Dépôt d’un préavis de grève à la Bramali : Le Directeur Général menace le syndicat

0

Suite à un préavis de grève déposé par le Syndicat du Groupe Castel à Bramali demandant le départ du DRH à cause de mauvaise gouvernance, le DG de la boîte, Benjamin Brond, à deux mois de son départ, promet la couronne de fer aux membres du syndicat. Un bras de fer s’engage dans l’entreprise.

La situation est très tendue à l’usine Bramali, selon nos sources. Le nouveau DRH, Mamadou Hama Diallo, ne s’entend plus avec son syndicat concernant l’exécution de certaines doléances faites par les travailleurs lors d’une Assemblée générale tenue dans l’entreprise, le 14 avril 2021. Il s’agissait pour les travailleurs, de mettre dans l’accord d’établissement, des avantages qu’ils  percevaient, mais qui n’étaient pas écrits. Ce sont entre autres : les primes de rotation pour les commerciaux, des tickets pour la restauration qui revenaient à 14 000FCFA, pendant l’année et pendant les formations, des avantages sociaux. Selon nos sources, ces revendications qui avaient fait d’accord partie, ont coïncidé avec l’arrivée du nouveau DRH en 2018. Alors, un accord avait été établi entre lui et le syndicat qu’il avait rassuré et un PV de conciliation a consacré un certain nombre de soumissions.

Le syndicat, après analyse, a compris que le PV ne fait pas foi. Le DRH va donc menacer de licencier certains travailleurs pour forcer le syndicat d’abandonner ses doléances. Au nom de la restructuration de l’entreprise, certains travailleurs seront licenciés sous le label de départ négocié. Et, du constat du syndicat, ces licenciés sous des motifs fallacieux, seront remplacés par des nouveaux, dont la plupart sont venus ailleurs et surtout tirés des parents proches du DRH. Indignation et consternation au sein des travailleurs de Bramali où un bras de fer va s’engager entre le syndicat et la direction.  Une vingtaine de travailleurs ont été déjà licenciés et certains ont purement et simplement préféré quitter la boîte sous la pression et souvent suite à de fausses accusations (par exemple, un travailleur fut licencié à cause d’une bouteille, après avoir étanché sa soif, a indiqué notre source).

Le syndicat va donc inviter la direction au respect des clauses du contrat. Selon les mêmes sources, une chasse aux sorcières s’est installée dans l’entreprise et certains ont déjà fait les frais. Selon nos sources, le directeur, Benjamin Brondi, qui doit partir dans 2 mois, a juré de licencier tous ceux qui revendiquent. Dès lors, l’affaire aurait pris une autre tournure. La direction va demander au syndicat de justifier la gestion du fond de roulement  de 2019 à 2020 des déchets, des résidus que l’usine produit et qui servaient d’aliment bétail. Ces résidus revenaient au syndicat qui les vendait pour soutenir des travailleurs en cas de détresse. Alors, pour passer à la vitesse supérieure et faire tourner à son avantage la situation, la direction, par le DG, aurait notifié au syndicat une sommation  d’huissier par le biais d’un avocat. Des manœuvres sont en cours pour mettre certains en prison afin de faire abandonner le syndicat  de ses doléances et surtout l’éjection du DRH. Affaire à suivre…

Fakara Faïnké

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here