Bakary Koniba Traoré Dit Bakary Pionnier Bikote à propos de la suspension de l’aide du FMI au Mali : «Il n’y a pas de danger»

33
Bakary Koniba Traoré Dit Bakary Pionnier Bikote
Bakary Koniba Traoré Dit Bakary Pionnier Bikote

Quel sera l’impact sur l’économie malienne du gèle (jusqu’en septembre 2014) de l’aide accordée au Mali par le Fonds Monétaire International ?

Le FMI ne peut-il pas se tromper ?

Si c’est le cas, à quelle instance, notre gouvernement, peut-il avoir recours ?

Ce sont là, entres autres, quelques questions auxquelles M. Bakary Koniba Traoré (Bakary Pionnier), économiste chevronné, patriote incontesté et incontestable, malgré sa santé fragile  a accepté de répondre.

 

26 Mars: Pouvez-vous d’abord, pionnier, nous expliquer ce que c’est que le FMI, son rôle, son importance et sa différence avec la Banque Mondiale ?

 

Bakary Koniba Traoré : Pour commencer, permettez  que je remercie le Journal 26 Mars dont le titre même est significatif par rapport à l’histoire de notre pays. En deuxième lieu, je souhaite que la paix, la sérénité et les bénédictions de Allah Soubahanawatala soient sur nos personnes, sur le pays et le monde.

Par rapport à la question relative au FMI, il faut rappeler (d’un point de vue historique) que le FMI fait partie de ce qu’on appelle les Institutions de Brettons Woods qui ont été conçues en 1944, un peu vers la fin de la guerre 1939-1945.

On peut noter que cette guerre avait dévasté les économies  des Nations qui y étaient engagées, particulièrement les pays du continent européen, parce que, c’est en Europe que le champ de bataille le plus large se plaçait. Donc, on peut dire que les Institutions de Brettons Woods ont une armature et une ossature conçues par les gouvernements dont les économies étaient dévastées et qui sont essentiellement les gouvernements européens qui eux même, dirigeaient ces Nations qui avaient eu dans l’histoire à coloniser d’autres territoires dans d’autres continents. Cela veut dire que les pays aujourd’hui qu’on appelle pays en voie de développement ont adhéré au FMI, alors qu’il étaient conçus pour aider les économies dévastées des pays des anciens colonisateurs à s’en sortir.

Donc, dans les intuitions de Brettons Wood, il ya deux éléments : le FMI qui s’occupe des aspects des finances et de la fiscalité dans les pays, et la Banque Mondiale qui s’occupe de ce qu’on appelle les projets de développements des économies concernées.

Si l’on comprend ces deux choses sans les mélanger, (comme entre la main gauche et la main droite), on voit les complémentarités et le fait qu’il ne faut pas confondre les deux.

Bref, le FMI a un rôle de surveillance, d’accompagnement sous le plan de ce qu’on appelle les finances et la fiscalité de l’économie d’un pays, pendant que la Banque mondiale s’occupe d’accompagner et de voir avec les pays, les décisions qui concernent les projets de développements qui, lorsqu’on les réalise permettent à l’économie ou aux économies concernées, de réaliser le processus de développement qui améliore les conditions de vie des populations.

 

26 Mars : Il y a quelques jours, le FMI a pris la décision de geler son aide au Mali et cela jusqu’en septembre. Quels impacts, la suspension de cette aide peut-elle avoir d’ici là sur l’économie malienne ?

Bakary Koniba Traoré : Encore une fois, pour les non initiés, lorsqu’on  emploie certains  termes, on peut être effrayé. Il n’est pas question de geler les fonds du FMI. Il ya ce qu’on appelle le décalage, le report ou le différé de la décision qui concerne le déblocage.

Il ya une suspension d’une décision que le FMI ne prend pas unilatéralement, mais, en conjonction avec les autorités maliennes, parce que les discussions engagées amènent chaque partie à apporter les arguments et les interprétations, il peut arriver que les textes du Mali et les textes internationaux qui engagent le Fonds et le Mali, ne soient pas toujours dans les termes identiques selon les situations concrètes et les événements.

Actuellement, il n’y a aucun indice qui nous annonce qu’il ya rupture de dialogue ou de discussions entre les autorités maliennes et le Fonds monétaire international. Le ministre de l’Economie et des Finances, à son retour de Washington a expliqué un certain nombre de choses. Et, cela nous rassure en temps qu’économiste. Puisqu’il n’ya pas rupture, les éléments d’explications qui permettent de convaincre les deux parties, (qu’il n’y a pas incendie ou feu à la demeure), permettront en fait d’ici septembre (quand la délégation du FMI viendra au Mali), d’arrondir les arguments, de convenir des points communs et de continuer sans difficultés majeures les relations qui existent entre le Fonds et le Mali.

