Les femmes dans le maintien de la paix : Karina CISSE, une clef pour la paix au Mali *

1

Les liens étroits et l’interaction entre le développement, la sécurité et la démocratie ne sont plus à démontrer, et cette réalité est encore tellement visible au Mali, que l’insécurité qui frappe notre pays depuis 2012 continue d’influer négativement sur notre processus démocratique et compromet le développement économique et social, tant au niveau étatique que du secteur privé. Les droits civiques dont les élections, la liberté d’expression et de la presse, le droit à l’information des populations, les droits de l’homme et toutes les libertés fondamentales, s’en trouvent impactés, affectés et éprouvés. Pour que cela change notre paysage social compte depuis 2013 avec les défenseurs des droits de l’homme et les acteurs de maintien de la paix de l’ONU, les casques bleus. Ainsi, à l’occasion de la journée internationale des caques bleus célébrée le 29 mai, votre hebdomadaire économique Les Secrets Bancaires rend hommage à une dame dont l’efficacité n’a de commune mesure que la discrétion et l’humilité avec lesquelles elle agit, une clef pour la paix au Mali : Karina CISSE, administratrice nationale à la Division des Droits de l’Homme et la Protection. Nous publions cet article qui suit et qui ne fait que confirmer nos lignes.       « Mes études dans le domaine des nouvelles tendances du droit international me prédestinaient à travailler dans les organisations internationales au service de la paix. Mais, j’aurais pu imaginer travailler dans une Mission de maintien de paix partout dans le monde sauf chez moi (au Mali) ». Ainsi, Karina Cissé, jeune malienne d’une trentaine d’années, explique son attachement à la paix et son engagement d’administratrice nationale à la Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA.

Karina fait un vœu : « que les femmes puissent être réellement impliquées dans les processus en cours pour que la paix revienne au Mali ». Pour qu’il devienne réalité, elle œuvre à la promotion et au respect des droits de l’homme auprès des acteurs étatiques, des organisations de la société civile, des professionnels des médias et du grand public. Elle contribue à renforcer les institutions et mécanismes de promotion de l’Etat de droit, ainsi que le processus de justice transitionnelle. Et ce, en soutenant notamment la Commission Vérité Justice et Réconciliation et la lutte contre l’impunité des violations graves et abus des droits de l’homme. Au quotidien : elle forme, sensibilise, appuie (technique), plaide et monitore. « La plus grande difficulté c’est d’accepter qu’il y ait des problèmes chez moi. L’avantage d’être chez soi en revanche, c’est qu’on a la sensibilité socio-culturelle et un contact plus facile avec nos compatriotes, » explique l’administratrice.

« Ce thème va de soi, » affirme la jeune malienne lorsque l’on évoque « les femmes dans le maintien de la paix : une clef pour la paix », le thème de cette Journée internationale des Casques bleus 2020. Comme beaucoup de ses collègues femmes, Karina pense que la participation des femmes au travail de la paix ne saurait être réduite au simple aspect numérique. « Un homme éduqué et sensibilisé à l’égalité du genre serait plus utile que 100 femmes représentant un quota et qui continuent à alimenter les stéréotypes, » explique la jeune gardienne de la paix avant de conclure par cette anaphore : « Je contribue à l’égalité du genre autrement que par le simple fait d’être une femme. Je contribue à l’égalité du genre au quotidien parce que je me bats contre les inégalités en me servant de références, auxquelles la société malienne croit. Je contribue à l’égalité du genre parce que je refuse les traitements de faveur et fais mon travail avec conscience et professionnalisme enfin, je contribue à l’égalité du genre car elle fait partie intégrante des droits de l’homme que je promeus ».

Source Minusma

*Titre et chapeau de la rédaction

Les Secrets bancaires

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Bonne continuation, le Mali a besoin des filles et des fils comme toi qui luttent pour son developpement social, humain, politique et economique en refusant la corruption, le nepotisme et la delinquence morale et financiere et en faisant tout pour que la femme et la fille Maliennes participent dans ce processus de developpement sur le meme pied d’egalite que les hommes et les garcons Maliens.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here