CdM 2022 : l’Angleterre dispose tranquillement du Sénégal et retrouvera l’équipe de France en quart de finale

15

Dans leur riche histoire footballistique respective, les deux nations ne s’étaient encore jamais affrontées avant ce huitième de finale de Coupe du Monde. Il s’agissait donc d’une grande première qui s’annonçait palpitante entre ces deux formations. D’un côté, l’Angleterre, vice-championne d’Europe en titre, de l’autre, le Sénégal, Champion d’Afrique 2021. Une confrontation très intéressante en perspective donc. Malheureusement, la rencontre accouchait d’une entame très peu rythmée avec deux équipes qui se jaugeaient. Après une longue période d’observation, les Anglais se mettaient à presser leurs adversaires avec conviction pour maintenir la pression dans le camp sénégalais. Malgré cela, les Sénégalais se procuraient finalement les premières situations chaudes.

Sur une mauvaise relance d’Harry Maguire, Youssouf Sabaly débordait et centrait fort au point de penalty où Boulaye Dia était contré in-extremis dpar John Stones. Le ballon revenait devant le but où Ismaïla Sarr, pourtant seul, frappait juste au-dessus du but anglais (23e). A la demi-heure de jeu, Bukayo Saka manquait sa passe en retrait qui profitait à Ismaïla Sarr. Le joueur de Watford glissait le cuir pour Boulaye Dia qui tirait dans un angle fermé et sa tentative était repoussée par Jordan Pickford (31e). Quelques minutes plus tard, Jude Bellingham, bien servi par Jude Bellingham, portait le ballon et rentrait dans la surface. La pépite anglaise centrait en retrait vers le point de penalty où Jordan Henderson exécutait un tir croisé qui trompait Edouard Mendy (39e, 1-0).

L’Angleterre tout feu tout flamme

La réalisation du joueur de Liverpool faisait beaucoup de bien aux hommes de Gareth Southgate. Les Anglais se montraient beaucoup plus dangereux dans la foulée de cette première ralisation. Dans un premier temps, Harry Kane envoyait sa reprise au-dessus du but sénégalais après un bon centre de Bukayo Saka (41e) puis Jude Bellingham lançait Luke Shaw qui déboulait mais poussait trop son ballon et son centre était finalement contré en corner par Édouard Mendy (43e). Juste avant la pause, l’Angleterre doublait la mise grâce à son buteur maison. Encore à l’initiative, Jude Bellingham lançait en profondeur Phil Foden. Ce dernier fixait Kalidou Koulibaly et donnait le cuir à Harry Kane. Sur la droite de la surface, le joueur des Spurs fusillait Édouard Mendy d’une reprise imparable (45e+3, 2-0).

Au retour des vestiaires, le Sénégal revenait sur le pré avec la volonté de mettre davantage de pression dans l’entrejeu. Décalé par Pape Gueye, Youssouf Sabaly délivrait un centre en retrait et Pape Matar Sarr surgissait pour armer une reprise qui passait de peu à côté des cages adverses (50e). Après cette tentative avortée, les Anglais reprenaient le contrôle de la rencontre. Harry Kane tentait même une frappe lointaine et l’effet mis par le joueur dans le ballon surprenait Édouard Mendy qui laissait échapper le cuir avant de s’imposer en deux temps (56e). Dans la continuité de cette occasion, Phil Foden prenait son couloir puis centrait à ras de terre vers le premier poteau où Bukayo Saka surgissait pour devancer Abdou Diallo et tromper Édouard Mendy d’un tir croisé (57e, 3-0).

Les Three Lions retrouveront les Bleus en quart

Alors qu’il restait à ce moment-là encore un peu plus de 30 minutes à jouer, le Sénégal ne semblait pas capable d’inverser la tendance. Sur un coup franc dans l’axe à environ 25 mètres des cages anglaises, Pape Matar Sarr déclenchait un tir puissant qui se passait à droite du but de Jordan Pickford (74e). De son côté, l’Angleterre se dirigeait tranquillement vers une qualification relativement facile pour la suite de la compétition et notamment une confrontation face à l’équipe de France en quart de finale, samedi prochain. Les Anglais géraient d’ailleurs la fin de la rencontre pour ne pas laisser trop de plumes dans la bataille avant de retrouver les Bleus, qualifiés après leur victoire face à la Pologne (3-1), au prochain tour donc.