Encore une fois, pour les non initiés, il faut rappeler qu’à aucun niveau, il n’ya des signes ou des indicateurs ou même des marqueurs qui nous annoncent qu’il ya rupture. Et, tant qu’il n’y a pas de rupture, les discussions continueront. Et, il ya des arguments solides et valables que les autorités considèrent détenir.

Dans certaines discussions, et on a vu que même au niveau des débats sur le plan national, on a fait référence à certains documents qui pour quelqu’un de bonne foi, sont tout à fait des documents qui ont et révèlent la nature de crédibilité.

Par rapport à la suspension, si elle est définitive, cela veut dire qu’il y aurait rupture et au niveau des textes, le non respect de certaines pratiques aura été révélé.

Le seul fait que cela peut être confirmé, n’est pas une bonne chose pour la gestion publique. Mais, comme on dit, il n’ya pas un danger particulièrement mortel pour l’économie malienne dans la mesure où les signes macro économiques nous disent que les finances publiques, la gestion du Trésor, les recettes, sont (au niveau d’aujourd’hui) entrain de suivre une courbe qui donne la possibilité à l’économie malienne de tendre vers ce qu’on appelle la recherche économique, à savoir que les ressources internes en priorité qui sont celles sur lesquelles on fonde sa politique pour avancer. Toutefois, il faut toujours se dire que l’apport des autres, c’est important mais, il reste toujours un apport.

 

26 Mars: Au cas où les autorités maliennes ne fourniraient pas d’arguments solides pour justifier l’achat de l’avion présidentiel et cet autre marché accordé de gré à gré pour l’achat d’armements, jusqu’où pourra t-il aller le FMI ?

 

Bakary Koniba Traoré : L’économiste sincère et honnête que je réclame, que je suis, le patriote que je  suis, ne se met pas dans une telle hypothèse. Cela veut dire que l’on peut prêter aux autorités maliennes de jouer sur le faux ou de cacher des pratiques qui ne sont pas bonnes. Et, comme dans le jeu démocratique, la transparence et la bonne gouvernance exigent que les gens aient une lucidité et une lisibilité dans leur politique moi, j’ai confiance et j’ai conscience que les autorités du Mali développeront, disposent, de toute la capacité de fournir tous les raisonnements, toutes les pièces et les argumentations utiles et économiques pour aller dans le sens de continuer dans leurs conditions les relations avec les FMI et que, ce n’est pas vers une crise ou un danger qu’on va évoluer, mais vers des explications sereines qui porteront la solution au problème qu’on peut supposer arriver.

 

26 Mars: En cas de mauvaise gestion de fonds publics par un gouvernement déterminé, le FMI ne tiendrait-il pas compte de l’impact de ses sanctions sur les populations ?

 

Bakary Koniba Traoré : Cela ne peut concerner que des autorités qui sont en mesure de faire une mauvaise gestion des fonds publics. Cette hypothèse ne devrait pas ou ne doit pas être appliquée en ce qui concerne le Mali, parce que notre gestion interne au niveau de la démocratie malienne ne permettra pas que les fonds publics soient mal gérés.

 

26 Mars : La banque Mondiale peut-elle apporter son aide à un pays pendant que celui-ci est sous sanction du FMI ?

 

Bakary Koniba Traoré : Oui ! Encore une fois, nous ne sommes pas dans une situation où il ya la sanction. Plus haut, je vous ai parlé de la complémentarité de la main gauche et de celle droite mais aussi de leur différence. Sur certains plans techniques, le Fonds monétaire international en tant que partenaire (en ce qui concerne la gestion des finances publiques et la politique fiscale d’un pays), peut être en discussions ou en désaccord avec un gouvernement. Mais, cela n’empêche pas que le même gouvernement, sur la base de projets de développements justifiés et bien ficelés puisse continuer de bénéficier des fonds de la Banque mondiale pour réaliser ses projets plausibles et sérieux.

 

26 Mars : Lorsque les gouvernants d’un pays s’estiment injustement sanctionnés par le FMI, ont-ils la possibilité d’interpeller le FMI devant une autre instance ? Laquelle ?

 

Bakary Koniba Traoré : Il ne s’agit pas d’avoir un tribunal devant lequel on peut recourir mais, des relations que chaque gouvernement tisse avec les institutions de Brettons Wood. Ainsi, tous les gouvernements sont parties prenantes et membres de ces  institutions et tous les problèmes qui naissent sont au niveau du dialogue et de la discussion. C’est à ce niveau là que les échanges d’informations permettent de faire que les déficits d’information une fois comblés permettent une lecture corrigée pour la partie qui n’aurait pas bien perçu dans le bons sens, le bien fondé de telle ou telle chose pour que les positions qui semblaient éloignées se rapprochent. Donc, rarement, on peut se trouver dans une situation où il est question de sanction ou de passer devant un tribunal. S’il ya des difficultés dans les rapports, c’est l’instrument du dialogue qui est privilégié pour trouver une solution. Et, dans les cas les plus récurrents, c’est cette pratique qui a toujours prévalu.

