Epargner pour le changement d’OXFAM : Pour l’entreprenariat et l’autonomisation des femmes

0

La direction d’Oxfam Mali a organisé le lundi 21 décembre 2015 un atelier de communication sur le programme Epargner pour le changement (EPC) qui vise l’entreprenariat et l’autonomisation des femmes. La cérémonie était présidée par le directeur d’Oxfam, Mohamed Coulibaly.

 

Oxfam est une ONG internationale implantée un peu partout en Afrique. Elle lutte contre la pauvreté, l’injustice, la protection des droit de l’Homme, particulièrement les femmes. Elle réside dans notre pays depuis plusieurs années et évolue sur plusieurs programmes parmi lesquels : les urgences humanitaires, les catastrophes naturelles, les conflits armés ou encore la résilience rurale. Mais présentement, c’est l’EPC qui cartonne avec des résultats très satisfaisants et des innovations majeures.

C’est pourquoi Oxfam a initié une journée porte ouverte aux médias pour les familiariser avec le concept ; à savoir : sa mise en œuvre, son impact et d’autres aspects innovants inclus dans le programme. En effet le programme EPC est un renforcement des capacités des femmes en milieu rural en les amenant à épargner et à s’octroyer des prêts avec les intérêts de leurs propres épargnes.

Aujourd’hui le programme intervient dans cinq régions du Mali et a pris une dimension importante compte tenu de la proportion d’adhésion. Selon le directeur d’Oxfam, le nombre de femmes rurales qui sont concernées par ce programme est estimé jusqu’à 500 000. Créé en 2005 sur financement de la Fondation Bill et Melinda Gate, le programme Epargner pour le changement (EPC) continue de donner des résultats satisfaisants malgré l’arrêt du financement initial.

Fort de ses résultats, l’EPC vient d’initier trois volets à la demande de ses membres. Il s’agit d’EPC-business, EPC-agriculture et EPC-citoyenneté. Ces trois volets sont considérés comme des composantes additionnelles qui peuvent renforcer davantage les femmes des communautés rurales à entreprendre pour leur autonomisation.

La journée a été clôturée par une visite sur terrain d’un village situé à environ 40 km de Bamako pour voir de visu un groupement de femmes en pleine activité.

Zoumana Coulibaly

 

PARTAGER