts en cours, pour que l’espace sahélo-saharien soit débarrassé du business crapuleux, de l’instabilité et du Sahara ".

 

Au Parena,  il a été souligné l’urgence d’une réunion au sommet des Etats riverains du Sahel et du Sahara une idée  émise par le chef de l’Etat ATT et qui rejoint des initiatives prise  dont l’objectif est de renforcer la coopération régionale pour juguler des menaces qui sont transnationales. Plusieurs autres décisions majeures ont sanctionné ce troisième congrès du parti du bélier blanc qui dit se faire le devoir de proposer un nouvel élan à la nation tout entière.

Comme celui de la souveraineté alimentaire où le parti demande que des leçons soient tirées des initiatives (LOA, initiative riz, blé, maïs), de toutes les mesures de défiscalisation à l’importation de céréales. Car le Mali puissance agricole, rappelle t-on,  ne doit pas demeurer un slogan, il doit être une réalité vers laquelle nous avançons. L’accent a été également mis sur la réforme de la justice et de l’administration publique. La systématisation des cours d’éducation civique dans tous les ordres d’enseignement, la relance du mouvement pionnier, la traduction en langues nationales du chant du Mali, et son inscription dans les programmes font également partie des recommandations.  Au sein du parti pour la renaissance nationale, on est convaincu que ces résolutions constituent le dénominateur commun des programmes du gouvernement et des partis politiques. «Mais la plus grande force résidera, vu les urgences, dans l’élan que nous pourrions tous prendre, au-delà de nos divergences», a-t-on précisé.

                                            Abdoulaye Diarra

Commentaires via Facebook :