Adoption de la nouvelle constitution : Mohamed Chérif Haïdara du CSDM se dit déçu

1

C’est  à  la faveur  d’une  rencontre   tenue  le samedi  dernier  au  CICB   que  les   membres issus  du  Conseil  national  de  la  diaspora  malienne ( CSDM )  ont  dit  avoir  pris acte  avec  déception,  la reconduction  de 《 l’article 46 》 dans le projet  de finalisation   de la nouvelle  constitution  dont  le  président  lui-même  s’était   farouchement  opposé  et ce, malgré  ses  démarches  et   son soutien  à  la  transition.

Même si   d’autres  actions sont envisagées dans  plusieurs  pays de la diaspora   par les responsables  du  CSDM dans le cadre   de vulgarisation  de la nouvelle  constitution, son président  Mohamed  Chérif  Haïdara ne   semble pas   abandonné   《l’article  46 》  que lui-même avait longuement  défendu  et n’avait  pas  été pris  en  compte  lors de la version finale   du projet.   Par ailleurs,    il  rappelle  que  son combat   en faveur   de cet  article   était  de pouvoir    prendre  en  compte  la  question   de  la double nationalité des maliens   établis  à l’extérieur  dont il avait   recommandé   qu’une  fois que   le président de la république  avait  été  élu,  celui-ci  devrait   renoncer  à sa nationalité non malienne mais pas  avant l’élection présidentielle.    Aussi,  M Haïdara  déplore   la   non prise en compte de quelques  recommandations  issues  des assises nationales  qui consistaient  entre  autres,  la  possibilité  de  participation des maliens    établis  à  l’extérieur   d’intégrer  à  l’assemblée  nationale.  Toutefois,  il  invite    tous les   démembrements  du  Conseil  national  de  la  diaspora  à  continuer   le combat   pour   la modification   dudit  article  par  voie   juridique  et  ce,   après le  référendum  prévu  pour  le  18 juin  prochain.   Rappelons  que   le CSDM  a été  créé  en 2015  et compte  actuellement  52 pays membres,  et  l’un de ses objectifs   est   de défendre   les   droits  et  intérêts  des  maliens  établis   à  l’extérieur.

Yacouba   COULIBALY

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Oui vous avez raison, effectivement la double nationalité pouvait renoncer à son autre nationalité après l’élection et non avant l’élection, mais force est de reconnaitre que ce combat pourrait être gagné même après ce référendum.
    Il faut accepter son pays avec des assertions que sont les suivantes:
    « Une idée ne vaut rien si elle n’est pas mise en œuvre. » Thomas Edison
    « Il n’est pas nécessaire d’être grand pour démarrer. Mais il faut démarrer pour être grand.» Zig Ziglar
    « Hier est parti. Demain n’est pas arrivé. Nous n’avons qu’aujourd’hui. Alors mettons-nous au travail. » Mère Teresa
    Du courage Président nous restons convaincus que les choses irons pour le mieux dans un proche avenir, car il est indéniable que notre pays à besoin de tous ses fils et filles; battons-nous pour ça et pour toujours.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!