Transition : le double langage du Premier ministre

2

Le Premier ministre Dr. Choguel K Maïga a affirmé devant le médiateur de la CEDEAO, Good Luck Jonathan, en visite à Bamako, que le chronogramme des élections découlera des conclusions des Assises nationales pour la Refondation. Ce qui est contraire aux propos qu’il avait tenus devant le CNT en août dernier.

Le Premier ministre, Dr. Choguel K. Maïga, dit et se dédit. C’est du moins ce que pensent aujourd’hui beaucoup de Maliens qui font observer que le Premier ministre tient des propos contradictoires au sujet de l’organisation des élections.

En effet, il a déclaré le 02 août dernier devant les membres du Conseil National de la transition (CNT) que le chronogramme des élections publié par son prédécesseur sera maintenu.

Contre toute attente,  l’homme est revenu un mois plus tard sur sa déclaration. Puisqu’il  a affirmé  devant les médiateurs de la CEDEAO, Good Luck Jonathan, que le chronogramme des élections découlera des conclusions des Assises nationales. C’est ce qui ressort du  communiqué de presse ayant sanctionné la rencontre entre le Premier ministre et le médiateur de la CEDEAO, publié par les services de communication de la Primature.

Depuis la publication de ce communiqué, les Maliens se demandent ce qui est arrivé au chef du gouvernement au point qu’il oublie les propos qu’il avait tenus devant le CNT. La réponse est que Dr. Choguel K. Maïga est partisan de la prolongation de la transition. La preuve est que son plan d’action adopté par le CNT ne comportait nullement le chronogramme des élections.

Là aussi, le Premier ministre se dédit puisqu’on se souvient qu’il avait affirmé, le 06 mai dernier, devant Bah N’Daw et Moctar Ouane, respectivement président et Premier ministre de transition : «il est clair pour nous (NDRL : le M5-RFP) que la transition ne doit pas dépasser 18 mois». Il avait même ajouté que le reste du travail doit être laissé au président démocratiquement élu.

Dr. Choguel K. Maïga, par ses propos, vient de confirmer qu’on ne réfléchit pas de la même manière dans un château que dans une chaumière. Mais, en même temps, il donne raison à ses détracteurs qui l’accusent de critiquer seulement quand il n’est pas aux affaires. Ce qui peut être vrai.

Puisque rien n’a changé au Mali, depuis le 06 mai. Ou peut-être, entre-temps, lui, Choguel K. Maïga, a été nommé Premier  ministre, et Bah N’Daw a été remplacé par le colonel Assimi Goïta à la tête de la Transition. Est-ce que ceci expliquerait cela? Certainement !

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. “MEME SI ON Y EST PAS PRESENT, TOUT LE MONDE SAIT QUE LES VACHE N’UTILISENT PAS DE BOL POUR BOIRE A LA RIVIERE.”
    TOUT ETRE HUMAIN, DOTE D’UN MINIMUM DE BON SENS OU D’UN PEU DE CERVELLE SAIT QUE LE PROBLEME DU MALI N’EST PAS QU’ELECTORAL. IL EST PLUS PROFOND ET LES MALIENS DOIVENT SE RENCONTRER POUR EN PARLER ET PARTANT DE LA, FIXER UN CHRONOGRAMME.

  2. Vraiment soyons Objectif Choguel est dépassé par la gestion de la Primature il ne peut pas, vraiment il ne peut pas, faut pas que ASSIMI perde du temps avec Choguel, Il ne peut pas fédérer les Maliens

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here