Ils ont dit à propos du communiqué conjoint Mali-UE : Soumana Sako, président de la Cnas Faso Hèrè

4

“Un communiqué conjoint est un accord international quelle que soit l’appellation. Ici même à Bamako les 29 et 30 octobre 1963, c’est un communiqué conjoint signé par le président Modibo Kéita, de l’empereur Haïlé Sélassié d’Ethiopie, de Ben Bella d’Algérie et du roi Hassan II du Maroc qui a mis fin au conflit fratricide entre l’Algérie et le Maroc”.

Soumaïla Cissé, président de l’URD

“Au-delà d’une convention signée, il y a quand même une convention appliquée. On l’a appliquée sans la signer. Voilà ce qui se passe dans notre pays. Tous les mercredis nous avons un communiqué du conseil des ministres. Donc il ne vaut rien ce communiqué ? On nous dit qu’un communiqué n’a aucune valeur juridique. Donc qu’est-ce qu’on fait désormais des conseils des ministres ?”

Souleymane Koné, 1er vice-président des Fare Anka wuli

“Si aujourd’hui, le Mali dit qu’un communiqué conjoint n’a pas de valeur juridique avec qui allons-nous travailler demain ? Un communiqué conjoint signé équivaut à un accord signé. L’accord est déjà signé. On n’a jamais vu un pouvoir qui a si maltraité le peuple malien que le pouvoir en place…”

Tiébilé Dramé, président du Parena

“Malgré les dénégations du président de la République et du gouvernement, il apparaît non seulement que les autorités maliennes ont pris des engagements précis avec l’UE bien avant la visite de Koenders (11 décembre) mais que ces engagements ont connu un début d’exécution par l’envoi de délégations officielles maliennes chargées d’interviewer des détenus dans plusieurs pays européens en vue de préparer leur retour forcé au Mali”.

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. mille merci monsieur sako que te donne long vie le mali a toujours besoin de toi et de monsieur soumaila cisse votre expertise nous sommes gouverner par des amateur tereta est le plus mouvais ministre que le mali na jamais eu imaginer mon rêve soumaila president joue premier ministre comme imagine un peut messi cristian dans un mémé équipe revenons sur terre avec IBK l’echec est deja consommer

  2. Dans ce pays nous ne comprenons plus rien. ON VEUT FAIRE CROIRE QU’UN COMMUNIQUE PRODUISE LES MÊMES EFFETS DE DROIT QU’UN ACCORD, sous le contrôle des spécialistes du droit international, CE SONT DEUX DOCTRINES DIFFÉRENTES. Un communiqué est fait pour annoncer, informer et expliquer les textes( loi, décret, convention, accord…) qui, eux, produisent le s effets juridiques. Tel qu’il se passe tous les mercredis en conseil de ministres.

  3. Une foi de plus je regrette ATT, qui q tenu face a sarkozie et a refuse de signer cet accord

  4. « Nous n’avons pas signé d’accord, mais nous devons respecter la loi française. S’il est menotté pour être rapatrié de force c’est qu’il a fait quelque chose », affirme le Ministre des maliens de l’extérieur Abdramane Sylla face à un jeune malien menotté sur le chemin de retour au Mali dans un vol d’Air France qui quitte Paris pour Bamako.

    Cette réponse du Ministre n’a pas pu convaincre ses compatriotes maliens présents dans ce vol. Ils voulaient que le Ministre assume ses responsabilités en demandant que le jeune ne soit pas menotté car, pour eux, il n’est ni un assassin, ni un bandit. Ces maliens ont exigé et obtenu que leur compatriote soit démenotté pour que l’avion puisse décoller, avec deux heures de retard.

    Le samedi 24 décembre 2016, ce jeune a été le premier malien expulsé depuis la signature controversée d’un accord entre l’Union Européenne et le Mali à avoir foulé le sol malien. Depuis ce jour on voit quotidiennement des vidéos sur les réseaux sociaux montrant des maliens dans les vols d’air France à destination de Bamako.

    Comme si cela ne suffisait pas, les autorités Maltaises ont affirmé que les agents d’identification du gouvernement malien ont identifié 9 maliens en situation irrégulière en vue de leur expulsion vers le Mali. Ces neufs maliens sont actuellement en prison en attendant leur expulsion.

    L’union européenne affirme que du mois d’octobre au mois de décembre, les agents d’identification du gouvernement malien ont sillonné 5 pays d’Europe à la recherche des maliens en situation irrégulière afin qu’ils puissent être expulsés vers le Mali.

    Plus de 200 maliens sont détenus dans des camps en Italie dans les conditions déplorables en attente d’être expulsés vers le Mali, alertent les défenseurs des droits de l’homme. L’expulsion de ces migrants peut intervenir à tout moment et ceux ci viendront s’ajouter aux 216 maliens expulsés d’Algérie.

Comments are closed.