Entre Nous : Nina : la solution est politique !

3

Le vendredi 19 février 2021, le Consulat général du Mali à Paris a été la cible d’actes de violences par une soixantaine de personnes protestant contre l’accès difficile à la carte NINA. Mise à sac de la baie vitrée, de la porte d’entrée principale, de deux fenêtres, de véhicules, de deux caméras de vidéosurveillance,  du Hall principal et de la salle des machines, trois blessés légers parmi les vigiles…tel est le bilan de leur manifestation. Une vingtaine de personnes ont été interpellées sur place par les forces de l’ordre et conduites au commissariat de Bagnolet.

Ce qui s’est passé au Consulat général du Mali à Paris est vraiment regrettable. Les actes posés ternissent davantage l’image de notre pays à travers le monde, même s’il fallait craindre qu’ils fussent prévisibles d’une manière ou d’une autre. Car c’est si, depuis des années, ces personnes crient dans le vide, de plus en plus nombreuses qu’elles sont à perdre leurs emplois ou leur carte de séjour, à devenir des clandestins, à dormir sous des ponts ou dans les toilettes publiques…Après avoir survécu, pour la plupart, à l’Odyssée de la traversée du Sahara et de la Méditerranée ! Tout cela à cause de la Carte NINA sous le prétexte qu’ils ont réduit leurs âges ou changé de noms. Une Carte NINA dont l’établissement reste problématique depuis le départ,  les autorités peinant à satisfaire les Maliens !

Mais, contrairement au Collectif «Mains propres» qui a sonné l’alerté et, mieux, fait des propositions pertinentes au gouvernement de la République du Mali, personne n’a apparemment cure du calvaire vécu par nos jeunes compatriotes émigrés. ‘’Violences invisibles’’ de la part d’un Etat qui leur doit pourtant protection et assistance en toute circonstance ! Ces Maliens qui sont plutôt victimes de son incurie à tenir la dragée haute à ses partenaires européens sur la question. Les hésitations du gouvernement n’ont-elles pas contribué à compliquer davantage une situation qui aurait pu être réglée sans trop de bruit ?

La solution n’est pas technique. Mais politique ! Purement politique. Les enjeux sont énormes pour le Mali. Des jeunes qui retournent de l’aventure avec des idées selon lesquelles ils ont été abandonnés par l’Etat deviennent des proies faciles pour les groupes extrémistes. Il y a urgence à agir. Et à aller rapidement au-delà des mesurettes annoncées par le Premier ministre devant le Conseil national de Transition.

Les arguments de poids ne manquent pas pour le gouvernement du Mali dont le discours est plutôt lénifiant lorsqu’il s’agit des milliards que ces Maliens envoient à leurs familles au pays ! Car il est indéniable que les Maliens de l’extérieur jouent un rôle très important en termes de contribution au développement et de stabilité sociale. En 2012, quand les partenaires techniques et financiers avaient tourné le dos à cause du coup d’Etat militaire du capitaine Amadou Haya Sanogo, les migrants sont venus à la rescousse à hauteur de 367,4 milliards de nos francs alors que l’aide publique au développement était de moins de… 2 milliards :1,79 milliard FCFA ! D’ailleurs, confirme le Rapport national sur le développement humain de 2016 «Migration, Développement humain et Lutte contre la pauvreté au Mali», les transferts de fonds de nos migrants étaient nettement supérieurs aux aides publiques au développement. Cela de 2010 à 2013. Car, pendant cette période, les émigrés maliens ont envoyé au pays 1.350,1 milliards de FCFA quand les aides publiques au développement totalisaient 610,91 milliards

Avec 900 millions de dollars, soit 450 milliards de FCFA en 2018, le Mali, selon la Banque mondiale, occupait la 9è place des pays recevant le plus de fonds de ses émigrés et la 3è place des pays francophones derrière le Sénégal et la République démocratique du Congo. En 2017, les transferts de fonds des émigrés maliens avaient atteint 1,059 milliards de dollars, soit 529. 500. 000. 000 de F CFA.

Les spécialistes sont unanimes que ces données ne comportent pas toutes les sommes envoyées à cause des circuits informels difficiles à tracer !

Par Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. La carte nina est bloqué par la france . L immigration. L entreprise qui fabrique les passeports maliens est française. Vous pouvez faire votre enregistrement RAVEC 1000 fois , vous n aurez jamais de récépissé pour obtenir un passeport . La france bloque tous le processus avec la complicité de l Etat malien .

  2. Only responsibility under total circumstance featuring to utmost laws of Europe is to timely facilitate citizens who have illegally though well meaning migrated to Europe prompt return to Mali. To do more without European approval for those who knowingly plus intentionally violated European law is to assist that criminal act plus commit crime thereof creating friction between government of Mali plus governments of Europe.
    Periodically messages should be set forth on radio plus television in Mali making foregoing known plus listed in all Malians government plus tourism agencies. It should be set forth our government should not plus will not violate laws of Europe.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. J’ai bénéficié de la carte NINA en son temps mais mes enfant; non! Tout le monde sait qu’aujourd’hui on ne peut rien faire sans la carte NINA qui de plus est de mauvaise qualité. En effet; les écritures et les photos s’effacent. Il n’est déjà pas facile d’avoir une carte NINA a plus forte raison un duplicata. Nos enfants sont ainsi pénalisés. Ils ne peuvent pas faire de concours. Ils ne peuvent pas rentrer dans l’armée. Ils ne peuvent prétendre a rien ni même voter. Ils sont des des jeunes adultes depuis des lustres. MOI; j voudrais une carte nationale numérisée et un permis de conduire numérisée qui contiennent les numéros d’identifications nationales (NINA) Demandez au autres pays comment ils ont fait Je cite pour exemple le Sénégal, pays voisins, le Burkina, Le Niger, etc… Vous trouverez des indices et de bonnes informations. A quand nos cartes d’identité nationale et os permis numérisés. Quand au passeport rien à dire que les couleurs ont été inverties. D’antan, le la couleur verte était pour le passeport diplomatique et le rouge ou marron pour les passeport ordinaires. C’est à la suite du coup d’État de 2012 que les donnes ont été changé. Du coup vous passez inaperçus. l’avenir de nos enfants est ainsi hypothéqués. Nous avons ouvert nos frontières à tout le monde c’est bien mai aussi il faut savoir qui rentre chez nous. Le pays est plein de terroriste qui ne sont pas maliens parce qu’on leur a permis de installer tranquillement chez nous, les bandits de grands chemins de même, idem pour les arnaqueurs qui arborent tous des cartes d’identité malienne. ET nous même les natifs, o combien il est difficile d’avoir le précieux sésame. A juste raison. la numérisation des cartes d’identité nationale comportant de manière automatique les numéros d’identification nationale (NINA) résoudrait ce problème de même que ces fameuses cartes d’électeurs. Mon message s’adresse aux gouvernants. Que des compatriotes aillent jusqu’à casser une représentation diplomatique du Mali montre à quel point la situation est sérieuse et pourrie et que le malaise est partout. Seule solutions de mon point de vue des CARTES D’IDENTITÉ NUMERISEES. Et des cartes d’identités valables dix ans s’il vous plait. Aujourd’hui nos cartes d’identité” ne font que 3 ans. Le choix est politique mai qu’on pense à tout ce que nous souffrons pour avoir la carte NINA. La solution est politique

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here