Commune de Zan Coulibaly : Vive tension entre la population et la Mairie du District de Bamako autour de la gestion du poste de contrôle de Zantiguila

0

Les populations de la commune de Zan de Coulibaly (Markakoungo) et la Mairie du District de Bamako sont à couteaux tirésdepuis un moment autour de la gestion du poste de contrôle de Zantiguila qui relève de cette commune.

La tension est montée d’un cran le 13 août dernier lorsque la population révoltée, a menacé de s’en prendre aux agents de la Mairie du District de Bamako qui s’apprêtaient à s’installer au poste pour percevoir les taxes routières conformément à un arrêté ministériel de répartition des postes qui a affecté le poste de contrôle de Zantiguilila,à la Mairie du District de Bamako ainsi que les postes de Banancoro (sur la route de Bougouni) et de Sebenicoro.

Dans le but de voir clair dans cette affaire, nous avons contacté les deux parties en conflit dont le Maire de la Commune de Zan Coulibaly opposé au transfert de la gestion du poste à la Mairie du District et le Directeur de la Régularisation de la Circulation et des Transports Urbains, Djibril Sidibé.

Pour le Maire de la Commune de Zan Coulibaly Madou Traoré, c’est plutôt à leur commune de de percevoir la taxe routière du poste qui relève de leur commune et  non la Mairie du District de Bamako conformément à la libre administration des collectivités territoriales. D’où leur opposition. Il a accusé certains ministres d’être complices du Maire du District de Bamako Adama Sangaré  dans cette affaire. Et pour lui comme pour la population, il n’est pas question qu’ils laissent la Mairie du District percevoir cette taxe dans leur localité. Selon le Maire Madou Traoré, en laissant la Mairie du District percevoir cette taxe, elle profitera pour se mêlerd’autres affaires de la commune comme le foncier. Le Maire  nous a aussi confié qu’il a refusé de signer une convention lui demandant de céder ce droit à la Mairie du District lors d’une rencontre organisée par le Ministère en charge de la Décentralisation.

Interrogé par nos soins, le Directeur de la Régularisation de la Circulation et des Transports Urbains, Djibril Sidibé a donné une version différente des faits. Selon lui, ils ont agi en fonction de la loi n°96-058 déterminant les ressources fiscales du District de Bamako et des communes. Plus précisément l’article 3 du chapitre 2 relatif aux autres impôts et taxes.  Pour lui, cet article stipule que « dans la limite des maxima fixés au présent article, le District de Bamako peut, par délibération faite avant le 1er octobre de l’année précédant celle à laquelle se rapportent ces taxes, instituer à son profit, des taxes fiscales sur les matières ci-après :1 :  Taxe de sortie sur les véhicules de transport public de personnes ou de marchandises, sortant du territoire du District lorsqu’ils ont été chargés dans le District : maximum de 1000 Francs par sortie et par véhicule ; 2 : Taxe sur les embarcations :-Sans moteur : maximum de 5.000 Francs par embarcation et par an,-Avec moteur :-Un (1) moteur hors-bord : maximum de 10.000 Francs par embarcation et par an,-Deux (2) moteurs hors- bord ou plus : maximum de 20.000 Francs par embarcation et par an,-Un (1) moteur fixe ou plus : maximum de 40.000 Francs par embarcation et par an, 3 – sur les charrettes à bras : maximum de 2.000 Francs par an. ».

Aux dires de Djibril Sidibé, c’est sur la base de cette loi qu’un arrêté interministériel a été pris en mai 2017 pour repartir les postes entre les localités. C’est ainsi que les postes de Banankoro (sur la route de Bougouni), de Zantiguila (route de Ségou) et de Sebenicoro (route de Kangaba) ont été affectés au District de Bamako. Dans cette répartition explique-t-il, la région  de Kayes obtient 6 postes ( Sortie Kayes-Kenieba, sortie Kayes-Diboli, poste de Diboli, poste de Mahinamine, Nioro, Kita), Koulikoro, 4 postes (Koulikoro ville, Kati, Kangaba et Nara), 8 pour la région de Sikasso dont Sikasso ville et les cercles de  Bougouni, Kadiolo, Koutiala et Yorosso) 4 pour Ségou ( deux pour Ségou ville, Niono, San), 4 pour la région de Mopti (Mopti ville, Douentza, Tenenkou et Koro), 2 pour Tombouctou (Tombouctou ville et Niafounké), 4 pour la région de Gao dont Gao ville (Sortie Gao-Ansongo, poste Wabaria et sortie Gao-Kidal et cercle de Bourem (Poste Labenzaga).

Selon le Directeur de la Régularisation de la Circulation et des Transports Urbains, Zantiguila est la seule localité opposée à cette répartition. C’est pourquoi, il a invité la population et le Maire de la commune de Zan Coulibaly au respect de la loi en laissant la Mairie du District percevoir cette taxe.

M.Dolo

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER