Bakary Koné, nouveau président de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton (CSCPC) du Mali : « J’appelle tous les cotonculteurs à soutenir, accompagner les autorités de la transition »

1

Le nouveau président de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton (CSCPC) du Mali, honorable Bakary Koné, a animé, le 26 août 2021 au siège de la CSCPC, sis au quartier du fleuve, une conférence de presse. Il était, pour la circonstance, entouré de son premier vice-président, Tiace Koulibaly, de son trésorier, Mahamadou Konaté, et des présidents des quatre filiales de Kita, Sikasso, Koutiala et Fana. L’objectif de cette conférence de presse était d’annoncer, d’une part, à la presse, le soutien sans réserve des contonculteurs du Mali aux autorités de la transition et de dénoncer l’immixtion illégale de Nango Dembélé, Président Directeur Général (PDG) de la CMDT dans la mise en place des structures faitières des producteurs d’autre part.

Notre soutien sans réserve aux dirigeants de la transition, dit-il, n’a pas été pris au hasard. C’est après avoir constaté, indique le président Bakary Koné, les multiples efforts pour accompagner les contonculteurs que nous sommes, de la part des autorités actuelles du pays, que nous avons lancé un vibrant appel à nos membres de peser de tout leurs poids pour soutenir la transition afin qu’elle réussisse. «Depuis qu’on cultive le coton il y a 45 à 46 ans, c’est la première fois que le gouvernement décide de fixer le prix du coton à 265 Fcfa le Kilogramme sans que les cotonculteurs ne mettent forcement le bras du gouvernement derrière, sans que ça ne soit un problème, un désaccord entre nous. C’est la première aussi, cette année, que l’engrais soit subventionné à 11000 Fcfa sans problème. On a eu certains engrais gratuitement avec ces autorités qui anticipent, qui sont visionnaires, qui savent que les cotonculteurs sont un maillon important de l’économie du pays. Dans les années passées, l’engrais qu’on achetait à 7500 Fcfa, nous été donné à 500Fcfa par le gouvernement. Ça c’est gratuit. Autre engrais qu’on nous donnait à 8500 Fcfa nous a été donné 1100 Fcfa », a déclaré le président de la CSCPC, honorable Bakary Koné. Dans les jours à venir, promet Bakary Koné, nous allons sillonner les quatre filiales pour appeler, dire à nos membres de soutenir, accompagner ces autorités pour faire avancer le pays. Et de la même manière, dit-il, nous invitons les Maliens à soutenir ces autorités pour sortir le pays de cette situation. Avec ces avantages, faveurs, soutiens, accompagnements faits à notre endroit par les autorités actuelles du pays, souligne le président Bakary Koné, nous promettons devant elles (autorités de la transition) et le peuple malien que nous allons faire l’une des meilleures récoltes cette année, qui restera dans les annales de l’histoire des récoltes du pays par les cotonculteurs du Mali. C’est pourquoi nous nous projetons, ajoute Bakary Koné, de faire une récolte de 800 000 tonnes cette année. «La transition en cours a essuyé les larmes des cotonculteurs que nous sommes cette année. Nous saluons ce geste d’attention qui nous a été accordé par les plus hautes autorités», conclut Bakary Koné.

Le second volet de cette conférence de presse a porté sur la position ambiguë du PDG de la CMDT, Dr. Nango Dembélé, sur la légitimité de leur bureau. «Le bureau de la confédération a été mis en place conformément aux textes de l’OHADA et des statuts et règlement intérieur des sociétés coopératives, le 10 juillet 2021. A l’issue de l’assemblée générale extraordinaire, un bureau a été élu par bulletin secret à 13 voix sur 20 pour Bakary Koné comme président contre 7 voix pour Bakary Togola, le président sortant et qui était présent à tout le processus de renouvellement. Nous ne doutons point de notre légitimité vis-à-vis de la loi régissant les sociétés coopératives », lit-on dans le communiqué. Mais, poursuit le communiqué, très curieusement, nous apprenons que Bakary Togola, sous l’impulsion et l’instigation de Nango Dembélé, a créé un bureau parallèle. Nango Dembélé, dit le communiqué, depuis son arrivée à la CMDT, n’a posé aucun acte pour la cohésion des cotonculteurs, au contraire, il œuvre constamment à leur division pour des intérêts personnels. «Il est dans un agenda caché, tout sauf le développement de la filière. Et nous rappelons à Nango Demblé qu’aucun texte légal n’autorise la CMDT à s’immiscer dans la mise en place des structures faitières des producteurs ; qu’il relise les fonctions et missions de la CMDT. Nous lui avons adressé une lettre de mise en garde. Si jamais il s’entête, nous allons lui prouver que la filière nous appartient. Nous ne lui laisserons pas faire», avertissent Bakary Koné et ses camarades dans leur communiqué.

Hadama B. Fofana

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le ridicule ne tue pas dans ce pays, les paysans n’ont pas accès aux engrais en milieu rural, le prix de l’engrais varie entre 17500F et 20 000F dans la région de Sikasso, l’engrais subventionné n’est même pas visible sur le terrain, peut être c’est après l’hivernage qu’ils vont les écouler à 11 000F. Communiquez les références de vos magasins avec les numéros de téléphone et les noms et prénoms de vos gérants aux paysans où le prix de l’engrais est de 11 000F. Aujourd’hui le prix du mais est à 22 500 F un sac de 100KG.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here