Pose de la 1ère pierre du siège de FENAPHAB à Koutiala : Le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim tient sa promesse

0

La pose de la première pierre du siège national de la Fédération Nationale des Producteurs d’Huile et d’Aliments Bétail (FENAPHAB) a été effectuée le 8 octobre 2016 à Koutiala au quartier de N’Tonasso. Le coût de réalisation du joyau assuré par la FENAPHAB s’élève à hauteur de 250 millions de Francs CFA pour un délai d’exécution de 8 mois.

Lors d’une tournée, les 4 et 5 septembre 2016 dans la région de Sikasso dans le cadre de la visite des huileries, le ministre avait pris l’engagement d’aider les membres de la Fédération Nationale des Producteurs d’Huile et d’Aliments Bétail à trouver une parcelle de terrain devant abriter le siège de leur Fédération. Grâce à l’appui des autorités administratives de Koutiala, le ministre du Développement Industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, a pu tenir sa promesse en effectuant cette pose de première pierre dans le quartier N’Tonasso de Koutiala.

Selon Cheick Fantamady Kéita, Président de la Fédération Nationale des Producteurs d’Huile et d’Aliments Bétail (FENAPHAB), « la présence du siège de la FENAPHAB à Koutiala, est une façon de rendre justice aux industriels qui évoluent dans le cercle ». Selon le ministre du Développement Industriel, ce siège qui sera bâti en R+1  sur une superficie de 2 918 m2, comprendra entre autres, 15 bureaux, une salle de réunion de 120 places, une salle polyvalente et 4 chambres d’hôtes avec toilettes pour un coût de réalisation d’environ 250 millions de Francs CFA pour un délai d’exécution de 8 mois.

A préciser que la FENAPHAB a été créée en 2009. Elle est composée de 60 unités dont 24 à Koutiala, deuxième ville industrielle au Mali après Bamako. Aujourd’hui, l’ensemble de ces unités industrielles du Mali ont créé 9 000 emplois directs et des milliers d’emplois indirects dont plus de 1300 femmes œuvrant dans le domaine du savon. De même, les unités membres de la FENAPHAB réalisent un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards de Francs CFA chaque année.

O. BALLO, Envoyé spécial

Commentaires via Facebook :

PARTAGER