 

26 Mars : Que direz-vous actuellement aux autorités maliennes et aux populations ?

 

Bakary Koniba Traoré : Ce que je veux dire aux autorités, c’est de considérer que la première des choses, c’est, qu’elles doivent chercher à instaurer la confiance entre elles et nos populations. Pour ce faire, la sincérité, la compétence, la lucidité, le sens de l’intérêt de la population sont des éléments de référence assez importants.

Concernant mes compatriotes, je souhaite simplement qu’ils fassent l’effort de s’informer, et de ne pas toujours réagir en non initiés, de ne pas juger les autorités du pays sur la base de rumeurs, de ne pas accepter de formuler des opinions avant qu’on ait réussi le bien fondé des argumentaires les plus solides qui traitent d’une question donnée. Sinon, chacun à son niveau risque d’être son propre juge et il y aura la cacophonie en la demeure. Il faut une compréhension de la nature des problèmes posés pour que les réactions et les prises de position soient assez cohérentes et que l’amour de la patrie fasse comprendre à chacun que nous avons tous le devoir de faire en sorte que cette patrie soit développée et que ceux qui ne sont pas de cette patrie l’aiment à cause du fait que nous réussissons notre cohésion.

 

Propos recueillis par Dieudonné Tembely       

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

33 COMMENTAIRES

  1. Il était une fois l’idiot IBK qui ne comprenait pas ce que veut dire Institutions de Bretton Woods!

    Il faut que les maliens sachent qu’il y a les ACCORDS DE FINANCEMENTS et il y’a les DÉCAISSEMENTS (versements effectifs des fonds dont le financement est accordé).

    Il y a bien SUSPENSION des DÉCAISSEMENTS au profit du MALI jusqu’en septembre 2014 dans l’attente des résultats de l’audit promis par les autorités maliennes au FMI et dans l’attente d’une visite des experts du FMI en septembre 2014 au Mali pour évaluer l’audit promis par le Mali.

    Il est clair que le FMI est la tête de fil de la majorité des bailleurs de fonds, parce qu’il est beaucoup plus réactif que la banque mondiale dans la SURVEILLANCE régulière des finances PUBLIQUES des états membres.

    Le Mali est un état membre du FMI.

    Celui-ci a été créé en même temps que la banque mondiale en juillet 1944 à Bretton Woods une ville américaine de l’état de New Hampshire pour réguler le système monétaire international en mettant le dollar au centre du système qui était la seule monnaie internationale convertible en or (au cours de 33 dollars l’once).

    Toutes les autres monnaies (livre sterling, franc français, Deustch Mark, etc..,) était d’abord convertibles au dollar c’était la période du “Gold exchange standard”: étalon de change or en remplacement de l’étalon or “Gold standard” qui mettant le dollar et la livre sterling au centre du système monétaire international dans la période d’entre deux guerres.

    C’était l’architecture mise en place pour éviter des dévaluations compétitives entre les différentes monnaies et stabiliser du coup les paiements internationaux après la deuxième guerre mondiale, afin d’éviter une inflation trop grande comme l’économie mondiale a du connaître pendant la période d’entre deux guerres dans les années 20.

    Le négociateur américain de Bretton Woods était Harry White et John Maynard Keynes était le négociateur anglais de cette conférence qui a consacré le dollar “as good as Gold” (c’est à dire aussi bon que l’or) puisqu’il était devenu la seule monnaie convertible directement à l’or.

    Mais très vite avec la reconstruction rapide de l’Europe et du Japon dans les années 50, la balance des paiements des l’Etats-Unis (l’état émetteur du dollar) va devenir déficitaire et beaucoup de dollars en circulation (appelés des euros dollars) se trouvent un peu partout dans le monde dès les années 60 jusqu’au début des années 70.

    Face à des demandes incessantes des banques centrales des pays développés de convertir leurs “euros dollars” en en or (au cours fixé par Roossevelt en 1934 à 33 dollars l’once), le Fort KNox, l’institution qui gère les stocks d’or aux États-Unis a tiré la sonnette d’alarme depuis 1968 pour signaler qu’elle ne pourrait pas échanger tous les dollars en circulation dans le monde, en or.

    Le président Nixon en 1971 suspendit la convertible or du dollars et mît fin au système de change fixe mis en place à Bretton Woods en juillet 1944.

    Le monde rentra donc dans un système monétaire de flottement généralisé entre les monnaies et le FMI redéfinit complètement son rôle et s’intéresse à l’aide aux économies qui connaissent des problèmes graves de balance de paiements.

    Autrement dit elle devient le conseil et le soutien financier et technique des pays membres qui ont des déficits chroniques de leur balance de paiements et de leurs comptes publics.

    Tous les pays en développement ou presque et la quasi totalité des pays africains sont dans cette situation de problèmes structurels de balance de paiements (c’est à dire qu’il y a plus d’argent qui sort du pays par rapport à l’argent qui rentre dans le pays).

