Naufrage d’une embarcation clandestine en Libye avec plusieurs dizaines de Maliens : Des associations invitent les autorités à achever dans l’immédiat l’élaboration de la politique nationale migratoire

0

Après le récent naufrage d’une embarcation clandestine en Libye avec plusieurs dizaines de Maliens, des organisations intervenant dans la défense des droits de l’homme, en l’occurrence l’Association malienne des expulsés (AME), l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH), Espace migrations et développement en région de Kayes (EMDK) ont, dans une déclaration déposée hier à notre rédaction, interpellé les autorités à mettre en place des actions de développement dans les régions de départ des candidats à l’émigration.

 

Roncq: Suite au naufrage, Selinkégny et Bafoulabé n’en finissent pas de compter leurs disparus
Les sauveteurs sur les larges de l’Italie (Photo archives)

Dans cette déclaration signée par le président de l’AME, Ousmane Diarra et celui du conseil régional de Kayes, Bandiougou Diawara, ces regroupements fustigent le mode de gouvernance en Afrique où   les Etats, après 50 ans d’indépendance “ peinent toujours à mettre en place des politiques sociales et économiques répondant aux besoins et aux attentes des populations, surtout en terme de mobilité humaine et de protection de leurs citoyens à l’étranger”.

 

A les croire, la mauvaise gouvernance et les crises multiformes à répétition plombent les programmes de développement et brident les initiatives, particulièrement dans les secteurs sociaux de base (éducation, santé, accès à l’eau potable et à un travail décent, sécurité alimentaire, en un mot le bien être).

 

 

C’est pourquoi, selon ces associations, “les jeunes au péril de leur vie empruntent des routes qui deviennent de plus en plus mortelles depuis la création du Frontex (agence de surveillance des frontières extérieures de l’Union européenne). Nous condamnons fermement et regrettons cet évènement tragique qui n’est que le résultat des dispositifs visant à réduire les mobilités humaines. Nous recommandons d’une part aux gouvernements des pays de transit comme d’accueil le respect des droits de l’Homme et l’assistance aux personnes en danger ” peut-on lire dans ledit communiqué.

 

 

Les auteurs de ce communiqué   invitent   les autorités maliennes à “ achever dans l’immédiat le processus d’élaboration de la Politique nationale migratoire en inscrivant dans les priorités : l’orientation, la protection, l’assistance de tous les Maliens de l’Extérieur ou souhaitant tenter leur chance ailleurs ; les initiatives de préparation/qualification des candidats à la migration ; les actions de développement des régions afin que les personnes ne soient pas obligées de migrer “.

 

 

Enfin, ils adressent leurs condoléances   attristées aux familles des   nombreux disparus.

 

               K.THERA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER