Tentative d’assassinat du Président de la transition : L’ombre d’une conspiration !!!

6

Le peuple du Mali ainsi que tous les partenaires ont été stupéfait de la tentative d’assassinat du Président de la transition mardi 20 juillet dernier à la grande mosquée de Bamako lors de la prière de la Tabaski. Cet acte gravissime perpétré par un jeune (dont l’identité n’est pas encore révélée) qui avait l’air d’un vrai Commando muni d’un couteau, a surpris plus d’un par la rapidité de son acte. Des interrogations demeurent car, comment le tueur a pu se jouer de la sécurité autour du Président Assimi Goïta ?

Si le président Assimi Goîta quelques instants après la tentative d’assassinat dont il a fait l’objet, s’est exprimé pour le minimiser en le qualifiant « d’acte isolé », selon nos informations, il s’agit d’un acte non anodin mais bien plutôt qui serait bien élaboré, voire réfléchi. Les mêmes sources indiquent qu’outre le jeune tueur, il y aurait des interpellations et non les moindres afin de situer les responsabilités, c’est-à-dire les éventuels complices de ce Commando qui ne dit pas son nom.

Le procureur de la république du tribunal de Grande Instance de la Commune II du District de Bamako s’est autosaisi  de ce dossier afin que toute la lumière soit faite sur cette tentative d’assassinat à l’arme blanche du Président de la transition qui faut-il le rappeler  grâce à son réflexe de cet Commando a su empêcher que le tueur arrive à sa fin. Patron des forces spéciales de l’armée qui commande des centaines, voire des milliers d’hommes, a été déjà préparé à toutes les éventualités, nous confient un connaisseur.

L’enquête est en cours. Dans les jours à venir nous indique-t-on, les tenants et aboutissants de cette affaire d’Etat seront connus et leurs auteurs châtiés par la justice malienne.

Pour le moment, rien ne filtre sur cette affaire. Les citoyens veulent savoir les raisons qui ont poussé ce jeune homme à agir de la sorte et ses éventuels complices.

Pour des spécialistes, cette affaire est à prendre trop au sérieux puisque nous indique-t-on, elle a l’ombre d’une conspiration qui ne dit pas son nom.

Par cet acte qui met à nu le rideau sécuritaire autour du Président de la transition, la révision de ce dispositif s’impose. Comment le rideau sécuritaire a pu être infiltré ?

Les forces spéciales ont-elles vocation à protéger le Président Assimi ?

A quoi sert la garde présidentielle qui a été formée pour faire ce travail ?

Affaire à suivre !

La rédaction

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Yugubané, vous avez tout dit!!! Cette information est la plus grosses escroquerie de l’état depuis 60 ans. Ca me fait penser à la tentative d’assassinat d’un certain François Mittérand en 1959 dont l’histoire retiendra que c’était un coup monté par l’interressé lui même pour “augmenter sa popularité au sein de l’opinion public”. C’était une autre époque, on voit bien que ces jeunes écervelés sont capables de tout pour rester au pouvoir, quitte à monter des coups grotesques. Qui peut encore croire une seconde à une tentative d’assassinat en plein jour ds une mosquée, entouré de garde du corps et avec un couteau? Ridicule!! Et les journalistes avalent ça? Inquiétant pour la démocratie. Et pourquoi parler immédiatement d'”assassinat”? Le terme “agression physique” suffirait largement. Mais on comprend bien les raisons: jouer la victime et l’homme rassembleur qui dans la foulée fait une petite déclaration magique “soyons unis”. Eh bien, si hollywood est en manque d’idée, voici un scénario tout fait: la fausse tentative d’assassinat d’un jeune ambitieux. On imagine bien la suite: on va nous endormir par un simulacre d’enquête qui ne trouvera rien car il n’y a rien à chercher. Pendant ce temps, les esprits légers vont se soulever pour apporter leur soutien à la junte, qui en profitera pour renforcer sa garde à prix d’or, s’engraisser d’avantages. On va accuser la main étrangère comme d’habitude. une arnaque de plus. Détrompez-vous, ces jeunes ambitieux sont là pour un bon moment. Le mec me fait étrangement penser à la trajectoire de GMT (jeune instituteur en 68 qui a mis quelques jours aussi avant que le peuple découvre qui était le vrai chef du CMLN). Tient comme par hasard, son PM est un ex soutien décomplexé de la défunte dictature.
    L’histoire se répète toujours dans un pays malade. “Les faits son têtus” (d’après Paul Kagamé). Barrons la route à ces ennemis du peuple.

  2. Les commanditeurs possibles : les acteurs politiques et militaires des trente dernières années , les partisans de Bah Daw et Moctar Ouane avec la bénédiction de la France !

  3. Yugu, je partage votre point de vue. Que la vérité jaillisse. Un coup monté de toute pièce pour distraire et attirer de la sympathie. Ngalon tige magnin de!

  4. Vous n’allez pas continuer à nous distraire avec cette mise en scène mal élaborée afin de détourner notre attention du calvaire que vivent nos parents de l’intérieur. Si ce Monsieur voulait vraiment attenter à la vie de qui que ce soit, il ne devait pas sortir un couteau puis crier “ AW YÈ ANW TÔRO” deux fois pour foncer sur le colonel. Dans la foule d’une Mosquée en jour de fête, il ne pourra en aucune manière atteindre sa cible. De deux choses l’une: ou le gars veut se faire de la publicité, ou il est le tueur le plus imbecile du monde. En l’attaquant de dos, même s’il avait blessé ASSIMI à quelques mètres de l’hôpital Gabriel TOURE il serait difficile qu’il perde la vie. Quand médiocrité et la nullité atteignent un certain point, même vos voleurs et vos assassins deviennent plus nuls que ceux des autres.

    Après ce scénario, la racaille de Coloneis est interpellée sur la situation des 7 villages Maliens soumis à un embargo total imposé par les djihadistes.

  5. Si j’étais à la place de cet innocent dans ce véhicule je porterais plainte contre cette bande d’incapables et d’amateurs qui l’encerclent.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here