    Donc forcément les États ont des difficultés pour payer les fonctionnaires et tenir leurs engagements financiers à court terme.

    Le FMI depuis les années 1982 avec la crise de la dette mexicaine vient en soutien aux économies “malades” de la planète mais en contrepartie il demande une orthodoxie financière par des mesures drastiques de réduction des déficits budgétaires appellées “ajustements structurels” ou “facilités de caisse”.

    Il s’agit de réduire les dépenses publiques et d’accroître les recettes publiques.

    Quand à la Banque mondiale, elle a 4 institutions dont l’IDA, International Development Association, qui aide les pays pauvres comme le Mali avec des prêts à long terme (30, 40 ou 50 ans) à taux d’intérêt proche de zéro (prêts concessionnels) pour financer des projets de développement dans les secteurs divers (éducation, santé, transport, énergie, agriculture, environnement, mines, etc).

    Donc le FMI finance le court terme et la Banque mondiale, le long terme.

    Mais leur philosophie est la même c’est la bonne gestion des fonds prêtés et un contrôle strict et régulier.

    Le Mali d’IBK en s’adonnant à une délinquance financière qui consiste à acheter avion et motos à coup de dizaines milliards, à offrir des marchés publics de gré à gré à coups de centaines de milliards sans aucun contrôle, va à contre courant des institutions de Bretton Woods alors que le Mali est totalement sous assistance financière internationale.

    Le problème est que, ces institutions ont une longue expérience et expertise dans le financement des économies malades et du financement du développement.

    Cette expertise fait que les autres bailleurs de fonds multilatéraux et mêmes bilatéraux les suivent presque automatiquement dans leurs orientations.

    Si elles larquent le Mali en septembre 2014 faute d’audit crédible et de mesures de transparentes adéquates dans la gestion des finances publiques au Mali, tous les autres suivront!

    Il ne s’agit donc pas de faire de la politique d’autruche en voulant tromper les maliens que la Banque mondiale nous a accordé des financements alors que les décaissements du FMI sont suspendus jusqu’en septembre 2014.

    Il faut plutôt prendre des mesures de transparence budgétaire et mettre un terme à la gabegie des dépenses inutiles dont le mégalomane IBK et son Mara menteur ont le secret et convaincre les partenaires de la bonne gestion des fonds publics, sinon le pays va péricliter “once again”!

    Wa salam!

  2. Ka, il y a des économistes, des docteurs de 3e cycle et en Mathématiques aussi et des docteurs d’Etat en économie. Donc,j’en sais quelques choses.
    Moussa Mara aussi sait ce qu’il dit dans la gestion de l’Etat car lui aussi a un parcours brillant et sait ce qu’il dit dans ce domaine précis.

    Oeil-du-Sage, Celui qui a dit que le Franc CFA ne serait pas dévalué sous ATT, est bien le ministre du budget Mr Bouaré est aussi un bon élément mais il n’a pas eu la chance du fait d’avoir participé le gouvernement d’ATT mouillé dans le népotisme et détournement des deniers publics.

    Cela n’exclut pas la compétence de Douen à son temps et à présent!

  3. 30 juin 2014 – à 02:48
    Voilà, un bon économiste qui maîtrise bien l’historique de ces deux institutions financières. Banque mondiale et FMI interviennent progressivement dans un pays qui a les moyens de rembourser ses faiblesses d’une manière ou d’une autre soit par ses capacités économiques y compris les matières premières (banque mondiale) soit par ses entreprises rentables mais mal gérées à cause de népotismes de toutes sortes et de détournements des derniers publics(FMI)qui intervient en ce moment pour parler des licenciements abusifs des salariés pour défaire la cohésion sociale en mettant tout en branles bas à commencer par de chômeurs incalculables et voire l’augmentation des taxes fiscales à cause de voyoucratie étatique bien protégée dans un pays où l’impunité est inexistante. Ces deux institutions sont impliquées dans toutes sortes de magouilles en Afrique dans les pays, où les matières premières sont mal gérées, où la stabilité souhaitée fausse leur vision.

