Concours d’articles de presse sur le travail des enfants : Les lauréats recomposés par le Bureau International du Travail (BIT)!

0

Coninck, du Président de la MP, Bandiougou Danté et le représentant du Ministère du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social, Amadou Thiam, également Directeur de la Cellule Nationale de Lutte Contre le Travail des Enfants (CNLTE).

Ce concours lancé à l’échelle nationale a mis en compétition des journalistes des différentes catégories comme la Presse Ecrite, Reportage-vidéo, Blog-image et Billet. Après la délibération du jury, les lauréats ont été récompensés. Ainsi, le prix de la Presse Ecrite est revenu à Siakia Diamouténè du Site d’Information ‘’Maliweb.net’’, celui du Reportage-vidéo a été décerné à Mohamed Dagnoko, journaliste et correspondant de la Chaine ‘’Medi 1tv’’. Le lauréat du Prix Blog-Image est revenu à Souleymane Sangaré, bloggeur dans la cité de Kénédougou (région de Sikasso) et pour le Billet, c’est Ibrahim Togola, aussi bloggeur qui en est sorti gagnant.

Lors de cette cérémonie de remise de prix, le Président de la Maison de la Presse, Bandiougou Danté a indiqué que ce concours est le couronnement d’un processus engagé par le BIT pour impliquer davantage les journalistes au phénomène du travail des enfants au Mali, notamment dans les chaines de valeur de l’orpaillage et du coton. En 2020, a-t-il renchéri, le BIT a outillé 7 journalistes Maliens sur cette thématique. En plus, que 27 Journalistes et communicants ont suivi une formation de la même structure (BIT) dans le but d’améliorer leur connaissance sur le travail des enfants et de bénéficier des conseils des professionnels sur comment traiter le sujet du travail des enfants. Il a ensuite fait part des chiffres alarmants sur le  travail des enfants. Et de dire que ce phénomène touche 160 millions d’enfants, dont 63 millions de filles et 97 millions de garçons. Il s’agit là de la première augmentation relevée depuis que l’OIT a commencé à les dénombrer il y a 20 ans.  De surcroit, que les tendances indiquent que le travail des enfants est de plus en plus concentré dans l’Afrique subsaharienne.

Parlant du rôle que les professionnels de l’information peuvent jouer dans cette lutte, M. Danté a détaillé les mécanismes offerts aux hommes de media pour révéler publiquement les pratiques abusives et les violations des droits humains fondamentaux, afin d’aider à changer l’opinion publique, voire les politiques afin d’éliminer le travail des enfants.

Il a salué l’initiative tout en indiquant leur accompagnement. A l’en croire, les candidatures gagnantes ont été choisies selon les critères de créativité, exactitude, équilibre et représentation positive du travail des enfants dans l’orpaillage et le coton.

Pour la représentante du Directeur pays de BIT, Sophie De Coninck, le défi reste immense étant donné qu’aucun pays n’est parvenu à éliminer le travail des enfants à travers seul le BIT, de plus, que le Gouvernement est le siège conducteur, c’est pourquoi elle dit d’être honorée de la présence du représentant du Ministère  du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social. Mais qu’il est nécessaire de poursuivre les efforts de sensibilisation et de mobilisation communautaire. D’où le choix porté sur la presse qui a un rôle prépondérant pour cette lutte. « Le travail des enfants est un obstacle au développement, aucun pays ne s’est développé en faisant travailler sa main d’œuvre  enfantine. Il ne faut pas attendre le développement pour commencer à éliminer le travail des enfants, c’est seulement en éliminant le travail des enfants et beaucoup d’autres efforts que l’on parviendra à développer un pays » a-t-elle prôné.

Pour clore la série d’interventions, le représentant du Ministre du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social, Amadou Thiam a souligné que cette opportunité est une occasion pour le Gouvernement du Mali, d’abord, d’apprécier la qualité de la coopération entre le BIT et le Gouvernement malien, également de féliciter la Maison de la Presse à travers son Président, qui a accepté d’accompagner l’initiative. Il a ainsi rappelé que le Mali est l’un des pays membres du BIT, à ce titre, que notre Etat a ratifié deux conventions fondamentales en lien avec le travail des enfants. Pour lui, le phénomène du travail des enfants doit constituer une préoccupation pour toute la Nation entière et la presse n’est pas en marge de cela. Néanmoins, il a déploré que le plus grand nombre d’enfants travailleurs se trouvent dans le secteur agricole avec d’au moins 57% et qu’il s’agisse d’un combat que l’Etat et le BIT seuls ne peuvent gagner. C’est pourquoi il a sollicité le concours de tout un chacun notamment la presse.

Par Mariam Sissoko

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here