Véron Mosengo Omba de la FIFA à Bamako : «Il y’aura une Assemblée Générale ordinaire pour adopter les statuts, le 15 juin et une Assemblée Générale élective»

1

«Si certaines personnes essayent de saboter l’Assemblée générale du 15 juin, la Fifa prendra ses responsabilités»

 En vue de trouver une solution idoine à la crise du football malien, le Directeur du développement et des Associations membres de la Fifa pour les régions Afrique et Caraïbes, Veron Mosengo Omba, a été reçu ce samedi en audience par le Premier ministre, Dr Boubou Cissé. Il s’agissait de faire passer  le message du Président de la FIFA et celui de la Caf aux autorités maliennes. C’était en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré et de la Présidente du Comité de normalisation de la Fédération Malienne de Football, Mme Daou Fatoumata Guindo dite Mimi. La rencontre s’est déroulée à la Primature.

 Vous venez de sortir d’une audience avec le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, alors de quoi avez-vous parlé ?

 Je suis venu apporter le message des Présidents de la Fifa et de la Caf au Premier ministre malien. J’étais censé venir avec le Président de la CAF, Ahmad Ahmad qui a été empêché aux dernières minutes.

Le message des présidents de la Fifa et la Caf est simple et clair. La Fifa restera toujours aux côtés du football malien parce que le Mali est une grande nation de football en Afrique. Rien qu’en regardant les résultats des jeunes maliens. C’est ce que la Fifa supporte. Le développement du football des jeunes : filles et garçons. Vu cela, il n’y a pas deux ou trois personnes qui peuvent prendre ce football en otage. La Fifa a donné un message clair. C’est que l’AssembléeGénérale ordinaire qui doit être organisée le 15 juin prochain ici à Bamako, si certaines personnes essayent de saboter cette Assemblée générale, la Fifa prendra ses responsabilités et aller même, s’il le faut suspendre la Fédération Malienne de Football et le Mali pour des compétitions de la Fifa et même pour la CAN Egypte 2019 qui commence le 21 juin prochain. C’est le message de la Fifa et de la Caf que j’ai apporté au Premier ministre qui est très sensible au même titre que moi, tous les maliens sont fatigués. Comment comprendre que dans un grand pays de football comme le Mali, il n’y a pas de championnat ? Il y’a pas de championnat qui se joue ici. Alors s’il n’y a pas de championnat, le Président de la Fifa a échoué et la famille du football malien a échoué aussi. Ce qui n’est pas normal. Voilà le message que je suis venu apporter au Premier ministre malien.

Où se situe le blocage dans la feuille de route envoyée le 18 mars dernier ?

 Nous, on n’a pas vu de blocage dans cette feuille de route si ce n’est que le championnat avec les 23 équipes qui n’a pas encore démarré. Sinon la feuille de route suit son cours et il y’aura l’Assemblée Générale pour adopter les statuts et ensuite l’assemblée élective. Pour nous, la feuille de route de la FIFA suit son cours mais malheureusement le seul point qui n’a pas marché c’est le championnat et là ce n’est pas nous qui vont aller sur le terrain. Ce sont les clubs.

Des sanctions individuelles sont-elles prévues ?

 Des individus pourraient être sanctionnés s’il y’a eu des violations des statuts du football malien.

Vous repartez satisfait de votre rencontre avec le chef du gouvernement ?

 Très très satisfait comme je viens de le dire en plaisantant qu’il faut que le football malien profite du jeune Premier ministre qui aime le football. Le rencontre était très bien et j’ai été très impressionné d’abord par sa connaissance du football de ce pays. La rencontre était très enrichissante.

El Hadj A.B. HAIDARA, Aujourd’hui-Mali

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. La FIFA ne doit pas nous faire endormir avec des propos qui ne tiennent pas debout. C’est son comité de normalisation CONOR qui doit être le premier à être visé par cette menace de sanction, car c’est lui qui traîne dans la mise en oeuvre de la feuille de route de la FIFA, préférant s’éterniser à son poste. La loi est dure mais reste la loi. Le TAS s’est adressé au CONOR dans l’application de sa sentence et non aux dirigeants sportifs Maliens. La FIFA, la CAF et le TAS donnent carte blanche au CONOR de sanctionner tout dirigeant sportif et tout club qui s’opposent à l’application de la feuille de route de la FIFA et la sentence du TAS. VERON de la FIFA devrait plutôt donner un avertissement et même une menace de sanction au CONOR au lieu de tenir responsable les autorités Maliennes et les dirigeants sportifs Maliens pour la non application de sa feuille de route et la sentence du TAS. Les autorités Maliennes et les dirigeants sportifs injectent beaucoup d’argent dans le football et ils souhaitent que les textes soient conformes au football moderne. Un championnat Malien qui ne parvient pas à mobiliser de veritables sponsors capables d’injecter 2 ou 3 Milliardsb de Fcfa par an. Des clubs qui sont laissés à eux mêmes pour leurs participations dans les compétitions africaines avec souvent moin de 12 à 13 Millions de Fcfa, çà ne pouvait pas continuer. Le football Malien traverse une crise de croissance et cette fois ci, les dirigeants sportifs ont mis le curseur sur les vrais problèmes.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here