  4. Voilà, un bon économiste qui maîtrise bien l’historique de ces deux institutions financières. Banque mondiale et FMI interviennent progressivement dans un pays qui a les moyens de rembourser ses faiblesses d’une manière ou d’une autre soit par ses capacités économiques y compris les matières premières (banque mondiale) soit par ses entreprises rentables mais mal gérées à cause de népotismes de toutes sortes et de détournements des derniers publics(FMI)qui intervient en ce moment pour parler des licenciements abusifs des salariés pour défaire la cohésion sociale en mettant tout en branles bas à commencer par de chômeurs incalculables et voire l’augmentation des taxes fiscales à cause de voyoucratie étatique bien protégée dans un pays où l’impunité est inexistante.Ces deux institutions sont impliquées dans toute sorte de magouilles en Afrique dans les pays où les matières premières sont malgérées où la stabilité n’est pas faite pas leur affaire. Cette vision est plutôt Africaine pour eux

  5. LE RPM ET IBK ONT OUBLIE CE MONSIEUR TRES LONGTEMPS ILS ATENDENT QU’IL MEURT POUR VENIR JOUER A L’HYPOCRISIE.ET RACONTER DES BOBARDS…
    PEUT ETRE AVEC CETTE INTERVENTION ILS VONT SE SOUVENIR DE LUI.C’EST SA BRAVE FEMME OUMOU QUI SE COUPE EN 4 ET CERTAINS DE CES PARENTS POUR ASSITER SON MARI TRES MALADES.

  6. Merci Mr Traoré pour votre brillant exposé , respect pour ton âge aussi , mais bref je voulais que tu me repondes sincèrement . Qu’est ce que les pouvoirs passés ont fait pour assurer une autonomisation de l’économie malienne, si vous pensez sincèrement qu’on peut s’en passer des apports ? pourquoi s’inquiter si nos comptes en banque sont bien alimentés? après votre départ à la retraite qu’avez vous entreprendre pour le Mali? je ne parle pas de votre pension non plus , par rapport à la jeunesse? le chômage , la pauvreté , la famine etc ….. Que Dieu nous protège. Oui Mr Traoré, les maliens souffrent , mais pas vous ! mais que comptez vous faire pour la jeunesse malienne sans voix. pensez vous que les plus brillants pourront tjours continuer à gouverner les plus pauvres et plus médiocres si rien n’est fait ? je vous laisse le soin de mieux commenter mes réflexions , on est vraimnt malade , le pays va mal

  7. Merci Doyen mais reposez maintenant!
    A mon jeune âge j’avais fait tellement confiance en ce que ce monsieur ( très dynamique à l’époque)disait. Mais javai oublié qu’il était éminemment politicien aussi. En guise de rappel c’est lui même qui nous a chanté que le franc CFA ne sera pas dévalué et s’était acharné à nous expliquer tout ce passait normalement comme il le dit aujourd’hui. Doyen “SABALI”. Qu’est-ce que vous cherchez aujourd’hui encore à défendre l’indéfendable? Vous pensez que les Maliens méritent cela de votre part aujourd’hui? Si vraiment vous voulez encore rendre service au Mali, expliquez toujours aux dirigeants que le Malien n’acceptent pas le mensonge et l’injustice. Que la corruption et la médiocrité ne peuvent jamais être des atouts pour gouverner une nation aussi pauvre que la notre.

  8. Ce type raconte des inepties. L’économie a besoin de clarté et de visibilité. Et le FMI n’est pas un investisseur comme les autres car il est à la fois investisseur et une référence en termes de retour de confiance au pays concerné. Car, il suffit que le FMI tourne le dos pour ce qui est le cas pour le Mali, sans connexion autonome avec les marchés internationaux, pour que les autres investisseurs tournent le dos à leur tour.

    Quand la ministre des finances explique que le Mali a pu levé des fonds récemment et facilement au plan sous-régional c’est parce la rupture avec le FMI n’était pas encore effective et que la promesse de 2 milliards d’Euros de la communauté internationale y est pour quelques choses. Ce n’est nullement la santé économique du pays ni la crédibilité du gouvernement ce qui a trait à la visibilité des reformes. On peut endormir des ignares mais pas nous, le peuple malien.

    • Stip

      Réelles félicitations pour la qualité, la pertinence, et la lucidité de tes posts!

      Vraiment, félicitations! 😉 😉 😉 😉

  9. C’est vrai le FMI et la Banque Mondiale detruisent nos pays mais IBK ne gere pas bien .

  10. Ce Traore ne connait absolument rien, il ne comprend rien et il ne vaut rien, il raconte que de la saladeait et je ne pose la question s’il connait le FMI et la Banque Mondiale et sur leur fonctionnement ce Traore est nul. Il fait du coq a l’ane.

  11. Ce Monsieur raconte n’importe quoi. Il fait partie de beaux parleurs de notre pays. S’il veut draguer IBK qu’il le fasse autrement. Ce gouvernement, ni le Président IBK ne tiennent pas la route. Tout le monde le sait très bien. Il peut aller s’expliquer ailleurs. Nous n’avons pas besoin de ses analyses sans lendemain.

  12. Respect et considération. Monsieur Traoré, vous n’avez pas besoin de ça. Vous êtes malade et vieux, alors reposez vous. Ne permettez pas aux autres d’exploiter votre situation. Ils vous ont abandonné au premier quai. Ils vous demande de parler par ce qu’ils savent que vous avez le respect en grande dimension.
    Bonne Santé.
    Ne rentrer pas dans le mensonge.

