Ramadan à Bamako : Les bonnes affaires des vendeurs a la sauvette

0
Les bonnes affaires des vendeurs a la sauvette
Les vendeurs à la sauvette

Dans le district de Bamako, les vendeurs ambulants tentent de bousculer les convenances urbaines. En ce mois de ramadan, ils s’adaptent par les produits variés proposés aux automobilistes dans les bouchons et tirent leur épingle du jeu.

Ils sont informels mais tentent de jouer leur partition dans la vie socio-économique de la capitale. Ambulants ou à la sauvette, la pratique marchande permet à de nombreux jeunes de mener une vie digne pour faire face à leur pitance quotidienne et celle des siens, de  leur scolarité aussi pour certains. En cette période de carême,  ils sont nombreux le long des artères principales de la ville, hélant les automobilistes qui se retrouvent coincés le plus souvent entre leurs offres presque à la criée et les manœuvres pour se sortir du bouchon.

Les marchandises se sont mises aux couleurs du ramadan : chapelets, coran, dattes, tapis de prières, carafes, chauffe-eau, etc.  Ici comme près du monument de la Colombe, à l’entrée du pont Fahd ou encore à l’entrée du Pont des martyrs en direction de la rive droite, ce sont les mêmes scènes, surtout à la descente et au moment de l’approche de la rupture du jeûne.

Entre l’Institut d’économie rurale (IER) et la Banque de développement du Mali (BDM-SA), une trentaine de jeunes passent la journée à vendre divers articles. Sur le trottoir,  quatre jeunes hommes se détendent. Gaoussou Coulibaly accepte de se prêter à nos questions. Jeune et dynamique, il nous confie qu’il est un écolier qui s’adonne à cette activité chaque fois qu’il ne va pas à l’école. Il prépare sa rentrée future en travaillant ainsi pour se faire un peu d’argent. L’année dernière, il vendait à Djélibougou, Fadjiguila, Korofina, Médina Coura.

Le jeune ambulant a commencé ce métier grâce à l’appui de son frère qui veut le voir voler de ses propres ailes. Initialement, il vend des insecticides en provenance de Chine et parvient très rapidement à s’entretenir lui-même.

 

A jeun, il confirme que le mois de ramadan est plus propice que les autres parce qu’il est plus proche de la fête. « Les automobilistes achètent beaucoup », dit-il. Il écoule sans grande difficulté sa marchandise et ne paye aucune redevance à la mairie. Le gain que lui procure son commerce lui permet d’aider sa mère, qui est une ménagère. «En utilisant l’argent qu’il gagne avec parcimonie, il épargne pour pouvoir satisfaire ses petits besoins personnel, à 15 ans » avoue cette dernière.

Dans la rue parallèle au ministère de l’Education nationale, Alphonse Coulibaly, 15 ans, est lui aussi un écolier de la 9e année. Il exerce ce métier de vendeur depuis qu’il avait 12 ans en dehors des cours et surtout pendant les vacances.

Les conditions de travail sont difficiles, témoigne-t-il. « Parfois, on travaille sous un soleil de plomb. Les conditions de travail sont intenables, après la vente on fait deséconomies. Cette épargne nous permet d’acheter nos effets scolaires, le reste nous servira d’argent de poche pour aller à l’école ».

« Depuis la semaine passée, je vends des poches pour les cartes Nina, avant de m’intéresser à ça, je vendais des jouets pour enfants ».

Il regrette que les plus jeunes d’entre eux fassent une entorse aux prix fixés des articles et indique que cela génère une pénibilité. Habitant de Kalaban, il vient travailler tous les jours et à 10 h, il commence à vendre. « Souvent je viens en auto stop, pour repartir en transports publics ».

Selon lui, la mairie saisit leurs marchandises à l’intérieur des marchés. « Sinon ce sont les gardiens qui nous déguerpissent parce que nous obstruons le passage à l’entrée des services. La mairie ne traque que les adultes a priori ».

Angèle Marie Bernadette KY

Source : Le Temps du Sahel

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here