Troubles des règles ou cycles : Un déséquilibre hormonal fréquent

0

Les troubles des règles sont des problèmes fréquemment rencontrés. Le Pr Augustin Tionkani Théra, chef du service de gynécologie au Centre hospitalo-universitaire (CHU) du Point G,explique que c’est un problème qui intéresse plus d’une femme. Selon lui, l’organisme chez la femme en âge de procréer est réglé selon un rythme qui s’articule généralement autour de 28 jours au cours desquels se forment des follicules. Ceux-ci vont croitre vers la maturité et donner un follicule mûr qui va ovuler.

Il précise que cela se passe au 14èjour et que c’est ce qu’on appelle ovulation. Après l’évolution, il y a soit une fécondation de ce follicule et dans le cas contraire le follicule va dégénérer rapidement et entrainer la dégénérescence de l’endomètre qui était préalablement préparé. Cette couche de l’utérus qu’on appelle endomètre va se desquamer et être rejeté. Selon le toubib, c’est cette desquamation qui ramène les règles.

Il est important à ce niveau de déterminer que tout saignement par voie génitale ne sont pas forcément les règles. Notre spécialiste indique que pour qu’il y ait les règles, il faut qu’il y ait ces phénomènes préalablement cités pour que l’aboutissement soit un saignement mensuel. Cependant, chez une femme en âge de procréer ce rythme est respecté par l’organisme qui fait que chaque mois ce saignement arrive. Mais à la faveur de certaines situations, ce cycle peut être troublé.

«Quand ce cycle normal n’est plus respecté, on parle de troubles du cycle», renchérit-il. D’après lui, les troubles s’installent de différentes manières. Les troubles physiologiques arrivent de manière attendue. Ces troubles sont fréquents chez les adolescentes et les femmes qui sont proches de la ménopause. C’est ce qui fait que les règles sont accompagnées de douleurs (dysménorrhées) parce que le cycle est en train de s’installer.

Les troubles climatériques ou pré ménopausiques chez les femmes au voisinage de la ménopause (après 45 ans) font que les règles sont perturbées. Il souligne que cette perturbation va de manière croissante jusqu’à l’arrêt totale des règles. à ceux-ci, le gynécologue ajoute que beaucoup de maladies peuvent interférer ou entraîner ces troubles chez la femme en âge de procréer. Il évoque tout d’abord les troubles d’origines hautes et explique que c’est une perturbation au niveau du cerveau de la femme. Cette perturbation peut être congénitale (parce que les hormones qui entretiennent les règles sont sécrétées par une partie du cerveau qu’on appelle hypophyse). Avec cette perturbation s’il n’y a pas de règles depuis le début la femme va grandir sans jamais avoir ses règles : ce sont les aménorrhées primaires.

………LIRE LA SUITE SUR https://www.lessormali.com/

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here