  13. MES FRERES, IL EST TEMPS DE COMPTER SEULEMENT SUR SOIT MEME ET ONLY SUR LE " DIEU". EN TEMPS QUE LES AFRICAINS VEULENT VIVRE AU DESSUS DE LEURS MOYENS: NOUS SOMMES ET SERONT TOUJOURS DES ( ESCLAVES ).
    ETRE UN ESCLAVE, VEUT SEULEMENT DIRE: QUELQU'UN QUI N' A PAS FOIE EN " DIEU". MAIS IL REGARD ET SE CONSIDERE COMME INFERIEUR EN PRENSENCE DE CEUX DONT, IL PENSE QUI PEUVENT L' AIDER. SEUL ALLAH PEUT NOUS SAUVER; MAINTENANT MOI, PERSONNELLEMENT JE N'AIE CONFIANCE EN AUCUN DE NOS PRESENT DIRIGEANTS DE L' AFRIQUE. TOUS SEMBLE SE COMPORTER COMME UN OPPORTUNIST FACE AUX " DEMONS", OUI LES DEMONS, SE SONT BEL ET BIEN LES BLANCS. ILS FONDS TOUJOURS DES PROMEESSES POUR APRES VOUS DECEVOIR.
    LE TEMPS EST VENUE POURQU'ONT SE REVEILLENT ENSEMBLE AVEC LA SOUMISSION TOTALE,. DE FAIRE INTEGRALEMENT ET ENTIEREMENT LES COMMANDES DE " DIEU ", JE VOUS JURE, QU' ONT S'ENSORTIRA ENSEMBLE VICTORIEUX.
    C'EST LE REFUS DES NOIRS DU MONDE D'OBEIR NOTRE PERE LE CREATEUR " ALLAH" QUE NOUS RENCONTRONS TOUJOURS ET NON STOP DES FAUX PROBLEMES TOUT AU LONG DE NOTRE COURTE VIE, ALORS QU'ONT DEVAIENT VIVRE EN TOTAL PAIX SUR CETTE TERRE.
    CEUX QUI CROIE TOUJOURS AU PARADIE APRES LA MORT, SONT CEUX QUI CONTINUE DE SOUFFRIR. REVEILLONS NOUS, DANS LA GLOIRE DU TOUT PUISSANT.
    REGARDER UN PEUT AUTOUR DE NOUS: QUELLE CREATURE DE " DIEU" NE LE RESPECTE PAS? SAUF NOUS LES ETRE HUMAIN, LES AUTRES SONT EN PAIX EXEMPLE: LES BOIS, LES ANIMAUX, LE VENT, LES MONTAGNES, LA TERRE LE SOLEIL ETC…ETC…ETC…

    MERCI.

  14. Merci Mr Bakary Koniba je suis très content ce matin d'avoir édifier les maliens sur les relations FMI MALI et courage a Mme le ministre des finances certains maliens refusent la vérité .

  15. MERCI MR TRAORE vous connaisses mieux notre pays FMI tantôt suspendu tantôt reprise nous les villageois nos parents travaillons sur la terre pour faire vivre les familles donc nous connaissons pas le FMI foute nous la paix .

  16. Dans son interview, ce digne Monsieur nous raconte n’importe quoi sur bien des points!… Interview visiblement commandée par Koulouba :mrgreen: et qui n’a d’autre but que tenter de minimiser à nos yeux UNE SITUATION DES FAITS BIEN REELS!

    Quand il dit: “Il ya une suspension d’une décision que le FMI ne prend pas unilatéralement, mais, en conjonction avec les autorités maliennes”… il nous prend pour des enfants: A l’entendre, le FMI nous aurait demandé la “permission” de geler ses versements, et ce serait avec “l’accord du Mali” qu’il aurait “CONJOINTEMENT” décidé ce gel! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Ou encore: “Le ministre de l’Economie et des Finances, à son retour de Washington a expliqué un certain nombre de choses. Et, cela nous rassure en temps qu’économiste” :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    C’est sur que c’est rassurant: Non seulement le FMI n’a rien voulu entendre et a maintenu son gel, il maintient son audit, et la Banque Mondiale a élle-même suspendu son aide à son tour !!!! Effectivement, comme le dit ce Monsieur : C’EST …………….RASSURANT ! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 Décidément, notre « économiste-griot-de-service » nous prend vraiment pour des débiles mentaux….. (C’est à peu près aussi ENORME que quand Mara expliquait que l’achat de gré à gré du Boeing était, je cite, PARFAITEMENT LEGAUX !…)

    • Salut. nfp, à supposer que ce monsieur raconte de n’importe quoi et qu’il soit griot titulaire du Gouvernement, les griefs que tu invoques ne sont guère édifiants pour mettre en échec son analyse en tant que spécialiste en économie. Ce qu’on aurait légitimement accueilli de toi c’est de nous fournir une analyse économique pouvant anéantir les arguments invoqués.
      Pour ma part, je suis néophyte dans ce domaine mais ta première remarque n’est pas fondée. Quand il dit: « Il y a une suspension d’une décision que le FMI ne prend pas unilatéralement, mais, en conjonction avec les autorités maliennes”. Une décision unilatérale est une décision qu’on prend sans l’aval, ni accord ni l’avis de votre partenaire et parfois sans motifs seulement une notification à lui adressé c’est porter l’information à sa connaissance. Pour le cas du FMI ça n’a jamais été ainsi puisque les autorités maliennes ont été saisies pour donner des infos crédibles. C’est sur la foi de ces infos que la sanction est tombée.

