Une fuite en avant de la Femafoot qui cache mal la volonté de se débarrasser de Magassouba sans frais

0

Si le président de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) a reconnu que notre participation à la CAN «Cameroun 2021» (9 janvier-6 février 2022) a été un échec et s’est excusé auprès des Maliens, il n’a pas eu le courage de situer toutes les responsabilités comme on attendait de la conférence de presse qu’il a animée mercredi dernier (16 février 2022). Il a préféré un affront à l’égard du bouc émissaire idéal en pareille circonstance : le sélectionneur national qui s’est vu imposer des anciens internationaux pour gérer les deux rencontres décisives contre la Tunisie pour la qualification à la coupe du monde «Qatar 2022».

Ce choix du président de la Femafoot, Mamoutou Touré dit «Bavieux», apporte l’eau au moulin de ceux qui déplorent son manque de leadership aujourd’hui mis en évidence par son refus d’assumer sa part de responsabilité dans l’élimination des Aigles à la CAN «Cameroun 2021». Il avoue juste que «notre CAN à été un échec» et trouve que ce n’est pas le moment de situer les responsabilités qui, curieusement, sont finalement endossées par le bouc émissaire idéal : l’encadrement technique, plus précisément le sélectionneur national Mohamed Magassouba dont la forte personnalité semble déranger beaucoup de journalistes sportifs (qui lui en veulent visiblement pour des raisons personnelles que professionnelles) et des responsables des supporters qui y trouvent une opportunité de justifier leur présence à chaque CAN.

«Mohamed Magassouba reste le sélectionneur des Aigles, mais il ne dirigera plus seul la sélection. Il sera assisté d’un collège d’anciens internationaux pour les deux matches de barrage de la coupe du monde contre la Tunisie», a ainsi révélé le président de la Femafoot, lors d’une conférence de presse animée le mercredi 16 janvier 2022 sur la participation du Mali à la 33e phase finale de la CAN «Cameroun 2021» (du 9 janvier au 6 février 2022). Ainsi, après s’être concerté avec son Comité exécutif, Bavieux a décidé «d’épauler» le sélectionneur Magassouba par un collège d’anciens joueurs expatriés du Mali (Frédéric Oumar Kanouté, Seydou Kéita, Mohamed Lamine Sissoko «Momo», Eric Sékou Chelle, Cédric Kanté́…) «pour mieux aborder les deux matchs de barrages de la Coupe du Monde Qatar 2022 contre la Tunisie» (24 et 27 mars prochain).

Qu’on voudrait humilier Magassouba et le pousser à la démission, on ne s’y prendrait pas autrement. Les noms évoqués sont des talents qui ont réellement fait honneur aux couleurs nationales pendant leurs carrières aussi bien dans leurs clubs qu’au sein de l’effectif des Aigles du Mali. Mais, auront-ils le temps et l’influence requise pour forger à temps ce mental de conquérant qui manque à nos jeunes joueurs ? En effet, à notre humble avis, le manque de maturité de l’effectif a été notre principal handicap aux phases finales de CAN en Egypte en 2019 et cette année au Cameroun.

Pourquoi un collège d’ex-internationaux ? Certainement parce que Magassouba n’est pas assez compétent pour tirer son épingle du jeu de ces deux rencontres capitales ? Mais, sans doute aussi parce que le Sénégal et le Cameroun l’ont fait à la dernière CAN et cela semble avoir été payant pour les Lions Indomptables (3e) et les Lions de la Teranga sacrés champions d’Afrique pour la première fois de leur histoire. Sauf que dans ces deux cas, cela n’est pas une solution improvisée parce qu’on a le dos au mur, mais plutôt une décision conforme à une vision de conquête.

Les responsables fédéraux du Cameroun et surtout du Sénégal n’ont pas attendu la dernière ligne droite avant la compétition pour aller dans ce sens. Dans le cas du Sénégal, selon nos informations, il s’agit d’une stratégie planifiée avec Aliou Cissé qui est resté le seul commandant de bord. Autrement, les rôles étaient clairement définis pour que ce renfort puisse réellement bénéficier aux Lions sans saper le travail du sélectionneur national.

Un bilan qui doit pourtant imposer respect et considération !

