Conférence-débat de l’ADIDE : « La problématique du financement de l’emploi des jeunes au Mali » au cœur des échanges

0

La salle de conférence du Mémorial Modibo Keita a abrité, le samedi 2 mars 2019, la conférence-débat organisée par l’Association des Diplômés Initiateurs et Demandeurs (ADIDE). Animée par Modibo Kadjoké et Modibo Diakité, ladite conférence avait comme thème : « La  problématique du financement de l’emploi des jeunes au Mali ». 

Aboubacar Traoré, le secrétaire général de l’ADIDE ;  Ismaïla Doucouré alias Master Soumy, parrain de la cérémonie ; le directeur national adjoint de la fonction publique, représentant du ministre de l’Emploi de la jeunesse, et de la construction citoyenne, étaient tous présents.

Très bref, le secrétaire général  de l’association a expliqué les raisons de l’organisation de la conférence-débat. Pour lui, le thème choisi,  « La  problématique du financement de l’emploi des jeunes au Mali », n’est pas fortuit. La question de l’emploi des  jeunes est au cœur de tous les débats dans ce pays.

Quant au parrain de l’événement, Master Soumy, il ne mâche pas ses mots. Il pointe du  doigt certaines  causes du chômage au Mali. L’artiste musicien estime que l’une de causes est la mauvaise formation. Le système éducatif du Mali n’est pas bon. Il ne correspond pas au marché de l’emploi. « Nous avons un système éducatif qui  est inadapté », déplore-t-il  avant de préciser qu’il y’a des milliers de diplômés  dans certains domaines alors que la demande sur le marché de l’emploi est minime. «Il faut que notre système éducatif soit adapté à la réalité de notre pays  », propose-t-il. « Nous sommes un pays d’agriculture, de la pêche. Nous sommes un pays qui a plus de dix (10) mines d’or, pourquoi ne pas mettre des initiatives sur place pour orienter les jeunes vers ces domaines », suggère Master Soumy. Et  de préciser que tout le monde ne peut pas travailler dans la fonction publique ; il faudrait, donc, orienter la jeunesse vers la formation professionnelle.

Par ailleurs, l’initiateur du Journal rappé au Mali affirme que tant que les hauts cadres de ce pays  sont issus du parti au pouvoir, on ne pourrait jamais lutter contre la corruption. « Ce sont les mêmes individus qui pillent, qui volent les ressources du pays pour financer les activités du parti », dit-il haut et fort. Ce qui est déplorable pour Master Soumy, c’est que les plus gros voleurs de la république ne sont jamais enfermés. « Quand vous partez à la prison centrale de Bamako, vous ne trouverez que les voleurs des motos Djakarta, des voleurs de téléphones, des petits bandits, des agresseurs de la rue, pendant que les vrais voleurs de la république sont dans leur bureau, juste avec les vas et vient de leur Bic, ils détournent des centaines de millions », déplore-t-il.

Pour Modibo Kadjoké, un des conférenciers, la formation est plus qu’importante. « Quand on est bien formé, on a plus de chance d’avoir un emploi. Quand on est mal formé, on a moins de chance d’avoir un emploi », dit-il pour parler de l’importance de la formation. L’ancien ministre de l’emploi a beaucoup encouragé les membres de l’ADIDE dans leur démarche. Pour lui,  les jeunes ont un important rôle à jouer dans la recherche de l’emploi. « Vous pouvez être une force de proposition », encourage-t-il avant d’ajouter : « Le premier emploi d’un chômeur, c’est de la recherche de l’emploi ».

Le président de l’APM-Maliko va loin en disant qu’un jeune en chômage peut être une proie facile comme il peut être une bombe.

Avant de terminer, il a invité les autorités à maintenir l’APEJ.

 

Boureima Guindo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here