Découpage territorial : Une patate chaude dans les mains des autorités de la Transition

1

Dans le but de réorganiser l’aménagement du territoire c’est-à-dire ériger telle commune en cercle, tel cercle en région et vice versa. Les autorités de la Transition ont organisé des assisses sur le découpage territorial dans les régions de Gao et Tombouctou et ce découpage passe très mal aux yeux des populations de ces régions surtout à Gao.

A peine en gestation, le découpage territorial rencontre des difficultés et devient une patate chaude entre les mains des autorités de la Transition et à ce stade on se demande même si le gouvernement peut organiser les élections générales de 2022.

Pour se faire entendre, les habitants de Gao ont pris d’assaut la salle de conférence du Gouvernorat de Gao où se tenait ladite assise, pour manque de concertation. Selon quelques-uns, ceux qui sont partis les présenter l’ont fait en leur nom et non au nom de leurs communautés. A l’unisson, toutes les composantes de la ville de Gao rejettent ce projet en l’état. « Nous rejetons en bloc le projet de découpage territorial des autorités de la Transition », confie un jeune qui a préféré garder l’anonymat.

Cette affaire de découpage est très délicate surtout dans la région de Gao. Gao est composée de six (6) Communes rurales et tous les maires de ces six Communes urbaines vivent dans la Commune urbaine de Gao et ne se rendent dans leurs différentes circonscriptions que pendant les week-ends. Même pour signer un document, des gens sont obligés d’attendre le maire le week-end. Comment de telles zones peuvent-elles encore vouloir s’ériger en cercle alors qu’en tant que communes, elles sont un échec total ?  C’est la question qu’on se pose.

Pour que ce découpage soit un sucés, il faut que les nouvelles autorités expliquent à nos parents que le découpage territorial est une prorogation de l’Etat. Et que le gouvernement doit faire en sorte que ce découpage doit profiter aux populations et non à quelques leaders mafieux qui se battent pour avoir des circonscriptions électorales qui feront d’eux des maires, députés, des Présidents de conseil…

C’est ne pas la première fois que la population de Gao se rebelle contre ce découpage. On se rappelle en 2018, les groupes armés, la société civile et l’ensemble de la communauté de la région ont boycotté la première tentative.

D’ailleurs même cette fois, la CMA, dans un communiqué se dit surprise d’apprendre sur les réseaux sociaux la réorganisation administrative et territoriale produit unilatéralement et en catimini par les services du ministère de l’administration territoriale.

 

Ousmane Mahamane

(Stagiaire )

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Les autorités de la transition sont incapables de mettre sur rails le pays mis en déconfiture par le paresseux et grand viveur, IBK.
    La junte ne comprend pas que le découpage proposé par IBK n’est pas applicable. C’est Ag Erlaf, celui par qui ATT a été roulé dans la farine, qui l’a fait pour plaire à ses maîtres de Kidal qui n’ont aucune considération pour lui.
    Les Ifogas disent bien en Tamachek: “idnane bannan” qui veut dire “idnane zéro”. Aux yeux des Ifogas, la tribu d’Ag Erlaf est vassale.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here