Disparition du Président ATT : Le lourd héritage d’un homme au parcours exceptionnel

1

Prétendre rendre un hommage à la hauteur de la grandeur du Général Amadou Toumani TOURE s’assimile à vouloir mesurer le flux des grandes marées au moyens de dérisoires mesures humaines. Sans hyperbole aucune, ATT, comme l’a affirmé le Président Sénégalais, SE Macky SALL, était tout simplement une Bénédiction. Cette tribune, moins une espèce d’apologie post-mortem, se veut surtout une invite à l’Elite politique à suivre les traces de l’homme, unanimement reconnu par son peuple comme étant le soldat de la démocratie et du développement.

Aucun poète, aucun homme de média, aucun historien, mieux encore, aucun Griot ne pourrait parler de AMADOU, digne fils de Sudûbabba, à suffisance. Tant son immense vision rivalise avec son patriotisme incommensurable et surtout avec son sens aigue de l’humanisme.  Et ce, avec l’altruisme  légendaire qui a donné le sourire aux plus démunis. Il a été sans aucune fausse modestie, l’homme qui aura, de par ses actions, marqué les trois dernières décennies de l’histoire du Mali démocratique.

Ses actions touchent tous les segments de développement du pays. L’homme connaissait son pays et était en contact direct avec son peuple.  Parmi ses innombrables qualités, on peut retenir son sens de la retenue et sa soif de l’unité du peuple malien. En atteste ce témoignage qui lève le voile sur sa riche expérience personnelle, lors de sa dernière interview sur la Télévision nationale: « l’homme sage, c’est celui qui connaît ses limites. Il faut avoir de  la retenue dans ce qu’on dit et dans ce qu’on fait ».   ATT savait pardonner tout comme il savait partager. Peut-on avoir meilleure illustration que cette anecdote d’un homme politique qui lui confessa : « grand-frère, sais-tu que je fais partie de ceux qui t’ont fait partir en 2012 ? Il répondit, oui, m’a-t-on rapporté, mais tu restes mon jeune frère ». Son interlocuteur ajouta: « je retiens d’ATT, un homme incapable d’être rancunier face à ses adversaires ».

Le héros du 26 Mars, fort de son esprit visionnaire avait vite compris,  à juste titre, dès son premier quinquennat, qu’il était difficile de bâtir un pays, sans l’unité entre l’ensemble de ses filles et fils, d’où   le paradigme de « CONSENSUS ».  Il avait compris qu’il   fallait développer un nouveau modèle de démocratie, voire de gouvernance en adéquation avec les réalités le Mali.  Hélas ! Aujourd’hui, le Mali fait face à cette rude épreuve pour sortir de la crise socio-politique et sécuritaire qu’il traverse.

ATT avait ce don de laisser des traces indélébiles sur son passage. Oui, il savait prendre rendez-vous avec l’histoire.

Faut-il partager forcément cette thèse qui soutient que le Président ATT est mort le jour du renversement de son régime, le 22 Mars 2012 ? Surement pas. Puisqu’il fallait cela peut-être, pour comprendre à quelle enseigne l’homme avait raison.   Surtout, quand on sait que ‘’le deuxième nom de Dieu est le temps’’. Il a su unir ses compatriotes de son vivant   ainsi que dans sa disparition. Les Maliens de toutes obédiences politiques et sociales se sont unis comme un seul homme pour le pleurer.  Quelle belle leçon à la classe politique ?  Quelle belle référence pour cette jeunesse en perte de repères ?

La plus belle manière de respecter la mémoire de l’illustre disparu, est de consolider ses acquis, voire mieux faire que lui en incarnant ses valeurs.   « Retrouvons ce qui nous unit »

Baba Bourahima CISSE    

 Communicateur –Journaliste

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Parmi les hommes politiques de 1991 à aujourd’hui si quelqu’un doit entrer au paradis c’est Amadou Toumani Toure !
    Certes tout être humain a des bons côtés et des mauvais côtés ; j’ai été victime du mauvais côté et je réalise que cela a été un bienfait pour moi ! Le déclic est venu lors du repassage cette semaine de la cérémonie de remise du prix Keba Baye ( j’ai découvert à l’occasion cet homme de valeur Keba comme décrit par le commentateur ) . C’est à travers l’explication du mot ” soudou baba ” que je pense comprendre une position de Amadou Toumani par rapport à un conflit dont j’ai été victime alors que je ne partage pas l’ avis d’aucun côté ! Je pense que le camp Amadou Toumani à mal appliqué la philosophie ” soudou baba ” car un bon responsable ne doit pas favoriser son ethnie au détriment d’autres ethnies qui constituent la nation malienne . La vérité de ” soudou baba ” est universelle et pour le cas du Mali on dira ” soudou Mali ” et par conséquent on peut être 《défaillant 》par rapport à ” soudou baba ” et être exemplaire par rapport à ” soudou MALI ” !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here