Ce qui n’est pas forcément le schéma que la Femafoot veut imposer à Mohamed Magassouba. C’est en réalité une fuite en avant face à la pression d’une certaine presse et de certains supporters (plus dynamiques sur les réseaux sociaux que lorsqu’il s’agit de réellement soutenir nos équipes nationales) qui ne cessaient d’exiger la tête du «Coach» pour pouvoir avaler la pilule amère de notre élimination en 8es de finale de la dernière CAN. Pour eux, le seul responsable est le sélectionneur national. A écouter ou à lire certains confrères, il faut le limoger tout simplement parce qu’il a remplacé Yves Bissouma contre la Guinée Equatoriale ou parce que d’autres pays l’ont fait après la CAN, notamment la Tunisie (éliminée en quart de finale après avoir miraculeusement franchit la phase des poules) notre adversaires des barrages des éliminatoires du mondial «Qatar 2022».

«Si on veut le limoger, qu’on le libère, mais dans le respect… Il a fait des erreurs comme cela arrive à tous les entraîneurs du monde. Vouloir un collège d’entraîneurs, cela est un choix très discutable. Mais que personne n’oublie surtout que la possibilité d’une qualification à la Coupe du monde, dont plusieurs personnes rêvent aujourd’hui, est son travail», a réagi un cadre passionné de foot sur les réseaux sociaux. C’est l’une des réactions les plus responsables et les plus sensées qu’il nous a été donné de lire ces dernières semaines. Et d’ajouter, «je ne connais pas Magassouba, je ne l’ai jamais connu. Mon seul souci c’est mon Equipe nationale.  Encore une fois, si vous voulez le limoger, faites-le,  mais il ne mérite pas tout ce bruit et ces insultes à son égard».

Le choix d’un collège d’anciens internationaux est une fuite en avant de responsabilité en réalité. Des confrères et des supporters peuvent fanfaronner, mais, le président de la Femafoot est conscient que cela peut lui coûter cher aujourd’hui de limoger le sélectionneur. Sur le plan purement sportif, aurait-il été raisonnable de le limoger à quelques semaines des deux rencontres capitales contre la Tunisie ? Et surtout qu’on lui doit en partie notre présence sur cette dernière ligne des éliminatoires ! En cas d’échec, il n’aura plus de fusible pour se protéger.

Sans oublier que M. Magassouba est sous contrat jusqu’en fin décembre 2022. Autrement, en le limogeant, la Femafoot s’expose à lui verser des indemnités qui viendront s’ajouter à ses arriérés de salaire. En effet, contrairement à ce qu’ils disent dans certains milieux, les responsables de la fédération savent que la somme versée au technicien avant la CAN ne représente pas plus de dix mois de salaire sur au moins deux ans d’arriérés. Avec les indemnités de licenciement, cela fera un beau pactole que la fédération lui devrait.

Pousser à la démission pour éviter les indemnités de licenciement ?

C’est pourquoi on peut aussi analyser la décision de lui imposer un collège d’ex vedettes des Aigles du Mali comme une stratégie visant à le contraindre à la démission. Ce qui serait moins coûteux qu’un limogeage. Malgré sa piété et sa grande humilité (ceux qui le trouvent suffisant ou arrogant ont sans doute leurs raisons que nous ne partageons nullement), Magassouba est à cheval sur l’honneur et la dignité. Sauf qu’il n’a fermé la porte à personne, pourvu que cela se fasse dans le respect et dans un cadre formel de collaboration visant à réellement booster le mental des joueurs qu’à lui mettre des bâtons dans les roues. C’est en tout cas un affront dont la Femafoot aurait dû faire l’économie en continuant à lui faire confiance ou en le remerciant avec respect.

Nommé à la tête des Aigles du Mali en tant qu’intérimaire à la suite de la démission du Français Alain Giresse, en septembre 2017, puis confirmé par le Comité exécutif de la Femafoot en 2019, Mohamed Magassouba a passé cinq ans à la tête de l’Equipe nationale du Mali. A ses débuts, il s’est engagé avec la ferme volonté de bâtir une sélection. Et malgré les critiques partisans, il a déjà accompli un travail formidable avec un effectif actuellement en maturation. Ainsi, aujourd’hui, les Aigles du Mali peuvent affronter toutes les sélections nationales du continent sans aucun complexe. Et cela d’autant plus que, malgré son manque d’efficacité offensive, les observateurs les plus objectifs reconnaissent que cette sélection nationale est bien structurée et très équilibrée avec une solidité défensive citée en référence. Il lui manque juste des cadres matures pour avoir du caractère souhaité dans les grandes compétitions.

Bavieux aurait dû prendre ses responsabilités, soit laisser l’équipe entre les mains de Magassouba et assumer les conséquences, soit le démettre de ses fonctions en remettant l’équipe entre les mains d’un nouveau coach comme le réclament ses partisans dans la presse sportive et dans le cercle des supporters virtuels. Et seul un vrai leader est capable de prendre l’une de ces décisions en s’assumant pleinement !

Hachi Cissé

 

 

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here