Front social : les Administrateurs civils en grève de 360 heures à partir du 19 octobre

1

Le Syndicat autonome des administrateurs civils (Synac), le Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’Administration territoriale (Sylmat), le Syndicat des collectivités territoriales (Syntract) et le Comité syndical des Agences de développement régional (CS-ADR) décident d’observer une grève de 360 heures, reconductible, allant du 19 octobre au vendredi 06 novembre. Ils ont pour cela déposé un préavis de grève le mardi 06 octobre sur la table du gouvernement.

À  peine installé, le gouvernement de transition est sous pression. En effet, le Syndicat autonome des administrateurs civils (Synac), le Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’Administration territoriale (Sylmat), le Syndicat des collectivités territoriales (Syntract) et le Comité syndical des Agences de développement régional (CS-ADR) décident d’observer une grève de 360 heures, reconductible, allant du 19 octobre au vendredi 06 novembre.

Dans leur préavis en 10 points, les CEN Synac, Syltmat, Syntract réclament l’octroi d’une prime de sujétion pour risque de 400 000 FCFA pour les administrateurs civils et les membres du corps préfectoral ; l’octroi aux administrateurs civils et membres du corps préfectoral d’une prime spéciale ;  l’octroi aux administrateurs civils et membres du corps préfectoral ne bénéficiant pas de logement mis à disposition par l’Etat d’une indemnité de résidence ; la majoration de la prime de fonction spéciale de 300% accordée au personnel des services du ministère de l’Administration territoriale ; la fixation du nombre d’agents de sécurité affectés aux représentant de l’Etat et leur mise à disposition effective au plus tard le 30 octobre.

Aussi, les CEN Synac, Syltmat, Syntract exigent la prise en charge effective des salaires et accessoires des fonctionnaires des collectivités territoriales relevant du cadre de l’Administration générale par le budget de l’Etat, la relecture des cadres organiques des services étatiques pour prévoir les corps des fonctionnaires des collectivités du cadre de l’Administration générale, etc.

Les CEN Synac, Syltmat, Syntract se réservent le droit de reconduire le mouvement de grève jusqu’à la satisfaction totale des points ci-dessus mentionnés.

Cheick Bougounta Cissé

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Une très bonne chose pour la sauvegarde de leurs droits. Depuis notre indépendance, ils (administrateurs civils et autres ) qui représentent l’État ne sont pas dans les conditions de travail . Depuis les événements de 1991 , les régimes successifs se sont servis d’eux pour conquérir le pouvoir . Certains par imprudence n’ont pas hésité à s’afficher politiquement aux côtés du pouvoir en place . Au lieu de songer à l’amélioration de leurs conditions de travail, ils ont préféré se contenter de leur titre ” représentants de l’État “. En bambara on dit que ” N’Tji est le propriétaire du fétiche KOMO, si celui ci doit sortir le même N’Tji est obligé de se cacher ” ! Dans les coins les plus reculés, la vie du Sous prefet est un calvaire , il fait vraiment pitié. Souvent certains préfèrent vivre sans leur famille par mesure de sécurité. Au même moment des gouvernants insouciants comme IBK , distribuent des millions de nos francs aux artistes et autres . Ils doivent maintenant se battre , si jamais ils font le peureux après cette transition les mêmes conditions malheureuses de vie vont continuer . Je connais vraiment cette vie de campagne pour avoir été moi-même représentant de l’État (Chef d’arrondissement) pendant plusieurs années au Nord comme au Sud . Bon courage !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here