      • Je trouve que son langage est correct puisqu’il n’a jamais dit que le refus des autorités maliennes empêchera la prise de cette décision de suspension par le FMI. Donc ne voit pas le feu partout mon cher!
        Tes commentaires sont intéressants mais je constate que tu es quelqu’un qui aime aller en sens unique c’est à dire tout droit sans regarder ce qui se passe à ses côtés cela est dangereux quand on prend seul le chemin. Wa salam sur ce point!!!!
        En ce qui concerne les explicitations données par Mme le Ministre qui semblent rassurer le Pionnier et si ne l’est pas, seuls tes arguments peuvent nous faire changer de ligne de réflexion. Pour l’instant tu fais partie des gens qui disent gros menteur à autrui sans avancer un seul mot de contradiction cela marche bien dans la religion mais beaucoup moins en science.!!!!!

      • Salut Donko

        Merci de tes remarques. Quand j’écris, c’est toujours spontanément et d’un seul trait, c’est peut-être un tort mais c’est comme ça que je procède.

        Aussi, à la lecture de ton post, je réalise que mon qualificatif de griot titulaire de Koulouba était peut-être plus « rude » pour ce vieux monsieur que je ne l’aurais souhaité ;
        Mais c’est tout ! En dehors de ça, je PERSISTE à dire et à affirmer que si brillant économiste que puisse être ce Monsieur, ses prétendues « analyses » n’ont qu’un seul et unique but, à savoir : DEDRAMATRISER et de MINIMISER les conséquences bien réelles et PARTICULIEREMENT GRAVES des magouilles & caprices d’Ibk 1er !
        Au même titre que Camara qui annonçait que « tout était ok » soi-disant avec le FMI (alors que celui-ci maintenait bel et bien son gel et nous imposait un audit !), l’optimisme béat de ce Monsieur n’est QUE DE L’ENFUMAGE !
        Tu dis très modestement “je suis néophyte dans ce domaine”; Je te rassure, je le suis probablement autant que toi! Mais il n’est pas nécessaire (hélas) d’avoir des notions très pointues d’économie pour comprendre que le gel des versements colossaux prévus, est assurément…… PLUS QU’INQUIETANT (et c’est le moins qu’on puisse dire!) pour une « économie »………. comme la nôtre !
        Pour que tu comprennes le sens et le fond de mon post, je me permets juste de te rappeler les REALITES suivantes :
        46% de notre budget national repose sur…………….l’aide extérieure (près de la moitié !)
        Or,
        – Le FMI vient de « geler » ses versements jusqu’à la fin de l’année. (Mais selon ce Monsieur, il ne s’agit pas d’une sanction !)
        – Beaucoup plus grave : Le FMI nous impose un audit sur les marchés « louches », et LA REPRISE de son aide SERA FONCTION des résultats de cet audit ! Ce qui signifie que le FMI n’exclue pas, et de façon très officielle, D’ARRETER son aide au Mali ! ( !…)
        – D’autre part, la Banque Mondiale n’a même pas attendu les conclusions de l’audit du FMI pour déclarer à son tour (et elle aussi de façon tout à fait officielle), qu’elle suspendait d’office son aide dans l’attente des résultats de l’audit en question !
        – Enfin, le FMI a EXIGE que la dépense stupide et historiquement idiote du Boeing, soit imputée à une ligne ligne budgétaire Malienne dissociée des fonds avancés par le FMI ; En d’autres termes, cela veut dire le Mali, seul et sur ses fonds propres, va devoir « trouver » les 20 milliards ( !…) destinés au paiement du Boeing de sa majesté ! 🙄 🙄 🙄 🙄
        Enfin, FMI & Banque Mondiale, étant les INDICATEURS ABSOLUS de tous les bailleurs de fonds de la planète, la CE et les autres risquent de faire pareil à chaque instant !

        Aussi, Donko, et quelles que soient les théories fûmeuses de ce Monsieur qui « parle économie » pour mieux nous dissimuler une réalité TRES SIMPLE, je résumerais la situation comme suit :
        Un malade mal en point et très affaibli est maintenu en vie sous perfusion ; Pour une raison X, le médecin se fâche et décide de suspendre sa perfusion pour plusieurs jours, et mieux, n’exclut même pas de la lui SUPPRIMER par la suite…………..

