Mondial U20 : Les aiglons rois du suspense

3

La sélection nationale junior s’est qualifiée hier soir pour les quarts de finale de la Coupe du monde, en battant l’Argentine 5-4 aux tirs au but. A l’issue du temps réglementaire et des prolongations, les deux équipes étaient à égalité 2-2

Hier, le sélectionneur des Aiglons, Mamoutou Kané «Mourlé» a donné une véritable leçon tactique à l’entraîneur argentin, Fernando Batisra. Depuis la dernière CAN U20, remportée par le Mali jusqu’à la Coupe du monde, le technicien évoluait toujours en 4-3-3 et semblait très rattaché à ce schéma. Mais face aux Argentins, hier, l’ancien gardien de but international a changé de fusil, en optant pour un 5-3-2. Ainsi, dans le onze de départ, il y avait cinq défenseurs (Clément Boubacar Kanouté, Drissa Diarra, Abdoulaye Diaby, Babou Fofana, Arnaud Konan) et deux milieux récupérateurs (Ousmane Diakité, Sambou Sissoko). Est-ce l’absence du milieu de terrain, Mohamed Camara et celle de l’arrière-latéral, Fodé Konaté, tous deux suspendus, qui ont poussé le technicien à abandonner son traditionnel 4-3-3 ? Toujours est-il que le nouveau schéma tactique proposé par Mourlé s’est révélé payant, puisque les Aiglons ont réussi à tenir les Argentins en échec pendant 120 minutes (2-2), avant de s’imposer 5-4 dans la séance des tirs au but et décrocher leur billet pour les quarts de finale.

L’aventure de Pologne 2019 continue donc pour le Mali et comme lors des éditions de 1999 et 2015 qui avaient vu notre pays se hisser sur la troisième marche du podium, avec en prime, les trophées de meilleur joueur du tournoi, tous les espoirs sont désormais permis pour les Aiglons. Hier soir contre les sextuples champions du monde, les protégés du sélectionneur national Mourlé ont encore tout donné et montré qu’ils avaient du coeur. Ils ont été menés deux fois au score, mais ne se sont jamais découragés et leur abnégation a été payée. La première période a été dominée par l’Albiceleste junior qui est apparue bien en place, surtout sur le plan offensif. En attestent les statistiques de la mi-temps : 11 tirs, dont 6 cadrés pour les sextuples champions du monde, contre 4, dont 1 cadré et 1 poteau du côté des Maliens. De façon générale, le premier acte a été un véritable combat pour les deux protagonistes, à l’image des multiples incursions de Sékou Koïta, une fois de plus admirable de combativité.

La deuxième période allait être celle de la vérité pour les deux sélections. Le premier tournant de la rencontre intervient dès la 49è minute : suite à un centre dans la surface malienne, Clément Boubacar Kanouté dégage le cuir de la tête, mais le ballon est malencontreusement dévié par Abdoulaye Diaby et se transforme en passe décisive pour Adolfo Gaich (1-0, 49è minute). Menés au tableau d’affichage, comme lors de leurs deux dernières sorties face, respectivement à l’Arabie Saoudite et à la France, les champions d’Afrique en titre vont encore courir derrière l’égalisation et être obligés à faire des efforts surhumains. Peu après l’heure de jeu, Ousmane Diakité croyait avoir remis les pendules pour les Aiglons, mais son but sera logiquement refusé pour une position de hors jeu (62è minute). Néanmoins, les protégés du sélectionneur Mamoutou Kané ne se découragent pas et ils seront récompensés cinq minutes seulement après cette action. Suite à un corner bien travaillé par Hadji Dramé, le défenseur central Abdoulaye Diaby arrive lancé, gagne son duel aérien avec son vis-à-vis et place une tête rageuse au fond des filets (1-1, 67è minute). Tout était alors à refaire pour les deux sélections, avec d’un côté les Maliens plus agressifs qui disputaient tous les ballons et de l’autre, les Argentins très techniques mais moins sereins qu’en première période. A la 81è minute, Youssouf Koïta est battu sur une tête décroisée d’Adolfo Gaich, mais le poteau sauve le gardien des Aiglons. La réaction des Maliens est immédiate : à la 85è minute, Sékou Koïta déboule sur le côté droit, pénètre dans la surface, avant d’expédier une frappe puissante du gauche qui oblige le gardien argentin à sortir le grand jeu pour claquer le ballon en corner.

Le ballon voyageait d’un camp à l’autre et le K.O flottait dans l’air. Cependant, aucun but ne sera marqué avant la fin des 90 minutes et il faudra attendre les prolongations pour voir les Argentins reprendre l’avantage. Dans la première minute des prlongations, Eséquiel Barco envoie une frappe molle à l’entrée de la surface qui sera, hélas, déviée dans les buts de Youssouf Koïta par Abdoulaye Diaby, décidément très malheureux, hier soir. Cette fois, le rêve des champions d’Afrique semblait définitivement brisé, mais c’était sans compter sur ce diable de Sékou Koïta qui, dans les dernières secondes des prolongations, sert le nouvel entrant Boubacar Konté qui marque dans un stadium Bilsko-Biala en délire. On connaît la suite : dans la séance des tirs, les champions d’Afrique en titre réalisent un sans faute (5 tirs sur 5), alors que le gardien Youssouf Koïta bloque une tentative du côté argentin. Le Mali sera donc présent en quarts de finale et le prochain adversaire des Aiglons s’appelle l’Italie qui a éliminé le pays organisateur, la Pologne. Les autres qualifiés sont le Sénégal, les Etats-Unis, l’Ukraine, la Colombie, l’Equateur et la République de Corée.

Souleymane B. TOUNKARA
Mardi 4 juin à Bilsko-Biala stadium (Pologne)
Argentine-Mali : 2-2 a.p puis 4-5 aux t.a.b.
Buts d’Adolfo Gaich (49è minute), Abdoulaye Diaby c.s.c (91è minute) pour l’Argentine; Abdoulaye Diaby (67è minute), Boubacar Konté (120è minute+1) pour le Mali.

L’EQUIPE DU MALI : Youssouf Koïta, Arnaud Konan, Clément Boubacar Kanouté (cap), Abdoulaye Diaby, Drissa Diarra, Babou Fofana (Mamadou Samaké, 86è min), Ousmane Diakité, Sambou Sissoko, Hadji Dramé, Sékou Koïta, Ibrahima Koné (Boubacar Traoré, 73è min).

Entraîneur : Mamoutou Kané.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. jackx24 c’est toi qui ne lis pas bien peut être, en aucun moment il est question de 4-3-3-2 dans le texte du journaliste.Et puis qui peut traiter Souleymane Bobo Tounkara ( du journal l’ESSOR ) qui est une référence dans la presse sportive écrite de faux journaliste.

  2. Arrêtez vos bêtises et relisez les articles avant leur publication. Depuis quand 12 joueurs dans un match de foot? 4-3-3-2 un vrai faux journaliste.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here