Evaluation du protocole d’accord UNTM-Gouvernement du 28 Octobre 2014 et la Crise du Nord : L’UNTM veille au grain

1
Le SG et son adjoint Ben Kattra
Le SG et son adjoint Ben Kattra

La centrale syndicale,  Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) a organisé,  le mardi 20 octobre 2015 dans ses locaux à la Bourse du Travail, une conférence de presse sur l’état d’évolution du protocole d’accord signé avec le gouvernement il y a un peu moins d’un an et donné son avis quant à la crise du Nord du Mali. Le Secrétaire Général Yacouba Katilé, qui animé cette conférence se dit satisfait de l’état d’avancement de la mise en œuvre du protocole d’accord conclu avec le Gouvernement et des relations avec le point focal qui est le ministre du Travail et de la fonction publique. Malgré des réserves émises sur la manière de gérer la crise du nord par le Gouvernement, le Ségal a fait savoir que la centrale syndicale ne dérogera pas aux règles de patriotisme que ses pères fondateurs ont érigé face aux problèmes que la nation avait rencontré en leur temps. L’UNTM compte bel et bien jouer sa partition et ne sera pas un spectateur face aux problèmes qui secouent le Mali.     

Dans le protocole d’accord du 28 Octobre 2014, le Gouvernement et l’UNTM s’étaient entendus sur 17 points qui constituaient les revendications de la centrale syndicale. A ce titre, le secrétaire général Yacouba Katilé note avec une grande satisfaction les avancées obtenues en un an. Selon lui, de mémoire d’homme, jamais le gouvernement malien n’avait traité avec autant de rapidité les revendications syndicales d’ordres financières. De nos jours,  il est palpable de constater que sur les fiches de paiement des salaires, les revenus des travailleurs, en ce qui concerne le salaire, a connu une augmentation. Le SMIG est passé de 28240F à 35000F et en 2016 il atteindra 40 000 FCFA comme convenu dans le protocole obtenu avec le Gouvernement. Le tarif de l’électricité et de l’eau qui avait connu une augmentation unilatérale décidée par le Gouvernement a été stoppé suite aux revendications de la centrale, et la valeur indiciaire sur les salaires de 5% a été revue à la hausse à 8%. L’ITS pour les travailleurs du privé également connaitra une baisse significative après que les commissions mises sur place pour déterminer les taux à prélever chez les salariés du privé aient donné ses dernières conclusions. La revue à la hausse des allocations familiales conformément à la demande du syndicat en octroyant 3500F à chaque enfant et 4000FCFA, pour ceux qui ne sont pas en bonne santé. Selon le Segal Katilé, il y a des avancées notoires sur certains points, certes mais d’autres n’ont pas pu être totalement atteints comme l’avait demandé la centrale.  A ce titre, nous pouvons noter le point 1 du protocole d’accord qui concerne les travailleurs compressés de Huicoma, Azalai et autres ; une revendication de 2011 que l’UNTM a demandé de finir totalement à travers le paiement des droits des travailleurs concernés. A cela s’ajoute, l’application des  conventions collectives où dans certains cas il y a eu satisfaction comme dans le cas des chauffeurs et conducteurs routiers. Connaissent des retards, l’application des revendications sur le bilan de la privatisation, l’accélération de la relance du secteur postal et la libération des 10% du capital des travailleurs de la Sotelma, l’établissement d’un plan de carrière, l’harmonisation et le rehaussement des primes, l’intégration des contractuels occupants des emplois permanents dans la fonction publique de l’état dans les domaines de la santé et de l’éducation et rétablir les responsables syndicaux lésés dans leurs droits.

En résumé, Yacouba Katilé, estime que certains points d’accord ont été appliqués ou sont en cours d’exécution mais beaucoup d’autres n’ont pas eu un début d’application. Toutefois il note avec une grande satisfaction la diligence avec laquelle le gouvernement s’est exécuté sur les points concernant les salaires et la diminution du coup de certains produits de première nécessité et du loyer qui est en train de faire l’objet de prise en compte depuis quelques temps.

S’agissant de la crise du nord, M. Katilé a rappelé que de 1936 à nos jours, la centrale historique qu’est l’UNTM, a toujours été présente aux grands rendez-vous de la vie de la nation, ce n’est pas son équipe qui dérogera à la règle. Devant le constat de la situation alarmante au nord du Mali, qui interpelle tous les fils du Mali, le Ségal  dira que l’UNTM ne restera pas un spectateur. « L’UNTM roule pour le Mali et rien que le Mali ;  elle ne cherche ni le pouvoir encore moins à l’exercer. La transition de 2012 est encore bien fraiche pour le démontrer. La crise du nord perdure malgré la signature de l’accord de paix par toutes les parties prenantes. Notre bureau, après une large concertation avec les unions régionales a donné son avis officiellement aux autorités compétentes. Mais hélas n’a pas été prise en compte » a-t-il regretté. Malgré les propositions faites le 1er Mai et celles adressées à la majorité présidentielle dans la plus grande discrétion et le plus grand respect, sans avoir de suite si ce n’est 24h avant la présente conférence de presse. C’est d’ailleurs ce qui a poussé la centrale à faire une déclaration le 02 octobre dernier sur la façon dont la crise était gérée qu’elle n’approuvait guère. Ceci est l’expression selon le Segal de la volonté patriotique et nationaliste de la centrale. C’est pourquoi en réitérant sa demande du 1er mai, l’UNTM demande aux plus hautes autorités d’aller vers de larges consultations de toute la société civile pour trouver une solution définitive à la crise.  Avant de clore son propos, Yacouba Katilé a tenu à préciser que l’UNTM est une centrale fondée par les travailleurs et pour défendre les intérêts moraux et matériels des travailleurs. Que l’UNTM a toujours gardé son indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics et que personne ne peut la manipuler.

         Hamidou N’gatté   

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. souhaitons que la centrale ne soit pas corrompue et qu’il y ai toujours la communication et non une communication de façade comme par le passé pour calmer les esprits.

    courage centrale et n’oubliée que le Mali est le pays ou les fonctionnaires sont les moins payés (PAUVRES)

Comments are closed.