M’Barakou Baby, Président de la Ligue Régional de Pétanque et deuxième vice-Président de la Fédération Malienne de Pétanque : « Kayes sort avec une tête haute de cette organisation »

0

Pour savoir plus sur les défis de l’organisation du  19ème  championnat national, notre équipe de reportage s’est entretenue avec l’homme qui a développé plus de stratégies et qui a fait plus de kilomètres de marche que les joueurs pour la réussite de l’événement dans la cité des rails. Il s’agit de M’Barakou Baby, Président de la Ligue Régionale de Pétanque et deuxième vice Président de la Fédération Malienne de Pétanque.

KayesInfos : Satisfaction de la ligue régionale ?

M’Barakou Baby: La ligue régionale sort la tête haute de cette organisation. L’événement a été une réussite totale : d’abord un succès au niveau de participation, car toutes les régions ont participé à la compétition  et même celle de Tombouctou dont les délégués étaient avec nous. Vous savez, organiser un  événement qui compte plus de 60 triplettes avec de plus de 160 joueurs venus de tout le pays, n’est pas chose facile. Mais grâce au courage et au dévouement de toute ligue régionale, des hautes autorités de la région et du public Kayésien, la  fête fut  belle.

KayesInfos : Une participation féminine lors des prochaines éditions ?

Le  souhait du  Gouverneur de région lors de ce 19ème  championnat, nous prouve que nos autorités sont de cœur avec la discipline. Cette demande, très légitime d’ailleurs, est inscrite dans le plan d’action de la ligue régionale Kayes. Dans les prochaines semaines, nous ciblerons  certaines écoles de la ville et nous organiserons  des séries d’initiation au jeu de pétanque.

KayesInfos : Changement de mentalité désormais ?

Les jeux de pétanque ne sont  pas réservés qu’aux vieux, comme beaucoup le pense. Toutes les couches sont habilitées à pratiquer ce jeu qui demande beaucoup d’efforts physique et mental. Selon les statistiques le joueur peut faire plus de 30 kilomètres de marche sans se rendre compte.

Sport fédérateur, sur une même aire de jeu de pétanque, on rencontre des civiles, des hommes en uniforme, des jeunes et des vieux. Le plus jeune joueur de ce tournant est un Kayesien, il a 16 ans et le plus vieux vient de Ségou avec ses  70 ans.

Entretien réalisé par B. Niane

PARTAGER