Fabé Binta Bocoum, coordinatrice du PAEFFK : « le projet profitera à 400 localités touchant plus de 50 000 femmes rurales… »

0

Le projet d’autonomisation économique des femmes dans la filière Karité (PAEFFK) est un projet relevant du ministère de la Promotion de La Femme de l’Enfant et de la Famille. Doté d’un montant de 4,4 milliards FCFA, il a été présenté lors  de la journée internationale de la femme rurale, célébrée le 15 octobre à Kita, par sa coordinatrice, Mme Fabé Binta Bocoum.

Au Mali, 03 millions de femmes sont actives dans les activités et de transformation du Karité en milieu rural. Principales actrices sur cette filière, les produits de Karité procurent aux  femmes rurales plus de 80% de revenu annuel. C’est ce qu’a révélé Mme Fabé Binta Boucoum, coordinatrice du projet d’autonomisation économique des femmes dans la filière Karité (PAEFFK).

Le PAEFFK est un projet de partenariat entre le Gouvernement du Mali et la Banque Africaine de Développement (BAD). Doté d’un montant de 4,4 milliards FCFA, il s’inscrit dans le cadre de la mise œuvre du « Programme d’Appui à l’Autonomisation des femmes dans la chaine de valeur karité au Mali » intitulé programme karité.

L’objectif général, selon la coordinatrice du projet, est de contribuer à renforcer l’autonomisation économique avec le Karité et stimuler la croissance inclusive des femmes rurales. Plus spécifiquement, il s’agira de professionnaliser les femmes dans la filière karité, d’améliorer la compétitivité du karité de 400 coopératives (amandes, beurre, savon, pommade…) par l’augmentation significative de leur qualité et l’amélioration de leur emballage dans les régions de Kayes, de Koulikoro, de Sikasso et de Ségou et afin appuyer la sécurisation et la régénération de la ressource karité : l’emblavement des superficies en karité et l‘entretien du parc existent.

Les produits de karité occupent près de 40% dans l’économie des ménages ruraux

D’une durée de 05 ans, le PAEFFK veut contribuer au développement économique, durable et inclusif ainsi qu’à la réduction de la pauvreté des femmes rurales dans la filière karité. « C’est un projet d’investissement destiné à apporter un appui spécifique au pays dans la mise en œuvre d’activités et la mise à l’échelle technologique de l’outil de production, de stockage  et la mise en marche du karité, de formation et d’accompagnement à l’entreprenariat des acteurs et au développement coopératives dirigées par les femmes », a dit Fabé Binta Bocoum.

C’est un projet  qui s’exécutera avec l’ensemble des structures publiques et de la société civile œuvrant pour la promotion de la femme dans le domaine du Karité. Il profitera, selon sa coordinatrice, à 400 localités touchant plus de 50 000 femmes rurales soit une population bénéficiaire indirecte de plus de 800 000 habitants dans les zones de production.

La coordinatrice du projet a terminé son intervention en indiquant que le Karité constitue une source importante de revenu pour les femmes en milieu rural au Mali et un levier du karité sûr pour l’autonomisation. « Promouvoir l’entreprenariat dans le secteur du karité c’est de faire le secteur le fer de lance de l’économie nationale. C’est pourquoi, il faut se donner tous les moyens de l’exploiter rationnellement et surtout de préserver, gage de sa durabilité », a plaidé Fabé Binta Bocoum.

Il faut rappeler que le Mali détient le plus grand peuplement de Karité d’Afrique de l’ouest. Le pays compte entre 183, 600 à plus de 408 milles pieds avec un potentiel de production de l’ordre de 250 000 tonnes. Les produits de karité occupent près de 40% dans l’économie des ménages ruraux.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

De retour de Kita       

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here