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Je n’oublierai jamais la finale de la CAN 2002 au Mali. Les Maliens ont supporté le Cameroun qui a éliminé le Mali. Les Joueurs Sénégalais ont été hués par les mêmes. Idem pour la finale de basket dames. La dette sera payée un jour. Les Sénégalais ont une mémoire d’éléphants. On paie toujours notre dette

    • En 2002, El hadj Diouf par ces propos a mis tout le peuple de Bamako à dos contre les Lions. Vous savez bien qu’il en est capable. J’aimerai rafraîchir votre mémoire en vous évoquant la finale de basket-ball féminin disputée à Dakar et dont sont sorties victorieuses les maliennes. Ce jour-là, les maliennes ont chanté a capella l’hymne du Mali en l’absence de la fanfare sénégalaise partie pleurer avec le fair play dans les vestiaires.

      • Faux, Diouf n’avait rien dit. Il n’est pas bête au point de provoquer le pays organisateur. C’est un fake news crée juste pour saboter le match du Sénégal. Pouvez-vous me dire ce que Diouf a dit? Pouvez-vous me donner un lien YouTube où je peux regarder les propos Diouf ?

      • Lama pouvez-vous me donner la page YouTube où je pourrais regarder ce que Diouf a dit sur le Mali? Pouvez-vous me donner un site internet où je pourrais lire les propos de Diouf? Diouf n’est pas bête au point de provoquer le pays organisateur. C’était juste une invention des supporters maliens pour avoir la légitimité de déstabiliser l’équipe du Sénégal.

      • C’est grave ce que vous dites: « vous savez bien qu’il en est capable ». Vous l’avez jugé avant la commission du crime. Être capable et l’avoir fait c’est différent. En réalité le nom de Diouf a été sali pour des propos qu’il n’a jamais tenus et c’était fait à dessein.

        • Elhadj Diouf est donc victime de la commune renommée. C’est la rumeur publique tenue pour vraie et admise comme moyen de preuve. Ça ressemble bien au personnage. Autre fait, depuis ce matin, je suis le seul malien à être intéressé par ce match. Ça ne vous dit rien ? Entre nous, sans le fer de lance Sadio Mané et avec un gardien dans la forme de Mendy, c’est déjà bien de sortir comme ça. Boul kadi.

  2. Doucement mon gars, on ne va pas quand même mettre nos drapeaux en berne parce que l’équipe de football du Sénégal a perdu. Et puis si nous on n’était pas au Qatar c’est par la faute de l’arbitre sénégalais du match retour Tunisie-Mali.

    • Rageux toujours les mêmes accusations contre vos deux voisins ivoirien et sénégalais car vous êtes méchants
      Demain vous allez dire que les terroristes qui sont au nord Mali sont des sénégalais

    • Discours de haineux. Un pays qui n’a pas mis ses “drapeaux en berne” pour ses propres morts ne le fera jamais pour un pays voisin et “ami” qui a perdu un match de football

      • Oui ma soeur mangeuse de niébé, il y a des choses bien plus importantes que d’épiloguer sur un match Sénégal Angleterre dont sauf surprise ; le vainqueur est connu. Revoyons nos entraînements. Mettons plus de vitesse dans nos déplacements. Voilà des points sur lesquels les footballeurs européens nous dépassent.

  3. Maliweb.net quand le Sénégal gagne vous ne le publiez pas ou vous le mettez en bas de vos articles
    Quand le Sénégal perd c’est le premier titre de votre site
    Nous au moins on a été 3 fois à la coupe du monde et malgré la défaite de ce soir on a été plus que honorable et valeureux
    Vos cœurs vont continuer de brûler de rage le Sénégal restera toujours une nation exemplaire et respecte dans le monde dans tous les domaines méchants que vous êtes

    • C’est le seul site au monde qui a fait un black-out sur la finale de la dernière CAN et ce n’est pas une surprise, tous les Sénégalais savaient que Maliweb allait boycotter. Ce n’est pas parce qu’on se tait, qu’on ne connait pas la réalité

          • Tout ce qui se passe au Sénégal m’intéresse. J’y est séjourné longtemps et y garde d’excellentes relations à Dakar ou dans le Waalo (Ross Béthio, Rosso etc.). Beaucoup de mes contradicteurs ne peuvent en savoir autant. Je mets beaucoup de vos interventions sous le coup de la colère d’avoir trébuché. Rien n’est perdu. Le Sénégal a les ressources de qualité autant sur les terrains de jeu que dans les instances suprêmes du football (FIFA) pour lui garantir une participation à d’autres Coupes du Monde.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here