CdM 2022 : le Portugal s’impose dans le douleur contre le Ghana

1

Au tour d’un autre prétendant à la victoire finale de faire son entrer dans la compétition. Après le triste nul entre l’Uruguay et la Corée du Sud un peu plus tôt dans la journée, le Portugal défiait le Ghana pour tenter de prendre la 1ère place du groupe H, et déjà une sérieuse option sur la qualification. Critiqué au pays, Fernando Santos envoyait au feu un 4-3-3 avec Danilo en défense centrale et une attaque emmenée par Joao Felix et Cristiano Ronaldo, soutenue par Bernardo Silva et Bruno Fernandes. Le sélectionneur espérait là imiter la bande à Paulo Bento, vainqueur de ces mêmes Ghanéens en phase de poules lors du Mondial 2014.

Les frères Ayew étaient déjà là, et comme il y a 8 ans, l’aîné démarrait en pointe. Au Brésil, Ronaldo avait crucifié ses adversaires en fin de rencontre, et c’est encore qui se mettait en évidence dans ces premières minutes. Sans doute portée par A Portuguesa qui lui a mis les larmes aux yeux, la star s’illustrait par deux grosses situations gâchées, un contrôle un peu long face au gardien (9) et une tête hors du cadre (13e). Malgré ce bon début de match, le rythme retombait. La Seleção confisquait le ballon (70% du temps à la pause) sans avoir de grandes velléités offensives, la faute également à un adversaire concentré dans sa moitié de terrain.

Le record de CR7

La rencontre prenait carrément des allures de match de handball puisqu’à part ce but refusé logiquement au quintuple Ballon d’Or (31e), il n’y avait plus grand-chose à mettre sous la dent. Cela manquait cruellement de rythme pour inquiéter des Black Stars très défensifs. Ces derniers affichaient un visage plus conquérant au retour des vestiaires. Grâce à un bloc-équipe plus haut, ils s’offraient même une occasion avec cette frappe au ras du poteau de Kudus (55e). Le Portugal profitait des espaces libérés par cette prise de risque et finissait par obtenir un penalty très généreux après cette faute de Salisu sur CR7, qui se faisait justice lui-même (1-0, 64e), devenant au passage le premier joueur de l’histoire à marquer dans 5 Coupes du Monde différentes.

Le Ghana n’avait pas non plus dit son dernier mot. Après une nouvelle tentative lointaine (72e), Kudus s’échappait côté gauche et déposait un centre pour André Ayew, qui n’avait plus qu’à pousser le cuir en profitant de cette petite déviation de Danilo (1-1, 73e). Ce match devenait un peu fou car dans la foulée, le Portugal reprenait l’avantage par João Félix, lancé en profondeur dans le dos de Baba Rahman (2-1, 78e), puis même le large grâce à l’entrant Rafael Leão (3-1, 80e). Sans un arrêt de Zigi devant Ronaldo (82e), le score aurait même pu être plus large, d’autant que Bukari sur son premier ballon, a offert un petit suspense (3-2, 90e) dans les ultimes minutes. Dans la difficulté, la Seleção a atteint son objectif, avant de défier l’Uruguay dans 4 jours, pour une revanche du 8e de finale de 2018.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pour l’Afrique, on voit des pays qui ne méritent vraiment pas leur place dans cette coupe du monde, de véritables figurants. Et cela a toujours été la règle avec les passes droits de l’arbitrage qui auraient créé des privilégiés de première zone de pays au détriment du mérite qui serait toujours biaisés. Et nous autres africains soucieux de voir la percée de notre continent dans ces compétitions, qui au retour avec les résultats et les prestations médiocres de nos représentants, le cœur meurtri, demandons à revoir le processus de qualification de nos équipes à la phase finale en éliminant d’office les équipes ayant participé, qui n’ont pas pu se qualifier au second tour lors de la coupe du monde précédente. Mais aussi à posteriori de créer une commission indépendante d’arbitrage qui va revoir tous les enregistrements VAR des éliminatoires pour apprécier les différents arbitrages, arbitrages qui de plus en plus seraient entrain de prendre de l’ascendant sur le mérite des équipes et les sacrifices physiques psychologues et financiers engagés dans les éliminatoires. L’arbitrage serait t’il devenu un État dans le football Africain ????? Que la moralité sied, et que le mérite soit la priorité des priorités pour l’émergence de l’Afrique dans tous les domaines. Point de place pour la malice qui serait plus nuisible…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here