Recrutement d’agents pour la CMDT-HOLDING au titre de 2022 : Un collectif de candidats crie à la magouille et dénonce la société de placement SAER-Emploi

0

Les responsables du Collectif pour la revendication de résultats justes, équitables et transparents du concours de la CMDT (CRRJET) ne sont pas d’accord avec la manière du recrutement des agents (techniciens et ingénieurs agronomes) par la Société africaine d’Etudes et de Réalisation (SAER-Emploi Mali) pour le compte de la CMDT. Ils ont crié à la «magouille, à des irrégularités, à des manquements, à l’irresponsabilité et à l’incompétence de la société SAER» à organiser un tel recrutement dans la transparence avec des résultats fiables. Ils l’ont fait savoir dans une déclaration datée du 2 Septembre 2022 et signée par Seydou Nafo Dembélé (Président), Fanta Sangaré (Vice-présidente), Kalifala Kéïta (Porte-parole).

Dans la déclaration dont nous avons pu nous procurer une copie,  le Collectif pour la revendication de résultats justes, équitables et transparents du concours de la CMDT (CRRJET-CMDT) explique que la Société africaine d’Etudes et de Réalisation (SAER-Emploi Mali) a lancé un recrutement d’agents (techniciens et ingénieurs agronomes) pour le compte de la Compagnie malienne pour le Développement du Textile (CMDT Holding) au titre de l’année 2022. “Le lundi 16 juillet 2022 se sont déroulées les épreuves du test écrit dans les 3 centres du pays, à savoir, Bamako, Koutiala et Sikasso. A la suite de ce test, des résultats sont apparus le vendredi 19 août 2022 avec une liste de 102 candidats dont 77 techniciens et 25 ingénieurs retenus pour le test oral. Nous avons, à la suite de la proclamation de ces résultats, constaté certaines irrégularités sur la liste et aussi au cours du processus d’organisation. C’est ainsi que face au refus de la société SAER de laisser les candidats malheureux accéder à leurs notes qu’un collectif a vu le jour. Il est dénommé le Collectif pour la revendication de résultats justes, équitables et transparents du concours de la CMDT (CRRJET)”, a introduit le collectif.

Selon le Collectif leur première mission a été  de rentrer en contact avec les responsables de la société SAER Emploi Mali pour faire la lumière sur les zones d’ombre qui frustrent les candidats malheureux animés par l’esprit de transparence. “Le jeudi 25 juillet, une délégation du collectif a été reçue par la société SAER, plus précisément par Sidi Yattara, responsable en charge dudit recrutement. Une déclaration lui a été remise. Puis, s’en est suivie une seconde rencontre le lundi 29 juillet 2022 pour avoir une suite aux revendications. Cette démarche du collectif afin d’avoir un dénouement heureux pacifiquement n’aboutira à rien de concluant”, ont  constaté les membres du Collectif. Avant de poursuivre que  leur frustration est restée grande au vu du manque d’explications convaincantes sur les irrégularités et manquements graves qui sont, entre autres :  l’admission au test oral parmi les techniciens, centre de Bamako, du nommé Diakité Kaly, né le 06/12/1988 dont le nom ne figure pas sur la liste des candidats retenus pour le test écrit ; l’admission au test oral parmi les ingénieurs, centre de Koutiala, de la nommée Berthé Rokia, née le 31/12/1994 dont le nom ne figure pas également sur la liste des candidats retenus pour le test écrit ; l’admission au test oral parmi les ingénieurs, centre de Koutiala, du nommé Traoré Adama, né le 06/04/1993 alors qu’il est retenu avec la licence parmi les techniciens sur la liste des candidats pour le test écrit (mise à jour de son diplôme de master sur la liste le 22 Août 2022 sur le site www.saer-emploi.com) ; l’admission au test oral parmi les techniciens, centre de Bamako, du nommé Koué Dioma, né le 19/03/2000 alors que sur la liste des candidats retenus pour le test écrit c’est plutôt Dioma Diolo né le 19/03/2000 ; la publication du résultat du test écrit sans les notes, les rangs, les numéros de places ou les numéros de dépôt de dossier des candidats retenus pour le test oral. S’y ajoutent l’apparition d’une nouvelle liste de candidats retenus le jour du test écrit changeant ainsi les numéros de place initiaux ; l’insuffisance de sujets d’épreuves lors du test écrit occasionnant le regroupement de plusieurs candidats autour d’un même sujet pour concourir et cela dans plusieurs salles des centres de Bamako et Koutiala. Ce, sans oublier l’absence de notes de correction sur les copies du test écrit pour cause de double correction, selon les responsables de la société SAER (nous rappelons que ces épreuves étaient des questions techniques avec des réponses précises ne demandant pas l’avis du correcteur donc, ne nécessitant pas le travail de deux correcteurs) ; le non contrôle des pièces d’identités lors des épreuves du test écrit dans plusieurs salles des trois (3) centres. “Au vu de toutes ces irrégularités et manquements, on retient, soit la magouille dans ce processus, soit l’irresponsabilité et l’incompétence de la société SAER à organiser un tel recrutement dans la transparence avec des résultats fiables”, dénoncent les responsables du CRRJET-CMDT.

Dessaisir la société SAER-Emploi pour incompétence

Les responsables du CRRJET-CMDT demandent aux autorités de la Transition de se saisir de ce dossier qui fruste et met en péril l’avenir professionnel de plus de 2000 candidats injustement recalés. Les responsables du Collectif exigent de ce fait que la société SAER Emploi Mali soit dessaisie purement de ce recrutement pour incompétence. Ils proposent, entre autres, la reprise dans la transparence de la correction des copies du test écrit par des experts qui porteront directement les notes sur les copies ; la publication d’un nouveau résultat issu de cette correction avec les notes, les rangs, les numéros de place et/ou les numéros de dépôt de dossier de chaque candidat ; la possibilité pour les candidats d’accéder à leurs copies et les réponses remises aux correcteurs aux fins de réclamation au besoin.

“A défaut, nous demandons l’annulation pure et simple de ces épreuves et la reprise de tout le processus. Nous osons espérer sur le bon sens et l’esprit d’équité et d’égalité de chance dans les recrutements de la part des autorités de la Transition”, ont-ils dit.

              Kassoum THERA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here