        Malheureusement mon frère, quand tu verras qu’Ibk n’arrive plus à payer les salaires, tu te rappelleras alors de ce que j’ai écrit… CE BLABLA d’économiste n’est que de l’enfûmage destiné à minimiser les conséquences GRAVISSIMES de la bêtise d’Ibk ! 😥 😥 😥

        • Je reconnais le mérite de ton post. Ta réplique a de quoi me faire bouger la ligne de réflexion. Mais son analyse peut ne rien avoir avec les conclusions que tu sembles en déduire. Peut être il voit la situation autrement et de bonne foi. Mais chacun est unanime qu’une rupture avérée avec le FMI aura de graves conséquences sur l’économie nationale. Les mesures de confiance diligentées par l’institution sont légitimes et permettront sans doute d’édifier les maliens sur les derniers engagements financiers qui ont fait polémiques ces derniers mois.
          Merci monsieur! Au moins je n’ai pas eu l’impression de discuter avec un néophyte!
          Bon début de semaine!

          • Merci Donko2,

            je peux te retourner également la même chose, à savoir: C’est un plaisir de “s’opposer” avec des internautes sensés comme toi!

            Ce n’est qu’au travers de ce type d’échange, de divergences, et de vues différentes, qu’on peut s’enrichir les uns les autres; Dommage que ce ne soit plus souvent!

            Bonne semaine à toi également! 😉

            PS: Lis plus haut l’excellent post de STIP, il est bien plus “éclairant” que le mien. 😉

  17. C’est du Pipo tout ce qu’il dit. C’est un clin d’œil a IBK. Le vieux père veut tout simplement revenir. J’ai travaillé à la Banque mondiale donc ce qu’il dit dans son interview prouve qu’il ne maitrise pas les textes régissant ces institutions qui ont évolué pendant qu’il profite dans sa retraite des milliards qu’il a volés lui aussi dans les caisses de l’état malien. C’est énervant de lire tous ces bobards.

    • Dans ce cas, publie nous ta version !

      Sinon c’est facile de dénigrer et d’accuser, encore faut il donner des preuves…

      • Man votre ex ministre s’il s’est réellement des choses et il doit savoir qu’il est tenu au secret financier. Les informations ne se divulguent pas comme ça avec les instituions internationales. Je ne suis pas là pour publier quoi que ce soit, croyez moi ou pas, tout compte fait le malien à toujours été ainsi. Vous prenez pour argent comptant ce qu’on vous dit. Vous verrez les prochains mois et saurez la réalité des choses que vous ignorez pour l’instant…

  18. Merci Pionnier Tes Camarades du RPM t’on abandone par ce que aujourd’hui tu es malade la vie est ainsi faites(L’INGRATITUDE QUAND TU NOUS TIENS)

  19. Les maliens deviennent insensibles, voire allergiques a la réalité… Le journaliste Daou ne donne qu’une information, qui si fondée, sonne très faux avec l’assurance encore osée de Mara PM ( Premier Menteur) devant l’assemblée. Cela est un fait…. Pourquoi le traiter de tous les noms d’oiseaux….?

    On devient tellement partisan pou un president qui a montre très vite ses limites, que l’on est tente de se demander si le Mali ne mérite vraiment pas que ce qui lui arrive… et hélas qui risque de durer tant le pouvoir est frileux, amnésique, incapable et insensible a la moribonde clameur d’un peuple meurtri.

    Reveille, je viens de faire un tour en ville, sur les deux rives a 2h30 du matin et ce que je viens de voir me fend le coeur, partout, je dis bien partout, des jeunes, garçons et filles presque dans tous les coins, entrain, de fumer, boire, the, alcool, certains meme excusez moi deux couples se prenaient, en pleine rue…. Seigneur est ce cela mon pays….?

    • Monsieur qui vous dit que M. Daou est un journaliste professionnel. Qu’il nous dise le nom de l’école où il a appris le métier. Pour faire des commentaire sur sujet il faut en être spécialiste. C’est pour dans les rédactions sérieuses y a de en plus de journalistes spécialisés. Daou fait de la propagande. Les commentaires ont pour avantage de permettre aux lecteurs de mieux comprendre les implications des faits. Mais il n’explique, ni ne démontrer jamais rien. Le monde a évolué. Nous ne sommes plus à l’heure du journalisme révolutionnaire comme c’était le cas faire les années 90. Aujourd’hui le lecteur a besoin de se faire lui-même une opinion sur les faits. c’est dire que ce journaliste est caduque, en déphasage avec la réalité.

    • Emoo

      Laisse tomber mon frère!…

      Au Mali, on a une spécialité: Quand une info (sur des faits bien réels!) nous dérange, au lieu de déplorer les faits en question, on préfère insulter le journaliste qui les expose! 🙄 🙄 🙄

      Cette attitude infantile est d’une STUPIDITE sans borne! 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.